anipassion.com

(Achevée) Good Luck, you're Fucked ! ♥ | Sheo

 :: BIENVENUE :: PRESENTATIONS :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 8 Fév - 18:25

Sheo

Âge : 15 ans, à tout péter ? C'est un gamin. Rassurez-vous, son véritable âge est 5 ans. C'est encore pire, eh oui.
Métier : Il n'en a pas réellement. Parfois serveur, parfois dans un magasin en tant qu'aide, il se débrouille.
Nationalité : Reflet du laboratoire qui l'a créé, américaine.
Origines : Terrienne. C'est un hybride. Et comme il course son frère comme le chieur qu'il est, devinez qu'il est aussi un Var.
Situation générale : Ça se mange ? Il vit comme il peut.
Pouvoir(s) :
Pouvoirs raciaux : Force et agilité accrues - Capacité de régénération - Polymorphisme - Possiblement immortel
Pouvoir propre : Il joue avec vos nerfs. Non, non pour vrai. Un simple contact et il vous infligera le ressenti désiré. Douleurs atroces comme une anesthésie totale de votre corps. Il peut aussi décider de vous bousiller le système nerveux dans son ensemble, mais il ne le fera pas. Avec qui jouera-t-il sinon ? ♥
NB : Tout comme Vehuiah, Sheo est un Var, sa survie et l'utilisation de son don dépendent donc très fortement de son régime. De plus, sa véritable apparence aurait plutôt une tronche du genre.
Son véritable prénom est Yeliel. De même que son véritable genre est féminin. Seulement, voulant devenir comme son grand-frère, elle a vendu ses atouts féminins pour des atouts masculins, sans pour autant devenir une copie conforme de celui-ci. D'où son côté assez androgyne parfois.

Physique

▬ Juuzou Suzuya de Tokyo Kushu/Tokyo Kushu:Re

Carnation : Pâle très pâle, presque blanche.
Taille : Les nains sont parmi nous, 1m60.
Corpulence : Fine et musclées. Muscles discrets, peu marqués.
Cheveux : Parfois jais, parfois immaculés, tout dépend de son humeur présente.
Yeux : Écarlates.
Signe(s) distinctif(s) : Tout comme son frère, les cicatrices ne manquent pas chez lui. Cependant, ce qui tape le plus à l'œil sont les points de suture qui le parcourent. Il adore s'en faire, d'une couleur ou d'une autre, en changeant régulièrement.

Caractère

▬ Admire son frère et ne voit pas sa vie sans lui.
▬ Aventurier, il essaye tout ce qui lui tombe sous la main. Tendance à l'exploration aussi. (Le gif est un très bel exemple /mur/).
▬ Bavard, équipez-vous de boules Quies.
▬ Compréhensif, seulement il s'en fout très vite aussi.
▬ Distrait, il s'étale partout.
▬ Énergique, Duracell, en pire.
▬ Enfantin, gamin, vous n'avez pas fini d'en voir avec lui.
▬ Intelligent, il préfère tout de même cacher son jeu.
▬ Joueur, trop joueur...
▬ Joyeux, souriant, c'est de la joie sur pattes, le Sheo.
▬ Mature au besoin, jamais quoi.
▬ Optimiste et positif, il n'est pas du genre à voir tout en noir.
▬ Perché, il pense à 36 000 trucs à la fois et quand il est parti, il est parti.
▬ Réfléchi, il agit rarement sans raison.
▬ Taquin, il va tout faire pour vous faire sortir de vos gonds.
▬ Trop curieux, dans le bon comme dans le mauvais sens du terme.
▬ Acteur, il rentrera dans le rôle que vous voulez qu'il interprète.
▬ Belliqueux au possible, ne lui proposez jamais un combat. Ou contournez-le aussi.
▬ Cherche constamment les ennuis, la vie serait bien ennuyeuse sinon !
▬ Déteste les humains et ne s'en cache pas.
▬ Fêlé, il faut croire qu'il est à l'image de son frère.
▬ Impitoyable, n'espérez pas le moindre élan de compassion de sa part.
▬ Maladivement possessif quand il s'attache aux personnes.
▬ Manipulateur, il vous laissera penser que vous tenez les cartes en mains.
▬ Méprisant, surtout envers les humains.
▬ Ne supporte pas de rien faire, l'ennui est son pire ennemi.
▬ Provocateur de première ou comment tuer l'ennui.
▬ Rancunier, c'est la suite de l'abonnement au millénaire.
▬ Sadique, derrière cette moue angélique.
▬ Sur-protecteur avec son frère, le reste peut mourir.
▬ Violent, si ce n'est pas un minimum sanglant, c'est pas de la violence pour lui. C’est de la gentillesse.
▬ Voit la vie comme un immense terrain de jeu, il est donc totalement insouciant et parfois inconscient.

▬ Il frappe constamment dans ses mains quand il est joyeux ou excité, un tic qui est resté.
▬ Il n'aime pas vraiment son régime mais ce n'est pas pour autant qu'il se laisse mourir de faim.
▬ Change constamment de couleur de cheveux, voulant ressembler au mieux à son frère. Ne soyez pas étonnés si un jour c'est blanc, l'autre noir. C'est comme le chocolat.

Histoire

« Par contre… Vous… Vous allez mourir ! ♪ »

Perles rouges. Fines, envolées, décrivant un arc de cercle élancé. S’éclaboussant violemment au sol. Prenant place sur les murs. Ruisselantes, gouttes par gouttes. Votre regard les suit, sans prêter attention aux craquements secs qui se font entendre à votre droite. Des échardes s’élèvent à leurs tours dans les airs, suivies d'épais morceaux de bois. Une musique, lente, déréglée, tourne. Encore et encore. La poussière masque la chute brutale de ces corps. De ces individus dont le sang couvre lentement les lattes du sol. S'infiltrant entre chacune d'elles. Les tables de bois brisées terminent leurs lentes chutes, s'effondrant au sol alors que la musique marque un arrêt. Le temps cesse. Les regards sont braqués sur toi.

Ces individus au sol rampent, couvert de sang, pour certains leurs os leur faussant compagnie. La douleur se lit sur leurs visages. Tu sautes de cette table bancale, acrobate, atterrissant les deux pieds parfaitement collés, les bras levés, un visage ravi. Tu venais de rendre ta dernière prestation. Tu avances, dansant, le pas léger, tournoyant sur toi-même. Une petite étoile dans cet endroit crasseux. Le silence. Pesant. Seules leurs respirations haletantes se font entendre. Tes lèvres dessinent un sourire doux ; enfantin. Tu écartes les bras, tel un Messie qui arriverait en enfer. Une mélodie joyeuse s'échappe de tes lippes, contrastant avec cet endroit malfamé. Une dernière note. Se tuant dans le calme.

Tu te mets à leur hauteur, croisant les mains sous ton menton, un air angélique, presque Saint. Tu souris à pleines dents, l'expression sereine. Eux se brûlent les yeux à t'observer, leurs membres tremblants, la douleur rongeant leurs corps. Ils ont peur. Ils te craignent. Toi, simple enfant qui les toise. Toi, qui te sens comme au Paradis. Une voix se murmurait, rauque, essoufflée. Inquiète.

« Que nous veux-tu, gamin… ? Pitié… On a compris... »

Tu baissais doucement les yeux, posant ceux-ci sur l'individu qui venait de t'adresser cette question. Le sang s'écoulait lentement de son visage et de son corps. Combien d'os avait-il de brisés ? Était-il encore voyant ? Comment faisait-il pour parler avec une mâchoire aussi déplacée ? Tu arrondissais de grands yeux surpris avant de secouer vivement la main, gonflant les joues, lâchant un long sifflement. Railleur.

« Pitié ?! Mais vous êtes vraiment des déchets, en fait ! »

Tu riais, de bon cœur, retrouvant une expression douce, extrayant calmement une feuille d'une poche intérieure de ton haut. Feuille chiffonnée, que tu avais aplatie plus tôt. Feuille qui avait valu leur état, à ces déchets. Tu la leur montrais de nouveau, une main appuyée contre ta joue, accroupi, un large sourire innocent aux lèvres.

« Cette personne sur la photo, alors ? Vous dit-elle quelque chose ? ♪ »

_______________________________________________


Le piston descendait calmement, presque naturellement. Si naturellement que cela en était normal. Le liquide lui montait doucement dans les tubes. Et toi. Toi, tu hurlais, te tendant sur cette table. Les muscles crispés, le corps suintant. Le sang frappant dans tes tempes. Tes pupilles se dilataient une fois encore pour ensuite assombrir ta vue. Sonné, tu l'étais totalement. Cette seringue dans la veine. Toi, tu criais à t'en déchirer les cordes vocales. Toi, tu sentais la froideur de tes propres larmes sur tes joues. Tu t'écrasais brusquement sur le métal glacé, le souffle coupé, le regard suppliant. Pauvre enfant.

Yeliel. C'était le prénom qu'ils t'avaient donné les blouses blanches. Tu ne savais pas vraiment ce qu'ils étaient. Des monstres ? Des gens bien ? Cela, non. Oh que non. Uniquement des personnes qui te faisaient mal depuis des années.Tu ne savais même pas ce que tu étais. Ni comment tu t'étais retrouvé avec le corps d'un enfant. Tu avais la sensation que ta vie avait débutée il y a peu de temps. Quelques jours, à peine ? Et tout ce que tu en retenais était cette douleur atroce qui te déchirait le corps. Tu étais différent de ces blouses blanches.

Tu n'avais pas réellement de visage. Pas réellement de morphologie similaire à la leur. Toi, avec cette peau ébène, ce crâne semblable à du bois, moitié humain, moitié flamme. Qu'étais-tu ? Pourquoi étais-tu si différent ? Si différente. Oui, tu étais la première Var de sexe féminin. Là, vous vous dites qu'il y a un souci. Et probablement avez-vous raison. Tu es bien un homme non ? Longue histoire que voici.

Quelques années, que les hommes avaient réussi à faire de leur propres mains cette nouvelle race. Nommée Var. Dans l'optique de se protéger de ces étrangers soit-disant venu d'un autre monde. Toi, tu n'y connaissais rien et tu n'y comprenais pas grand-chose. Tout ce que tu savais, c'était que tu n'étais fondamentalement pas « humaine ». Qu'est-ce qu'un humaine, humaine ? Les êtres qui te charcutaient a longueur de journée ? Si cela était ce que l'on nommait Homme, tu commençais déjà à cultiver une certaine rancœur envers eux. Puis du mépris. Tu n'étais qu'un vulgaire rat de laboratoire. Tu écoutais leurs mots sans en comprendre le moindre sens. Tu avais des capacités ? Ils souhaitaient que tu en aies ? Tu ne comprenais plus rien.

Tu avais perdu trop de sang et les lumière dansaient pour toi. C'était joli, cela. Tu aimais bien ce qui brillait. Cela te faisait étirer un sourire enfantin sur tes lèvres enflées. Enflées d'avoir trop mordu dedans pour ne pas hurler ta douleur. Tu refusais de leur montrer que tu pouvais avoir mal. Ils le savaient déjà, non ? Que tu crachais tes tripes à chaque passage sur cette table. Tu ne savais pas ce que tu préférais dans ce programme digne d'une thalassothérapie. Les doux et longs moment de détente à te faire massacrer, découper, ouvrir, tout ce que vous voulez qui dépasse l’entendement et soit horrible ? Ces moments de tranquillité où l'on te forçait à utiliser des capacités que tu ne connaissais même pas ? Tu te sentais devenir dingue, n'est-ce-pas ? Ces autres moments, plats, vides, où l'on faisait l'effort de t'apprendre à raisonner, parler, réfléchir ?

Tu avais une vivacité d'esprit effrayante. Cela semblait à la fois satisfaire ces hommes et en même temps les effrayer. Tu avais appris par ce biais qu'il y avait quelqu'un comme toi, entre ces murs. Un autre Var, le tout premier. Et que tout comme lui, tu présentais des signes distinctifs à leur petite création. Cette découverte fut comme une sorte de bonne nouvelle pour toi. Toi qui te sentais si seule et à l'écart de ces Hommes que tu jugeais dès à présent comme des déchets. Savoir qu'il y avait quelqu'un d'autre comme toi. De ton univers. Était salvateur. Qu'en savais-tu ? N'était-ce pas là un mensonge pour te rendre plus coopérative ? Te motiver à te plier à leurs petits jeux macabres ? Tu n'en avais cure.

Tu t'enfermais dans cet idéal, ce seul petit espoir, que tu puisses un jour le rencontre cet autre de ton espèce. Malgré la douleur omniprésente et les abus qui n'en devenaient que plus sordides et adorables, tu tenais bon. Tu refusais de lâcher l'affaire. Tu apprenais un peu plus sur ta propre personne. Et sur ce que tu étais capable de faire. De leur faire, à ces déchets. Et vint ce jour, au bout de quelques années. Où tu te trouvais face à cet autre Var. Quelle fut ta première réaction ? Hurler de joie ? Courir comme une dingue dans tout le couloir, quitte à te faire plaquer au sol par ces hommes ? Lui sauter dessus ? Rien de tout cela. Tu avais coincé sur un détail. Un petit détail qui rendrait ce moment totalement biaisé.

Il était borgne où c'était toi ? Tout naturellement tu l'avais pointé du doigt, le questionnant lourdement sur son œil manquant, devant les visages interloqués des blouses blanches qui vous entouraient. Ceux-ci devaient bien se dire qu'ils venaient de donner naissance à deux boulets. Au choix. Ainsi fut ton premier échange avec celui que tu verrais comme ton Grand-frère jusqu'à la fin de tes jours. Vehuiah. Étrangement, ces blouses blanches avaient le goût du suicide. Ou des expériences. Quoi de mieux que de vous laisser ensemble de temps à autres ? Tester si vous êtes capables de lien ? D'agir en groupe ? De communication ? Vous n'étiez pas de vulgaires animaux.

Et cette simple idée agaçait aussi bien ton nouvel ami que toi-même. Nouvel ami qui t'avait appris tout un tas de trucs supers intéressants. T'étais aux anges, avec lui. Tu oubliais l'enfer dans lequel vous étiez. Tu en oubliais vos états, qui étaient des plus misérables. Tu te contentais uniquement d'apprendre à user de ce que tu étais. Polymorphe, immortelle… Beaucoup de choses s'ouvraient à toi depuis sa rencontre. Si bien que tu finissais par attirer l'attention des blouses blanches, inquiètes que tu apprennes si vite ce que tu étais. Ce qui devait arrivait finissait par te tomber dessus. Trop dangereux de vous laisser ensemble ? Vraiment ? Cette idée te mettait hors de toi.

Une belle grosse erreur. Qui a dit qu'une gamine capricieuse et furax n'était pas une plaie ? Tu leur menais la vie dure. T'en prenais à eux, n'hésitais aucunement à les tuer. A leur rendre tout ce qu'ils t'avaient fait. Ils pouvaient t'assommer, te blesser, te torturer, tu ne te calmais pas. Sans lui, ton univers n'avait pas de sens. Sans lui, ton univers redevenait fade et sombre. Lassée de pleurer sur cette table ? Lassée d'attendre de récupérer tes jambes ? Ils te les avaient prises, après tout ce boucan que tu avais causé depuis des semaines. Qu'importe, tu ne pouvais mourir. Tu t'accrochais encore. Tu savais qu'il était quelque part entre ces murs, ton frère. Vous aviez passé si peu de temps ensemble et pourtant… Vous étiez vite devenus inséparables.

Le manque, la faim… Tout cela ne faisait qu'empirer le peu de stabilité et de raisonnement qu'il te restait. Il te l'avait dit. Que vous étiez des anthropophages de première. Que les Hommes en joueraient pour vous plier. Tu t'en fichais. Qu'ils fassent. Tu le retrouverais. Tu le reverrais. Même si pour cela tu devais tuer chaque être vivant de cet endroit crasseux. Idée plaisante, attirante. Il était ton univers, ton monde, la personne que tu admirais plus que tout. Celle qui t'avait aidé à relativiser sur ta condition. Et toi ? Que faisais-tu, là ? Dans ton coin sombre, attachée, à lorgner des jambes qui reviendront quand l'envie leur viendra ? Rien. Rien. Furieuse, tu l'étais. Contre toi-même. Contre ces Hommes. Tu voulais devenir quelqu'un d'autre. Quelqu'un de suffisamment fort pour te sortir de ce trou. Quelqu’un qui te donnerait le courage de fuir d'ici. De le revoir. Tu voulais devenir comme lui. Être comme lui.

Les semaines avaient passées. Tu n'avais pas été nourrie. Tu étais toujours là, suspendue, dans un état lamentable. Ton sang avait recouvert le sol sous tes pieds. Pieds. La porte s'était ouverte dans un fracas métallique, te faisant relever la tête, morne. Tu te souvenais de leurs yeux, à ces déchets. Ils n'y avaient pas cru. Où était cette Var, à la peau ébène ? Cette Var qui avait l'apparence d'une jeune fille aux cheveux jais et aux pupilles rubescentes ? Envolée. Se tenait, face à eux, ensanglanté, amoché, un jeune garçon, qui ressemblait à s'y méprendre à cet autre Var. A leur toute première création. Tu chutais violemment au sol quand ceux-ci te détachaient, jugeant que tu serais totalement inoffensif. Quelle mauvaise blague. Il ne t'avait pas fallu long pour leur sauter à la gorge et te repaître d'eux. La faute à qui ? Tu t'en moquais. Plus le moindre état d'âme. Tu ne voulais que le revoir lui. Ton frère. Et tu allais mettre cet endroit à sac pour y arriver.

Errance. Déception. Tu avais fuit. Tu étais sorti de cet endroit. Des vivants ? Tu ne te souvenais pas en avoir laissé. Que pouvaient-ils contre toi, ces déchets ? Te tuer ? Te tenir en laisse ? Quelle était bonne. Tu ne l'avais pas trouvé. Tu avais bon avoir tourné en rond, des heures et des heures parmi les cadavres… Pas une seule trace de son odeur. Pas une seule trace de sa présence. Tu n'y croyais pas. Ce qui te servait de cœur te faisait mal, hein ? Tout ce à quoi tu t'étais cramponné, disparu. Une mauvaise blague, encore ? Tu avais envie de hurler ta frustration au ciel.

Nouveau monde. Tu découvrais l'extérieur. Il était comme il te l'avais dépeint. Étrange, agité. Qu'allais-tu faire, maintenant ? Tu ne connaissais pas les manies humaines ? Tu n'avais rien qui te permettrait de comprendre ce monde. Tu allais devoir apprendre sur le tas. Par l'expérience même. Tu avais des cartes en mains. Des cartes qui feraient que même poursuivi, tu serais difficilement atteignable. Des cartes pour survivre dans un monde que tu trouvais déplorable. Un immense terrain de jeu. Grand-frère te disait souvent qu'il fallait jouer avec tout. Sinon la vie devenait vite barbante. Il avait raison, oui. La vie serait barbante, sans tout cela.

_______________________________________________


Tu te redressais, rangeant doucement la photo. Ils n'en savaient vraiment rien, huh ? Quelle tristesse ! Tu les avais massacré pour rien. Ou presque. Cela t'avait amusé ! Et c'était le plus important. Tu tournais les talons, reprenant la chansonnette, laissant la musique tourner de nouveau, dans ce lieu sans dessus-dessous. Tu t'arrêtais une dernière fois, posant tes yeux sur ce tas de déchets, un large sourire aux lèvres, les saluant d'une main, avant de passer le pas de la porte. Fraîcheur. Le vent te mordait le visage, laissant une fine fumée s'extirper de tes lippes. Soupir. Encore une piste creuse ! Tu commençais à fatiguer de ce jeu. Il était vraiment bon à cache-cache ton Grand-frère ! Ce n'était pas juste qu'il ne t'y avait pas plus convié que cela à en faire par le passé ! Tu gonflais les joues, les mains sur les hanches, rageant contre toi-même.

« Stupide Sheo ! »

Sheo. Ce prénom qu'il t'avait donné. Trouvant débile leur histoire d'anges, à ces hommes. Tu l'avais adopté instantanément. Tu n'avais plus envie de la^cher quoi que ce soit de lui. Tu finirais par le retrouver. Tu laissais tes pupilles carmins retrouver les étoiles, tes mains dans les poches, un visage doux.

« Attend Sheo, Grand-frère ! On va s'éclater ! »

Un rire léger et tu reprenais ta marche. Un sacré périple, dans lequel tu t'étais lancé. L'Amérique est vaste. Cependant, vaste ou non, tu avais la sensation que ton but arrivait enfin à sa fin. Bonne ou mauvaise intuition ? Seul le temps te le dira.

Pseudonyme : Milka
Âge : Celui de te faire chier :v
Informations diverses : Tutux Klan presque opérationnel ! /o
Je possède aussi la même signature que Vehuiah et Camaël pour la simple raison que nos autres codes ne sont pas tolérés par le forum u_u Je m'excuse donc des éventuelles confusions que ça peut causer u_u
Code de validation : Non c'est la tête d'un savant fou c: Validay o/

Hybride
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride


My life is perfect, so you believe. Are you that stupid ? 'Cause I strongly disagree. You saw me coming, so why you running ? What's the matter, it's just little old me. I know I'm twisted, I can't resist it. I give a shit, don't give a shit about anything.
Wants to play in #993366
Dot your eyes ▵
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 18:41
Bonjour vous!

C'est pas gentil de donner faim aux gens. /facepalm/

Courage pour ta fiche!

Hybride
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride


I'm not crazy...oh wait.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 19:16
Coucou mon enfant ! c: 
"Je possède aussi la même signature que Vehuiah et Camaël pour la simple raison que nos autres codes ne sont pas tolérés par le forum u_u" KESKEKOI ?! D8 Je vais aller enquêter u.u
Admin
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://talesofendora.purforum.com
Admin


• • I AM GOD • •

Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 19:49
FREROOOOOOOOOOOOOT
BIENVENUE ! ^-^

Bon courage pour ta fiche ! c:
Hybride
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride


Welcome it, like epiphany. Unleash it, like a song. Honor what you love, with ruin. You’ve moved my mind, feeling your fingers pulling at its edge. I am now content to wait, here in the dark. Knowing.
Doesn't matter anymore in #FF0033
I became insane, with long intervals of horrible sanity.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Fév - 21:08
Sheoooo... Mon sale gosse c:
*te kick en avance*

Bienvenue
Ex-Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne


What kind of man would I be, if I accepted defeat ? What would my eulogy read ; "here lies a wasted soul" ? What sort of life would I lead, consumed by apathy ? Spinning out of control ? It's how I live.
Congratulations ! I almost gave a fuck in #CC3300.
Your day will come, it's just a matter of time. ▵
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Fév - 21:29
GRAND-FRÈRE !
*te hug*

Camaël...
*te mord*
Je t'aime aussi.
Hybride
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride


My life is perfect, so you believe. Are you that stupid ? 'Cause I strongly disagree. You saw me coming, so why you running ? What's the matter, it's just little old me. I know I'm twisted, I can't resist it. I give a shit, don't give a shit about anything.
Wants to play in #993366
Dot your eyes ▵
Revenir en haut Aller en bas
Lun 13 Fév - 14:56
Hello !

Petit message pour dire que ma fiche est à présent terminée !
Hybride
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride


My life is perfect, so you believe. Are you that stupid ? 'Cause I strongly disagree. You saw me coming, so why you running ? What's the matter, it's just little old me. I know I'm twisted, I can't resist it. I give a shit, don't give a shit about anything.
Wants to play in #993366
Dot your eyes ▵
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Fév - 13:02
J'regarde ça ce soir mon chou
Humain.e
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain.e



   
I will save your life
Sometimes I wish I could save you And there're so many things that I want you to know I won't give up till it's over If it takes you forever I want you to know
Revenir en haut Aller en bas
Mar 14 Fév - 21:06
Hop, c'est validay
Humain.e
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humain.e



   
I will save your life
Sometimes I wish I could save you And there're so many things that I want you to know I won't give up till it's over If it takes you forever I want you to know
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BIENVENUE :: PRESENTATIONS :: Présentations Validées-