Une fraîche matinée [libre]

 :: Monde d'Endora :: Clan de la Terre :: TERRES CULTIVEES Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 22 Nov - 21:07
Elle se contenta de hocher la tête, lui emboîtant le pas. Mais lorsqu'il posa sa question, loin de l'agressivité à laquelle il s'attendait, elle rit. Oui, elle rit. Sans doute un effet de la perspective de revoir Ejolod et, peut-être, sa mère. La première chose qu'elle prononça fut la suivante :

- S'il te plaît ! Pas de ça, arrête avec ce langage soutenu ! ça ne te va pas du tout ! Tu n'as rien de ces nobles qui... Dont... Euh...

Elle ne connaissait rien à cette strate de la population, en fait, et s'emmêlait les pinceaux toute seule.

- Bref. Je suis Emeria, désormais danseuse itinérante.

Sans vraiment s'en rendre compte, elle hâta le pas, suivant toujours le même chemin. Néanmoins, elle fut bien forcée de réaliser son avance quand, à un croisement, elle dut attendre que son guide, qui, paradoxalement, se trouvait loin derrière elle, la rejoigne. D'accord, peut-être était-elle un peu trop impatiente...


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 24 Nov - 19:36
L'hybride se mît à rire, même si le géant ne comprît pas ce qui aurait pu déclencher un tel fou rire. Apparemment c'était à cause de sa façon de parler trop soutenue pour ce qu'il laissait voir, cela le fît sourire de la voir rire. Elle finit par lui répondre, "Emeria", un joli prénom pour une jolie fille comme disait certaine personne au marché.
Sur le chemin, elle semblait très pressé à un tel point qu'elle s'arrêtât plusieurs fois pour que Géorg ai le temps de la rattraper avec la brouette tombale qui commençait à peser lourd pour Géorg qui s'était beaucoup fatigué en mettant utilisant ses capacités magiques lors du combat. Il avait beaucoup aimé cette sensation de maîtrise que le mélange lui offrait, les effets s'étaient sûrement estomper, mais il ne restait plus beaucoup plus de chemin avant la ferme.
Géorg remarquât qu'Emeria dans sa précipitation avait dépassé la ferme où lui s'était arrêté. Il mit ses mains en porte-voix et l'appelât, elle semblait l'avoir entendu, la voyant revenir il se tournât vers le portail derrière lequel voltigeait Ejolod qui semblait l'avoir entendu apparemment. Plus loin, le géant pût distinguer mère Gê se pressant pour venir en riant.

" Quel petit galopin ce dragon, je me retourne à peine deux secondes que le voilà partît à l'autre bout du monde "

Le géant rigolât avec elle.

" Dis-moi, qui est cette jolie jeune fille qui semblait très pressé ?

- C'est Emeria, la propriétaire de ce dragon et ...

- Emeria !? La fille de la Grande magicienne Aloanie ! Fait la donc entrer ! "

Mère Gê semblait très enthousiasme de voir la fille de la magicienne, c'est vrai qu'elle était très curieuse et aimait beaucoup tout ce qui se rapportait de près ou de loin à la magie.
Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 10:19
Non ! Elle n'allait pas l'accepter cette fois non plus ! Le sourire disparut de ses lèvres, alors qu'elle se dirigeait droit sur la femme imprudente :

- Ça suffit ! Je refuse d'être vue simplement comme "la fille de la magicienne" ! Je suis moi, c'est tout ! Cessez de me faire souffrir en me comparant à cette femme formidable que je ne pourrai jamais égaler !

Le dragon, à ce moment, sembla se donner comme mission de dissiper la colère de sa maîtresse, voletant joyeusement autour d'elle. Et ce fut efficace. Immédiatement, son attitude changea. Riant, tentant de l'attraper sans jamais réussir et pleurant de joie, elle ressemblait désormais simplement à une jeune fille heureuse de retrouver son compagnon de toujours. Ce dernier finit par venir se poser, tout simplement, au creux de la main de l'hybride, et, de là, l'observa, comme si il attendait quelque chose.

- Que... Ah, oui ! Madame, veuillez m'excuser pour cette réaction. Je n'aime simplement pas être comparée à ma mère. Et je refuse de bénéficier du même respect qu'elle, sachez-le. Si vous acceptez toujours de m'accueillir, traitez-moi simplement en étrangère... Ou en ancienne voisine, à la rigueur. Mais c'est tout.

Puis elle observa les alentours. Pour elle qui n'avait jamais vu de ferme, c'était une véritable découverte.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 16:20
Mère Gê et Géorg restèrent bouche bée devant cette réaction. Le dragon s'élançât alors vers sa propriétaire qui tentât de l'attraper, il voltigeât ainsi un petit moment avant de se poser sur ses mains. Cela semblait l'avoir détendu, elle avait retrouvé son joli sourire. Elle s'excusât et demandât d'être considéré comme une étrangère, ce qui étonnât de nouveau le géant et sa mère. Toutefois, la vieille faune eut un sourire chaleureux et se présentât d'une voix douce.

" Il n'y a pas de problème Emeria, c'est bien ça ? Enchanté, moi c'est Démétria Gê, la mère de ce grand nigaud de Géorg et la femme de Eusèbe Gê mon mari. Tu dois être fatiguée à force d'être aussi vif non ? Vient, entre je vais vous préparer un remontant à toi et Géorg. "

À ces mots, elle prit l'une des mains de l'hybride dans la sienne pour la ramener à l'intérieur de la ferme, mais elle s'arrêtât pour observer sa main avant de reprendre d'un ton enjoué.

" Tes mains sont très fines et douces dis donc ! Il faudra que tu me dises ton secret. "

Après avoir dit cela, elle reprit d'amener l'hybride vers la ferme, suivît de près par Géorg. Une fois arrivée devant la porte, mère Gê lui lâchât la main pour ouvrir la porte et prévenir père Gê de la présence du géant et de l'hybride, celui-ci sortît alors de sa chambre et descendît les escaliers pour venir les voir. Géorg déposât le charriot devant la maison pour aller saluer son père et se rendît avec lui dans le salon où il lui expliquât la situation, pendant ce temps mère Gê entraînât Emeria dans la salle à manger pour lui servir à boire.

" Que veux-tu boire mon enfant ? "
Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 16:53
"grand nigaud" ? Etait-ce un terme affectif, comme cela semblait l'être, employé comme l'avait fait la femme ? Aux oreilles d'Emeria, cela sonnait pourtant comme une insulte... Elle jeta un coup d’œil à cet être qui ne réagissait pas, tout en se laissant emporter, tandis que le dragon s'envolait, et décidait de rester posé sur l'épaule de Géorg, lieu qui semblait largement lui convenir. Mais... Ses mains ? Que voulait-elle dire ?

Elle choisit de ne pas répondre, saluant brièvement le père de famille quand elle passa devant lui. Visiblement, c'était lui qui les aiderait. Elle aurait aimé rester dans la pièce principale, elle aussi, pour le connaître... Ou plutôt était-elle jalouse ? Jalouse de Géorg, avec qui Ejolod avait décidé de rester, plutôt qu'avec elle ?

Mais elle fut vite forcée de revenir au lieu réel où elle se trouvait. On lui proposait à boire ?

- Disons...

Une lueur espiègle s'alluma alors dans ses yeux :

- Prenez quelque chose, vous aussi ! Et je prendrai la même chose que vous.

Puis elle resta plongée dans ses pensées. Sa rencontre avec Géorg et sa famille, en ces lieux, lui rappelait son enfance, avant sa fuite. Elle avait vécu avec ses parents, heureuse, comme semblait l'être cette famille. Elle se souvenait s'être souvent échappée pour aller cueillir des fruits dans les bois. Sa mère l'y retrouvait toujours et, loin de la gronder, louait son indépendance, et, de mère, passait à amie et complice de jeux.
Puis ses souvenirs changèrent. À présent, elle se revoyait chez elle, face à sa mère, qui lui tenait la main. Le visage de l'elfe au sang pur était illuminé d'un sourire rayonnant. La main de l'enfant brillait d'une lumière émeraude. C'était l'une des seules séances de magie dont Emeria avait retiré un savoir. Elle venait de revoir le moment où, pour la première fois, elle avait su guérir elle-même l'une de ses blessures par le biais de la magie.
Une autre scène. Au fin fond des bois. Elle se trouvait en haut d'un arbre. Comment était-elle arrivée là ? Elle ne le savait plus. Mais, alors qu'elle voulait aller caresser un oiseau posé sur un branche, un peu plus loin, celle sur laquelle elle se trouvait se brisa, et elle fit une chute de plusieurs mètres... Chute qui s'acheva dans les bras d'un homme. Un humain, souriant tendrement. C'est alors qu'elle le reconnut, malgré le temps. Son père. Elle avait retrouvé un souvenir heureux avec son père !

Qu'était-il devenu, à présent ? Se levant brusquement, elle s'éloigna, pour qu'on ne la voie pas pleurer. Elle qui avait toujours cru mépriser son géniteur, elle réalisait à présent que cela n'avait pas toujours été le cas. Au moins, quand elle était petite, elle était heureuse avec lui.

- Pardonne-moi, Papa, où que tu sois... Pardonne-moi. Je suis vraiment désolée.

Lorsqu'elle se releva, essuyant ses larmes avec rage, elle se dirigea vers la porte, avec un objectif très précis en tête : retrouver son père et se faire pardonner, par tous les moyens, la conduite irrespectueuse qu'elle avait eue avec lui durant leurs dernières années ensemble. Elle ne pensait même pas qu'il puisse être mort. Elle ne pouvait tout simplement pas le permettre !

Elle avançait, sans se soucier des personnes qui pourraient se trouver autour d'elle... Et fut surprise de ne rencontrer la porte que bien plus tard qu'elle ne l'aurait pensé.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 17:31
" Hé bien je prendrais bien une tisane cela te va ? "

En se retournant, mère Gê ne vit plus la jeune fille, elle se rendît dans le salon pour voir si elle y était, mais personne, Géorg et père Gê se relevèrent et se dirigèrent vers la porte d'entrée.
L'hybride était dehors, elle s'éloignait peu à peu vers le portail. Ils ne comprirent pas pourquoi elle partait déjà, même le dragon semblait troublé de la voir partir sans lui. Il prit son envole pour la rattraper, suivît de près par Géorg. Ils la rattrapèrent avant qu'elle n'atteigne le portail, Ejolod l'avait stoppé en tournant autour et Géorg se mit face à elle en lui tenant les épaules.
Le dragon se reposât sur Géorg tandis que le géant haletant regardais le visage d'Emeria couvert de larmes et légèrement crispé.

" Qu'y a-t-il Emeria ? Pourquoi es-tu si triste ? "

Serait ce encore des souvenirs liés à la ruine devant laquelle elle pleurait quand il l'avait rencontré ? Même si c'était le cas, où comptait-elle aller sans son précieux dragon ? Et pourquoi ?
Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 17:58
Ejolod.

- Laisse-moi. Retourne avec ton si cher Géorg !

Oui, sauf que... Ce dernier était là. Et il la forçait à le regarder. Elle l'observa un moment, revenant lentement à la réalité. C'était peut-être ça, qui lui manquait pour vraiment sortir de ses souvenirs. Un contact physique. L'espace d'un instant, elle sembla perdue, puis ce fut comme si elle reconnaissait la personne face à elle. Cette fois, elle l'étudia, avant de doucement poser une main sur son bras, qui la tenait toujours.

- S'il te plaît... Sois sincère, d'accord ? Sais-tu où est mon père ? Pitié, dis-moi que oui !

S'il lui répondait qu'il ne savait pas, ou pire, que son père était mort... Elle ne le supporterait pas. Non ! Il ne fallait pas qu'il soit mort sans lui laisser le temps de se faire pardonner !


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 18:39
" S'il te plaît... Sois sincère, d'accord ? Sais-tu où est mon père ? Pitié, dis-moi que oui ! "

Géorg se sentait mal de ne pas savoir quoi répondre à cette question, il balbutiât quelques mots inaudibles et soudain.

" Moi je sais ! "

Surpris, Emeria se retournât tandis que le géant regardât qui venait de dire ça. C'était père Gê qui s'avançait vers eux avec un air strict en s'appuyant sur sa canne.

" Mr. Aloanie, un brave homme assez fuyard mais bon, il a simulé sa disparition pour retrouver quelqu'un, ce quelqu'un c'est toi Emeria. "

Tout le monde était sous le choc, comment père Gê pouvait savoir cela, d'où tenait-il cette information ?

" Un jour je l'ai rencontré au marché, depuis nous sommes très proches. Un jour il m'a parlé de problème lié un traqueur et qu'il avait dû te laisser partir, mais il ne comptait pas te laisser seule, c'est pour cela qu'il a mis en scène sa mort avant de partir à ta recherche avec la complicité de ta mère. Personne ne l'a vu depuis son départ, mais une dernière lettre m'est parvenue de lui, dans celle-ci il y est dit qu'il t'avait retrouvé. "

HRP:
 
Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


Revenir en haut Aller en bas
Sam 26 Nov - 19:06
Comment ? Il l'avait retrouvée ? Mais... Comment avait-elle pu ne pas s'en rendre compte ? Pourquoi n'était-il pas venu à elle en lui révélant son identité ? Pourquoi était-il resté caché ? Les questions se bousculaient dans sa tête. Mais tout ce qui sortit, ce fut :

- Pardon ?

D'une voix faible. Elle n'y croyait pas. Mais elle finit par se reprendre :

- Et vous pourriez me dire où le trouver ?

Elle hésita, observa Ejolod, puis Géorg, avant de revenir sur son père. Puis, après une grande inspiration, elle lança :

- Je lui dois des excuses. J'ai été injuste avec lui, et je ne m'en rends compte que maintenant. J'avais complètement oublié que... Il était un bon père... Avant...

Malgré elle, les larmes reprirent. Ejolod quitta l'épaule de Géorg pour revenir, inquiet, auprès de celle qui, au-delà de sa maîtresse, était sa meilleure amie.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 27 Nov - 19:07
Complètement confuse, l'hybride demandât à père Gê s'il savait comment retrouver son père, elle marquât un temps de pause où elle se remît à pleurer et expliquât pourquoi elle cherchait son père.

" Je suis désolé, mais je n'en ai aucune idée, mais je sais qui devrait savoir, mais repose toi chez nous pour l'instant. Il faut que tu te reprennes. "

Sur ces mots, père Gê tournât les talons et se dirigeât vers la ferme et mère Gê vint auprès d'Emeria pour l'accompagner à l'intérieur suivît de Géorg complètement sous le choque.
L'hybride et le géant suivirent père Gê dans le salon est s'installèrent sur le canapé tandis que mère Gê allât préparer de la tisane pour tout le monde et que père Gê s'assit sur un fauteuil face aux deux jeunes gens.

" Comme je le disais plus tôt, Mr Aloanie est parti d'ici et dit dans cette lettre qu'il t'a retrouvée. Il y est écrit qu'il t'a vue lors d'une de tes danses et qu'il était fier de voir sa petite fille devenue si grande, belle et épanouie. Il a apparemment continué de te suivre quelques jours, mais un imprévu l'en a empêché. Curieusement, il n'a pas précisé lequel dans sa lettre, il m'a juste demandé de prendre soin de toi quand tu passeras la frontière du clan de la terre. Cela signifie qu'il n'était pas loin de la frontière, mais qu'il n'a pas pût la dépasser quand il a envoyé cette lettre. "

Père Gê sortît une vieille carte de la bibliothèque encastrée dans l'escalier et la posât sur une table qu'il avait demandée à Géorg de placer au préalable entre le fauteuil et le canapé. Géorg était étonné, lui qui passait son temps à fouiller la bibliothèque, il n'avait jamais vu cette carte. Elle était vieillie par le temps, mais avait toutes les indications nécessaires pour une carte d'Endora, avec les lieux principaux, les frontières et les différentes spécificités du paysage.

" Si l'on suit ce qu'il a écrit, il devrait se trouver près des dernières frontières que tu as traversées pour arriver dans le clan de la terre, pourrais-tu me dire lesquelles c'étaient ? "
Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


Revenir en haut Aller en bas
Lun 28 Nov - 21:40
Malgré son envie de plus en plus pressante de retourner vers cet humain qu'elle avait toujours méprisé, à tort, elle jugea plus convenable d'accepter le repos proposé, au moins pendant un temps. Mais, lorsque la question des frontières lui fut posée, elle ne put rester assise et se releva, montrant sur la carte les lieux qu'elle mentionnait, pour se donner une contenance :

- La dernière frontière que j'ai passée, c'était celle du Clan du Feu. J'étais dans la Forêt Rousse. Et avant ça, je suis passée à Aquaris.

Elle revit ce qu'elle y avait fait, et les personnes qu'elle y avait rencontrées. À Aquaris, elle s'était découvert une profonde méfiance envers les centaures. Dans la Forêt Rousse... Il s'était passé un bon nombre de choses... Elle sourit en revivant sa rencontre avec le démon Malkor. Et, ce même jour, elle s'était découvert, au cœur de l'adversité, une alliée aussi providentielle qu'influente.

Revenant au présent, elle reprit :

- Monsieur Gê ? Vous avez dit avoir un contact qui pourrait m'aider à trouver mon père ? Où puis-je le voir ?

Oui, elle voulait de nouveau repartir. Et cela lui donna une nouvelle assurance, dont elle se servit pour ajouter, se tournant cette fois vers Géorg :

- Je te propose quelque chose ! Va à la Ligue, comme tu voulais le faire. Transmets aussi un message à ma mère : je l'admire beaucoup, il ne se passe pas une seconde sans que je pense à elle. Pendant ce temps, je retrouverai mon père et m'excuserai auprès de lui. On se retrouve ici une fois nos deux missions accomplies, ok ?

Elle se sentait l'âme d'une meneuse... Néanmoins, elle ne se faisait pas d'illusions : Géorg avait déjà décidé de ne pas écouter ce qu'elle lui demandait. Résultat, elle s'attendait à un nouveau refus, et préparait déjà des arguments.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Déc - 18:14
L'hybride avait apparemment repris ses esprits, elle étai vive et commençais à planifier un plan qui fît rire père Gê.

" Calme toi Emeria, de toute manière mon contact est à la ligue anti-traqueur, sans lui tu ne le retrouveras pas , alors nous allons tous y aller, sauf mère Gê, elle attend une amie pour prendre le thé. "

Encore une fois, rien n'allait se passer comme Emeria l'avait dit, mais père Gê savait ce qu'il faisait. Mieux valait le suivre. Il se dirigeait maintenant vers la porte d'entrée pour mettre une petite veste, Géorg le suivît et en mettant la carte dans son sac en bandoulière.
Dehors, le traqueur écumait de rage dans sa prison, il avait repris connaissance mais n'avais pas réussi à sortir de ce traquenard. Le géant reprît sa carriole tandis que père Gê s'impatientait en voyant mère Gê ralentir un peu Emeria et Ejolod en la cajolant et en lui confiant une tige de bambou desséchée depuis longtemps.

" Prend ma fille, j'aurais aimé que tu restes un peu plus longtemps, mais ce n'est pas grave. Cette tige de bambou est un héritage de ma famille, elle nous apporte la chance et la santé, je te la confie, je sens que tu en auras besoin. "

Tous les quatre s'éloignèrent peu à peu de la ferme vers le portail, saluant de loin mère Gê restée sur le porche.
Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Déc - 17:00
D'accord, elle aurait dû s'attendre à ne rien maîtriser en réalité... Mais elle se surprit à lancer un coup d’œil à Géorg : en effet, c'était de lui qu'elle s'attendait à voir venir l'opposition. Contre lui, elle aurait pu argumenter, mais son père... Bien qu'elle ne l'avouerait que difficilement, il l'impressionnait. Elle se contenta donc d'acquiescer et de le suivre... Jusqu'à être arrêtée par cette femme, qui se révéla adorable. Prenant délicatement le cadeau, elle sourit :

- Je vous remercie. J'en prendrai soin.

Puis, rangeant précieusement la tige dans un des nombreux recoins de ses vêtements dont elle avait le secret, elle suivit les hommes, heureuse d'avoir une occasion de revoir sa mère, malgré l'impression qu'elle pouvait avoir donnée plus tôt. À présent, elle sautillait comme une gamine. Jusqu'à ce que soudain, une pensée parasite l'arrête. Elle attrapa Ejolod et le déposa dans les mains de Géorg :

- Géorg... Il t'adore, je ne sais pas pourquoi. Mais profitons-en. Je dois prévenir les miens que je pars pour une durée indéterminée, c'est la moindre des choses. Je ne veux pas qu'ils voient Ejolod. Prends soin de lui, je reviens vite.

Puis elle s'éloigna sans lui laisser le temps de répondre, gardant tout de même les oreilles aux aguets. S'il décidait une nouvelle fois de rester à ses côtés alors qu'elle lui avait demandé autre chose, elle l'entendrait venir... Et ne savait pas si elle le chasserait ou non, cette fois.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Déc - 19:29
HRP:
 

Emeria confia son jeune dragon au géant, jugeant qu'Ejolod serait plus en sécurité avec lui pendant qu'elle irait prévenir ses proches de son absence. Père Gê eut un sourire et prit le dragon au creux de ses mains.

" Ne t'en fais pas Emeria, nous allons le garder, vas, l'heure du déjeuner s'approche, autant souper avant le départ. Nous en profiterons pour préparer les affaires. "

En effet, les aventuriers étaient si pressé qu'ils n'avaient pas vraiment pensés à bien se préparer, c'était l'occasion. Mère Gê s'approchât en voyant la troupe à l'arrêt et elle entendît pour le repas.

" Oh ! Vous restez pour déjeuner finalement. Étant donné que cette jeune fille est notre invité, que voudrais-tu manger ? "

Mère Gê aimait beaucoup cuisiner, elle était très douée. Elle préparait de tout, mais rarement de la viande, seulement pour les périodes festives. Cela n'avait rien à voir avec la rareté de la viande, mais plutôt avec les similarités entre les bêtes et les faunes qui étaient si nombreuses que par principes ils évitaient d'en consommer.

" En tout cas fait bon voyage, que Silvegard te protège sur ton chemin. "

Sur ces mots, le vieux faune prit la main de l'hybride et récitât une étrange formule avant de lui sourire et de reprendre.

" Nous aurons sûrement fini de préparer le repas de ton choix avant ton retour. Reviens nous vite. "
Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Déc - 16:35
Rester pour le repas ? Choisir le menu ? Elle ne savait pas si... Mais Ejolod choisit à sa place, voletant autour de la faune. L'hybride sourit, puis s'approcha d'elle.

- D'accord, je choisirai, si vous insistez. Voyons...

Elle fit mine de réfléchir, puis lança nonchalamment :

- Vous semblez une bonne cuisinière. Vous devez donc avoir une spécialité, non ? J'aimerais bien la goûter...

Puis, ayant l'air d'avoir oublié quelque chose, elle fouilla les multiples replis de sa robe, et en sortit avec précaution une petite fiole bien remplie d'une poudre aux reflets nacrés. Elle la confia à la maîtresse de maison :

- Essayez d'ajouter ceci au plat. C'est magique, créé par ma mère. Je n'en connais pas les effets, mais elle m'a conseillé de la réserver à des personnes chères à mon cœur, des personnes que j'apprécie vraiment. Ce n'est donc certainement pas du poison !

Elle rit à sa dernière phrase, et s'éloigna finalement, saluant le trio joyeusement.

Une fois de retour au campement, elle alla directement voir le meneur, saluant sa fille au passage. Cette elfe, qui avait en premier lieu joué le rôle de la grande rivale, pour finir en alliée précieuse lorsqu'Emeria en avait vraiment eu besoin...

Mais peu importait. Elle retrouva rapidement son chef, à qui elle s'adressa de but en blanc :

- Je viens vous dire au revoir.

Il marqua un temps d'arrêt, surpris. Puis, souriant, il répondit :

- Ah, je vois. Tu t'es trouvée une véritable nouvelle famille, c'est ça ?

- Pas du tout.

Elle sourit alors qu'il semblait perdu.

- C'est même complètement l'inverse. J'ai rencontré une famille, oui, mais ils ne vont pas m'adopter, du moins, ils n'en ont pas parlé. Ils vont simplement m'aider à faire la paix avec ma famille biologique, justement.

- Eh bien, je te souhaite bonne chance. Il est très peu probable que nous nous retrouvions par la suite, tu sais. Bon vent, Emeria, sache que j'ai beaucoup apprécié les instants vécus à tes côtés. Tu peux aller récupérer tes affaires.

Mais elle répliqua :

- Je n'ai besoin de rien. Tout ce que je possède est sur moi. Le reste, c'est vous qui me l'avez offert. Au revoir.

Et elle partit, rapidement, cachant sa douleur. En effet, même si, à part le meneur et sa fille, personne n'avait vraiment été aimable avec elle parmi ces gens, elle avait vécu plus de huit ans avec eux, et, qu'elle le veuille ou non, elle ne pourrait jamais oublier cette période de sa vie. C'était là qu'elle avait appris à danser, c'était là qu'elle avait appris à se forger elle-même une place dans un groupe... Elle avait beaucoup appris, et devait beaucoup à ces personnes, qu'elle espérait sincèrement revoir par la suite. Mais seul l'avenir lui répondrait, cette fois.

Sans s'en rendre compte, plongée dans ses pensées qu'elle était, elle était de retour à la maison de Géorg. S'arrachant à sa douleur, elle se força à sourire dès qu'elle aperçut quelqu'un :

- Voilà, je suis de retour ! On peut y aller, maintenant !

HRP :
 


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Déc - 22:32
HRP:
 

Emeria hésitât, mais elle finit par accepter et partit en proposant à mère Gê de lui faire sa spécialité. Mère Gê eut un sourire, elle semblait s'être beaucoup attachée à l'hybride et allai sûrement faire de son mieux. Sa spécialité était la soupe d'angélique avec des boules de maïs qu'elle faisait durant l'hiver pour nous protéger et nous renforcer dans cette période difficile dans les champs, c'était une bonne idée de manger cela avant un voyage à la durée indéterminée.
Mère Gê se rendit dans la cuisine pour préparer le dit plat tandis que Géorg suivi père Gê à l'intérieur de la maison.

" Bien, il faut que nous en profitions pour mieux nous préparer, un bon repas c'est bien, mais un peu d'équipement c'est mieux. Il nous faudra de quoi nous soigner, nous protéger et nous acheter des objets. Je m'occupe de l'argent, toi va chercher des herbes dans la grange. "

Sur ces mots, père Gê se rendit à l'étage et le géant à la grange. Comme il l'avait fait plutôt dans la journée, il se rendit dans la partie réserve de la grange pour y récupérer des herbes médicinales et quelques herbes de protections qu'il mit dans son sac en bandoulière.
En revenant vers la maison, le faune vit son père contemplant une lame argentée qu'il avait sorti de son fourreau. Elle étincelait de sa lame droite à la lueur du soleil, en s'approchant, Géorg put y voir les détails du pommeau sculpté en une tête féline rugissant.

" Shararat alssahra ou Étincelle du désert, une lame qui m'a été offerte par un félidé il y a des décennies déjà. C'est une très ancienne race d'Endora, pas aussi vieille que celle des homme-dragon, mais à quelques milliers d'années près. Ils vivent reclus dans les plaines de feu, une très gentille communauté tribale. Celui qui m'a offert cette arme se nommé Racal Ca, je l'ai rencontré dans un désert entre les terres volcaniques et les plaines de feu lors d'un voyage commercial de Windtora à Firewall, il me l'a offert en remerciement pour lui avoir sauvé la vie en l'abreuvant. Il m'a appris beaucoup de choses sur son peuple, comme le fait qu'ils n'étaient que minoritaire à Endora, mais qu'ils étaient très nombreux au-delà des terres volcaniques. Et son peuple m'a beaucoup appris sur la métallurgie, grâce à eux je sais maintenant comment inclure un pouvoir élémentaire dans une arme. "

Il rangeât l'épée dans son fourreau et tendit le tout au géant.

" Cette lame est une épée bâtarde, trop grande pour moi, mais pas pour toi, je sais que tu as une peur panique du feu, mais je suis sûr que tu seras utilisé cette arme contenant l'élément du feu. Elle te protégera plus qu'elle m'a été utile. "

Géorg l'a prise un peu suspicieux à cause de cet étrange élément fruit de sa peur et se l'attachât dans son dos. Mère Gê vint alors leur dire de préparer la table pendant que la soupe mijoté. Ça sentait très bon, mais une autre odeur se mélangeait à celle-ci, elle préparait quelque mélange pour l'aventure.
Une fois tout prêt, mère Gê continuât ses préparations qu'elle mit dans des fioles tandis que père Gê et son fils attendirent Emeria près de la fontaine du jardin. Cette fontaine était ancienne avec en son centre un piédestal surmonté d'un faune jouant de la flûte de pan d'où coulait l'eau.
Géorg profitât de ce petit moment calme pour méditer un peu et se remettre de tout ce qui vient de se passer. Cela était si nouveau pour lui de se battre et partir à l'aventure ainsi. C'était extrêmement plaisant, mais il appréhendait quand même un peu. Et si sa victoire n'avait été qu'un coup de chance, pourrait-il recommencer ? Il était confus, mais la voix d'Emeria le sortit de ses pensées.

" Te revoilà enfin, je commençais à m'inquiéter, aller entre manger avec nous et parle nous un peu de toi. "

Ils rentrèrent tous et se mirent à dîner en discutant. Géorg appréciait beaucoup ce breuvage, en particulier les morceaux de maïs tantôt fondant tantôt croustillant.

" J'espère que tu apprécies ? "
Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde d'Endora :: Clan de la Terre :: TERRES CULTIVEES-