Dans l'aube d'une clairière [PV Emeria / Malkor ]

 :: Monde d'Endora :: Clan du Feu :: FORÊT ROUSSE Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 11 Oct - 13:57
Dans l'aube d'une clairière...



Les oiseaux chantaient entre les branches et les feuilles, qui créaient une voûte qui protégeait du soleil les voyageurs traversant la Forêt de Rousse, dont l'enfant qui s'y avançait, dont la peau pâle tranchait avec les couleurs vifs de la flore. Son visage inexpressif, était dressé vers les espaces entre les feuilles qui laissaient filer quelques rayons de cet étrange boule de feu dans le ciel, que les peuples nommaient le soleil. Haut dans les cieux, même pour Malkor, cet astre semblait inatteignable, pourtant seul, il offrait une image chaleureuse et pleine d'espoir, pourquoi ça, se demanda le démon ?
Serpent l'avait quitté, sans le prévenir. Pendant presque un demi-millénaire, Malkor avait grandi en présence de ce démon inférieur, pourtant si sage et le seul être à avoir su apaiser son cœur. Malkor ne ressentait pas vraiment de l'amour, mais un attachement, Serpent était à lui, et la mort lui avait arraché."Lorsque vous serez capable de maîtriser vos pouvoirs, vous deviendrez alors un Dieu, le Dieu de la Mort." Voila ce que lui avait soufflé Serpent durant ses dernières années, pourtant il lui avait menti. Il ne lui avait pas dit qu'il mourrait, et à présent, il était seul.

La solitude le rongeait plus que d'ordinaire, que devait-il faire ? Le soleil qu'il découvrait, ne semblait en rien lui apporter de la chaleur, peut-être n'était-il pas du même monde après tout. Devait-il continuer de faire avancer la secte de sa Mère ? Ou découvrir ce monde, qu'on lui a dit de détruire. Malkor ne savait pas, cela l'agaçait, sans s'en rendre compte, il commençait à sombrer dans de sombres pensées, l'herbe sous ses bottes, devînt terne, avant de tomber en cendre. Serrant ses mains, il allait s'y laisser succomber lorsque trois hommes apparurent dans un brouha.

"-Observe cette bourse ! Je sent qu'on va se faire une fortune avec ce qu'elle contient !
-A nous les pintes à volontés ! Aha !"

Baissant ses yeux, d'un pourpre sombre sur les trois humains qui venaient d'arriver près de lui, ceux-ci le remarquèrent enfin en sursautant et reculant par méfiance, devant les attributs étranges de l'enfant, dont l'apparence faisait penser à un Elfe noire, aux premiers abords. Ses longues oreilles en pointes, dont les anneaux de fers reflétaient les rayons du soleil, et ses traits fins et étranges, y faisaient fortement songer.

"-Du calme, les gars ! Ce n'est qu'un enfant ! Vous allez tout de même pas avoir peur d'un gamin ?"

Les deux compagnons reprirent de l'assurance en observant attentivement l'enfant, dont les vêtements riches et amples, offraient un mélange entre l’excentricité et la qualité. Ils ricannèrent en tirant des dagues à leur ceinture, s'approchant de Malkor sans cacher leurs mauvais intentions devant cette cible, qu'il prenait comme un Elfe cachant des richesses. Alors c'est des Humains sauvages ? Se dit le démon, en se tournant vers les trois bandits qui froncèrent les sourcils, à la vision des crânes humains qui cliquetaient sur la tenue de Malkor.

"-Hoy, hoy...C'est quoi ça ? Un truc d'elfe noir...?
-On s'en fiche ! Gamin, files nous ce que tu as sur toi. Sinon..."

L'un des trois, aux cheveux bruns contrairement aux deux autres, qui possédaient des cheveux d'ors, semblait le plus intelligent alors qu'il reculait. Celui qui semblait les commander, était solidement bâti, sûrement dans la quarantaine et glissa un doigt sur le fil tranchant de sa dague. Malkor ne connaissait que les humains servant la secte de la Sorcière, sa mère, pour lui, c'était des animaux sauvages mais qui l'ennuyaient.
Devant le silence de l'enfant, le chef des bandits s'approcha en grognant, lui attrapant le col en le soulevant au-dessus de l'herbe grise, sans en remarquer la présence. Son haleine empestait, et son visage était vraiment laid tandis qu'il beuglait sur Malkor, qui avait la tête penché en arrière. Il n'était pas fort, et il avait un poids médiocre, le bandit lui était musclé.

"-Files nous ce que tu as, si tu ne veux pas finir en morceaux, l'Elfe !
-Un Elfe ?"

La voix de Malkor était monocorde, celle d'un enfant alors qu'il comprenait enfin la mégarde des Humains à son encontre. L'Homme brun s'avança en tendant une main vers l'épaule de son compagnon, semblant ne pas vouloir faire de mal à un enfant alors que l'autre ricanait, jonglant avec la bourse qu'il avait volé dernièrement. Puis doucement, les yeux de Malkor glissèrent entre ses mèches sombres vers le visage de l'Humain qui hoqueta, prit d'un frisson. Lentement, son bras se baissa en reposant l'enfant sur l'herbe, sa peau devenant livide et ses joues se creusant avant qu'il ne pousse un cris de souffrance, ses mains tirant sur sa chemise, comme si il désirait saisir son coeur.
Le Brun recula devant cette scène, de la sueur glissant dans sa nuque en observant ce qu'il avait prit pour un Elfe noir, mais qui n'en avait soudainement plus l'apparence alors qu'un aura sombre l'entourait. Les yeux de la créature brillait alors qu'il les posait sur les deux autres humains, qui reculaient.

"-Tu...T'es un démon, hein ! MONSTRE !"

Le deuxième humain, aux cheveux dorés, abandonna la bourse en courant vers Malkor, la dague en main en rugissant. Son attaque était idiote, elle était alimentée par la peur et la colère, ainsi Malkor qui était d'un calme froid, recula en soulevant le corps, dans un geste rapide, du compagnon comme bouclier. La dague transperça le dos de l'Homme qui cracha du sang, tâchant la peau pâle du démon qui bondissait en arrière avec agilité. Puis tendant ses deux mains vers l'Homme, il murmura doucement entre ses lèvres, aspirant l'énergie du pauvre homme. Bien que résistant au début, celui-ci était paralysé par la peur, pleutre qu'il était, avant de s'écrouler de fatigue.
Les yeux de Malkor glissèrent vers le derniers Humain qui semblait retenir un cris de crainte, mais il prit la fuite en abandonnant ses deux compagnons. La magie de Malkor continuait de glisser autour de lui, l'énergie de l'Homme était encore en train d'être aspirer, alors qu'il restait sur le sol, marmonnant entre ses lèvres. Serpent...Que dois-je faire ?

Le Démon avait marché durant deux jours dans la Forêt, son estomac criait famine et l'énergie qu'il utilisait et aspirait, l'épuisait de plus en plus. Un corbeau croassa, s'envolant des branches au-dessus de lui, ses plumes chutant sur l'herbe dans une lente dance. Le monde devînt sombre, lorsque Malkor s'écroula dans l'herbe dans un profond sommeil. L'endroit qui fut autrefois plein de vie, était devenue un cercle d'herbe grise, où le sang du chef bandit, glissait sur la terre, la dague de son acolyte dans son dos. Serpent...











lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Oct - 10:17
Au cœur des branches d'un arbre, un lézard bougea. Il observa le tableau qui s'offrait à lui, lui qui avait assisté à l'intégralité de la scène. Lorsqu'il décida de quitter l'arbre, sa véritable nature fut révélée. En effet, bien que sa taille n'aie pas changé, il possédait à présent des ailes du même vert sombre que ses écailles. Il s'agissait d'un dragon, un véritable dragon, bien que de taille minuscule. Prenant son envol, il virevolta autour de l'enfant criminel endormi, l'observant sous toutes les coutures.
Lorsqu'il fut satisfait de son inspection, l'animal reprit de l'altitude et s'éloigna.

Dans une clairière, plus loin, dans une portion de la forêt épargnée par la mort entourant le jeune démon, une jeune adolescente, assise près d'une rivière, regarnissait le stock d'eau de sa troupe d'artistes, arrêtée pour le moment dans l'un des villages établis dans cette forêt inconnue de la jeune hybride. Mais elle s'en moquait. C'était une forêt, donc, en tant que membre du Clan de la Terre possédant du sang d'elfe, elle s'y sentait parfaitement à son aise, était dans son élément.
Une fois son devoir achevé, elle se releva pour ramener le fruit de sa collecte au village, plusieurs aller-retours. Ce fut lorsqu'elle revint prendre le dernier seau que le dragon, son familier, son Ejolod, la rejoignit, lui contant ce à quoi il avait assisté. Seule dans la forêt, l'adolescente hurla sa colère, promettant aux arbres :

- J'irai venger cette forêt ! Je m'en sais capable, alors pourquoi m'en priver ?

Gardant son seau d'eau dans les bras, elle courut après son dragon, qui la guidait. Lorsqu'enfin elle arriva dans la clairière où avait eu lieu le carnage, elle resta un instant immobile, sans voix. Certes, elle savait à quoi s'attendre, mais un récit est bien différent de la réalité. Néanmoins, voyant les végétaux morts, son sang elfe ne fit qu'un tour. Vérifiant que son eau était bien glacée, elle fit pousser quelques lianes qui vinrent s'enrouler autour des membres de cet enfant. Ainsi, il ne pourrait pas bouger quand il se réveillerait. Mais elle n'allait pas attendre tranquillement que Monsieur daigne s'éveiller seul. Elle l'aiderait un peu. S'approchant, elle laissa le temps à Ejolod de s'installer sur son épaule, puis vida son seau sur la tête de son prisonnier.

- Debout ! Comment peux-tu dormir dans de telles conditions ?

Elle s'agenouilla près de lui, puisque de toutes manières, il ne pourrait pas se relever tant qu'elle ne le libérerait pas, ses lianes, n'étant pas naturelles, ne pouvant pas mourir aussi facilement que de vraies plantes. Puis elle l'observa. Il était jeune, vraiment jeune. Comment pouvait-il avoir le rôle que lui donnait son familier ? Bien sûr, elle faisait confiance à ce dragon, mais... Elle avait du mal à le croire. Elle décida donc d'attendre la réaction du garçon. Elle aviserait par la suite.
Cependant, la nature détruite autour d'elle et les cadavres la perturbaient : elle avait réveillé un inconnu alors que le dragon n'était pas le moins du monde caché... Jamais elle n'aurait agi de la sorte dans des conditions normales.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Oct - 13:17
Dans l'aube d'une clairière...



Les songes de Malkor était ténébreux, des murmures lui parvenaient aux oreilles, milles et une plainte, il avait froid également, pourtant ce n'était pas un cauchemar. L'habitude de ces rêves, lui offrait un semblant de paix lorsqu'il était parmi ce songe, ces brumes...Puis soudainement, il sentit un froid plus intense en ouvrant ses yeux doucement, clignant quelques instants devant la force des rayons du soleil. Ce qu'il voyait, était flou, ses oreilles remuèrent en notant les sons qui l'entouraient, les battements d'ailes, le froissement des vêtements...Puis la sensation de l'eau sur son visage et ses vêtements, ainsi que ses chaînes naturelles.
Calmement, il glissa ses yeux sur les lianes qui le maintenaient, elle n'étaient pas naturelle vue leur façon de s'enrouler autour de lui, se dit-il. Malkor restait impassible, et inexpressif devant sa situation alors qu'il posait ses yeux sur la femme qui était près de lui, lui parlant mais son attention était posé sur l'étrange créature sur ses épaules. Le démon n'avait jamais vue de Dragon, il en avait entendu parler mais c'était la première fois qu'il en rencontrait un.

"-Est-ce un dragon ?" Demanda t-il de sa voix juvénile, mais monocorde.

Il lui faisait penser à Serpent, puis la sensation de manque vînt à Malkor, cette tristesse qu'il ne comprenait toujours pas. Le Dragon remua, alors que l'aura impie glissait sur le corps du démon, répondant à ses sentiments sombres mais les lianes résistaient à cette magie de mort.

"-Serpent..."

Murmura le Démon entre ses lèvres, ses yeux devenaient humide à présent et le piquait. Cela le déstabilisait, il ne parvenait pas à contrôler son corps qui agissait de lui même, mais il devait s'apaiser, comprit-il. Cette personne était étrange, elle ressemblait à une Humaine pourtant il pouvait y voir des traits plus fins, il savait qu'elle était différente. Reprenant le contrôle de sa magie, il s'affaissa finalement dans sa prison végétal en reposant ses yeux vers les feuilles dorées qui se balançaient aux rythmes des brises.

"-Retires ces lianes, elle me dérange."

A l'entendre, on aurait dit un gamin gâté qui parlait à un roturier car à ses yeux, Emeria n'était que l'égal d'une fourmis, un être pour lequel il n'avait aucune estime, et ne devait en avoir aucune. Contrairement au Dragon, qui l'intriguait et qui attirait son regard impassible, il appréciait les courbes de la créature, le reflet sur ses écailles et son regard reptilien.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Oct - 19:18
Les premiers mots prononcés, si loin des pensées de l'hybride, lui fit marquer un temps d'arrêt. Mais Ejolod semblait dérangé, et cela accapara aussitôt l'attention de sa maîtresse, qui, sans plus s'occuper de celui qui ne pourrait de toutes manières pas lui échapper ni tenter le moindre coup déloyal, concentra toute son attention sur son petit compagnon :

- Qu'est-ce qui ne va pas ?

Le dragon ne répondit pas. Ce qui augmenta encore l'inquiétude d'Emria, laquelle inquiétude, couplée au sens des paroles du gamin, la rendit agressive lorsqu'elle rétorqua :

- Et c'est le gamin qui donne des ordres à son aînée ? Non mais c'est quoi, ça ?! Et pour ta gouverne, sache que j'allais bientôt te libérer, mais maintenant, je n'en ai plus aucune envie. Apprends le respect, puis on en reparlera !

Non mais ! Jamais on ne lui avait parlé sur ce ton, et il était hors de question qu'elle se laisse faire. Pour bien lui faire sentir qu'elle ne plaisantait pas, les lianes se resserrèrent encore sur leur proie. Peut-être souffrait-il, peut-être, s'il était résistant, en était-il encore à la limite. Peu importait. Elle ne lui voulait pas de mal, simplement l'éduquer un peu mieux en lui montrant que ce n'était pas avec des menaces qu'on obtenait quelque chose de la part d'autrui.
Au dragon qui lui fit part de sa surprise dans leur langage muet commun, elle rit :

- Oui, c'est vrai, ce n'est pas mon fort de donner des cours. Mais bon, il paraît qu'il y a un début à tout, non ? Et je compte bien faire rentrer la leçon d'aujourd'hui dans la tête de ce bonhomme.

S'intéressant de nouveau à ce dernier, elle asséna :

- Si tu veux obtenir quelque chose, laisse la possibilité à la personne en question de refuser. Sans quoi, elle se sentira acculée et risque d'avoir une réaction violente. Compris ?

Non, selon elle, elle n'avait pas du tout été violente. Elle l'avait simplement empêché de faire de nouvelles bêtises.

Néanmoins, lorsqu'elle leva la tête, les feuilles mortes aux arbres lui rappelèrent ce qui l'avait fait venir. Et elle se remémora aussi le malaise d'Ejolod... Caressant du bout des doigts le petit corps blotti contre son cou, elle murmura, comme pour elle-même :

- Et si c'était vrai ? Si...

Elle observa de nouveau son élève, dans sa position originale, avant de secouer de nouveau la tête. Non, c'était impossible. Elle n'arrivait toujours pas à croire l'évidence. Cet enfant ne pouvait pas être la source d'un si grand chaos, c'était impossible ! Mais qui, dans ce cas ? Quelqu'un qui se serait enfui ? Oui, certainement... Mais pourquoi son fidèle ami lui aurait-il menti, dans ce cas ? Quelque chose ne tournait pas rond, et elle ne savait pas comment résoudre le problème.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Oct - 23:42
Dans l'aube d'une clairière...



Jamais on n'avait ainsi parlé à Malkor, les paroles de la Femme était directe, comme si elle le prenait pour son égal. Les lianes le serrèrent avec plus de force, doucement comme un serpent autour d'une biche, mais cela ne lui faisait pas mal car son corps était plus résistant, dû à ses origines démoniaques.

"- Si tu veux obtenir quelque chose, laisse la possibilité à la personne en question de refuser. Sans quoi, elle se sentira acculée et risque d'avoir une réaction violente. Compris ?"

Le visage inexpressif de ce qui semblait être un enfant, haussa finalement un sourcil devant les paroles d'Emeria. Jamais, on avait osé lui parler ainsi, même Serpent n'aurait osé lui dire de tels mots. Cela aurait pu l'offenser, mais il était curieux pour l'heure, et Malkor avait tout son temps. La femme avait fait une erreur, en s'approchant autant de lui, les lianes ne pourraient l'empêcher d'agir, si tel était son souhait. Néanmoins, il suivit le regard de l'hybride vers la dévastation autour d'eux, dont il savait être la cause mais il n'en avait aucun remord.

"-Je me sent acculé, là."

Dit-il de sa voix monocorde vers l'Hybride, qui murmurait entre ses lèvres des paroles qui n'échappèrent pas à ses oreilles aux pointes d'elfes. Savait-elle qu'il était la cause de ces morts alentours ? Aussi bien des Hommes, que des arbres et des herbes qui les entouraient. Elle semblait en douter, le Démon avait ainsi plusieurs options. Soit, il s'en débarrassait, ce qui ne l'intéressait pas en soit, car il avait surtout envie de lui poser des questions, par curiosité sur ce monde.

"-Si tu désires me demander quelque chose, ou parler, j'aimerais que tu me délivres de ces plantes. Je ne te ferais aucun mal, tu as ma parole."

Jouant la carte diplomatique, Malkor s'était décidé à épargner pour l'heure cette étrange créature, qui lui parlait comme jamais on n'avait osé. Une chose que Serpent lui avait enseigné, était la valeur d'une promesse, surtout chez les démons. Lorsqu'un démon faisait une promesse, il devait la tenir, c'était une des rares règles à suivre...Mais les mots, étaient trompeurs. Son estomac néanmoins, parla également dans un long grognement qui fit pencher les yeux du démon vers son ventre. La faim...Il n'avait jamais connu la faim, cette sensation douloureuse qui sert le ventre, qui rend si faible. Ce n'était pas agréable.




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 12:01

Devait-elle le croire ? Que valait une promesse de démon ? Malgré l'assurance qu'elle affichait, elle ne connaissait pas ces créatures, et ne savait donc pas comment il convenait de se comporter avec elles. Elle se cacha donc derrière le rôle de professeur qu'elle s'était elle-même donné :

- C'est mieux, au moins, maintenant, tu es poli.

Elle desserra un peu la prise de ses plantes, ne parvenant pas à se résoudre à le libérer totalement. Devait-elle se méfier de lui ? Que devait-elle faire ? Fermant les yeux, elle revit sa mère, dans un souvenir douloureux. Elle avait fui, et, bien que la présence ou l'absence de son père à ses côtés ne soit pour elle que deux aspects d'une même chose, sa mère, elle, lui manquait énormément lorsqu'elle se laissait aller à penser à elle. Cette mère qui avait toujours été là pour elle, qui l'avait écoutée et aidée quand elle le pouvait, mais qui avait également tenté de lui apprendre à développer sa magie. Emeria n'avait jamais été passionnée par ces cours-là.

Une petite piqûre sur son cou la ramena à a réalité. Rouvrant les yeux, elle découvrit que ce cher Ejolod avait cherché à attirer son attention. Elle n'avait pas besoin de précisions pour comprendre qu'il réclamait qu'elle fasse attention à ce jeune inconnu.

- Oui, pardon.

Elle observa une nouvelle fois ce garçon. Puis elle se remémora ses paroles : "Si tu désires me demander quelque chose, ou parler"...

- Qu'est-ce qui te fait croire que je veux te parler ? C'est idiot ! Tout ce que je veux, c'est être en accord avec mes valeurs.

Valeurs qui étaient mises à rude épreuve. Elle ne savait toujours pas quoi penser de cet être. Se relevant, elle s'éloigna un peu, s'assurant aussi discrètement que possible qu'elle avait toujours ses lames cachées sur elle. Certes, ces armes étaient minuscules, sans quoi il lui aurait été impossible de les cacher efficacement dans sa tenue, mais elle excellait dans leur maniement. D'une certaine manière, on pourrait dire que c'était ainsi qu'elle compensait ses piètres facultés magiques.

Se retournant, elle observa de nouveau cet être dont elle ne connaissait même pas le nom, méfiante, et comptant sur les ombres et la distance pour cacher l'expression de son visage. Après encore quelques hésitations, elle finit par laisser ses lianes retourner dans la terre. Revenant, elle reprit :

- Très bien, tu es libre. Mais sache que je te surveille. Au moindre mouvement suspect, tu le regretteras. Sache que je suis la fille d'une puissante magicienne !

Avec un peu de chance, ça passerait... Avec de la chance. La puissance magique n'était pas héréditaire, et il n'y avait à présent plus qu'à espérer qu'il ne le sache pas. Mais, même s'il le savait, peut-être pourrait-il croire qu'elle avait été assidue aux enseignements qu'une mère de cette puissance dispense forcément à ses enfants ? Et que, par conséquent, elle était capable de la même chose ? Il fallait que ça marche, elle devait l'intimider, afin de se protéger elle-même, si Ejolod avait été aussi fidèle qu'à l'accoutumée dans son récit.

Et puis, au pire des cas, elle avait toujours ses lames pour se défendre et son agilité de danseuse au sang d'elfe pour esquiver s'il attaquait...

Et soudain, elle eut une autre idée :

- Tiens, au fait... Je sais parfaitement comment survivre en forêt, donc, je pourrais peut-être t'aider à trouver de quoi manger... Si tu me prouves que je peux te faire confiance.

Il y avait de fortes chances que cette technique-là marche. Il avait faim, c'était évident : même si elle était loin à ce moment, elle avait entendu la protestation de l'estomac du gamin, et comptait bien s'en servir.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 13:42
Dans l'aube d'une clairière...




Les lianes se desserrèrent doucement, mais le garder encore sous leur joug néanmoins il pouvait à nouveau remuer ses mains, ce qui le satisfaisait. Cette Femme cherchait-elle vraiment à lui donner une leçon ? Malkor trouvait étrange qu'une inconnue, cherche à faire cela à un inconnu, et plus encore, il n'aimait pas qu'on lui fasse ça sans le connaître. Elle ferma ses yeux, semblant réfléchir à la situation en offrant une ouverture au Demon, qu'il ne saisit pas, par manque d'envie. Observant la piqûre du Dragon, il comprit également qu'elle avait un véritable gardien auprès d'elle. Pour l'heure, il semblait que ses paroles commençaient à aller dans son sens, Malkor continuerait ainsi.

"- Qu'est-ce qui te fait croire que je veux te parler ? C'est idiot ! Tout ce que je veux, c'est être en accord avec mes valeurs."

Ses valeurs ? Elle n'était pas un démon, en cela, il supposa qu'elle luttait contre les siens et le chaos qu'ils engendraient. De quel clan était-elle issue ? Enfin, les valeurs d'un insecte lui importait peu alors il tourna son visage sur le côté, en attendant qu'elle décide de ses prochains actes. Elle s'éloigna, les iris du démon suivant du coin de l'oeil ses pas vers les ombres plus loin. Elle allait quitter son champs d'action, ce qui ne lui plaisait pas mais il avait d'autres cartes en manche. Il patientait alors, en silence.
Les lianes glissèrent sur son corps, disparaissant sous terre dans un ordre silencieux en le libérant, ce qui le satisfit alors qu'il se relevait dans un bond agile, tapotant ses vêtements pour en retirer la poussière et la terre d'un mouvement las. Les crânes qui pendaient à ses vêtements cliquetèrent sous le mouvement du démon qui posa ses yeux sur Emeria s'approchant à nouveau, terminant en essuyant le sang sur ses joues.

"- Très bien, tu es libre. Mais sache que je te surveille. Au moindre mouvement suspect, tu le regretteras. Sache que je suis la fille d'une puissante magicienne !
-Moi aussi."

Dit-il d'une voix lointaine, sans vraiment porter d'attention sur les vaines paroles de la demoiselle, tirant sur ses vêtements pour les remettre en place, il devait lever son visage pour pouvoir fixer dans les yeux Emeria. Sa taille ne le gênait pas, surtout dans ce genre de situation où on le prenait pour un vulgaire enfant.

"- Tiens, au fait... Je sais parfaitement comment survivre en forêt, donc, je pourrais peut-être t'aider à trouver de quoi manger... Si tu me prouves que je peux te faire confiance."

Haussant vaguement un sourcil devant cette proposition, le Démon posa une main sur son ventre en mordant ses lèvres. Il avait faim, c'était vrai et il ne savait pas vraiment chasser, les animaux le fuyaient en général ou mourraient à son approche, se desséchant. Il n'avait aucune connaissance de la chasse, ni de la récolte ainsi cette femme pourrait lui venir en aide, mais prouver sa confiance ?

"-Passons un pacte, en ce cas."

Malkor ne voyait pas d'autre option, de nature, on ne pouvait faire confiance à un démon, même parmi les siens il ne pouvait offrir pleinement sa confiance, hormis à Serpent qui l'avait éduqué. Le pacte était plus fort qu'une promesse, c'était un échange équivalent qu'appréciait le Démon, en échange d'un service, il en offrirait un autre. Levant sa main gauche vers l'hybride, il lui tendait ouverte sans le moindre mouvement hostile mais dans un calme froid alors qu'il prononçait ses paroles, toujours d'une voix sans sentiment, tel un revenant.

"-Malkor est mon prénom, en échange de ton aide, je te fais la promesse de ne te faire aucun mal, à toi et ton gardien."

Les habitants qui vivaient aux alentours, connaissaient bien le nom du Démon, et le craignait. Si ce n'était par ses propres actes, c'était par ceux du culte de la Sorcière qui l'avait mit au monde autrefois, des sacrifices et des attaques sournoises qui avaient eux lieux aux fils des siècles. Les yeux du Démon luisaient légèrement alors qu'il observait Emeria, son visage pâle ne montrait aucun sentiment, si ce n'était cette lassitude éternelle.

"-Mais je te met en garde, ceux qui m'approchent, connaissent souvent un destin effroyable, par ma volonté ou non."

Préférant la mettre en garde sur la malédiction qui pesait sur ses épaules, l'empêchant de tisser des liens ou de vivre parmi les autres, Malkor était curieux de voir la réaction de la demi-elfe à cette annonce. Qu'allait-elle faire ? Allait-elle fuir comme les autres avant elle ? Essayer de l'abattre ? Cela pourrait peut-être le distraire et lui changer les idées, avant qu'il ne se retrouve encore une fois seul.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 15:01
"Pacte" ? Ce mot et toutes ses connotations firent de nouveau hésiter la jeune fille, mais elle ne pouvait désormais plus revenir en arrière. Elle écouta donc ce qui suivit, mais ne put s'empêcher de rire à la manière dont fut désigné son petit compagnon :

- Un gardien ? Vraiment, tu crois ça ?

Si elle était en danger, il était peu probable que son si petit compagnon soit dans la possibilité de lui être d'une quelconque aide.

- Quoi qu'il en soit, ça me va. Sache que j'apprécie ta franchise, même si j'ai du mal à comprendre comment on pourrait subir quelque chose de non voulu. Ah, et j'allais oublier : moi, c'est Emeria !

Non, elle ne connaissait pas ce nom. Tout simplement car elle n'était pas du Clan du Feu, étant née au plus profond d'une forêt reculée du Clan de la Terre, et, n'ayant pas arrêté de voyager depuis sa fugue, elle n'était jamais restée assez longtemps au même endroit pour apprendre ce que les habitants savaient au sujet des légendes des environs.

Détournant son attention l'espace de quelques secondes, elle envoya le dragon au loin. C'était ainsi qu'elle chassait, en envoyant son compagnon en reconnaissance avant tout. C'était lui qui repérait les proies. Ils avaient mis au point un système de communication à distance spécifique, et réservé à cet usage. Cependant, elle devait attendre que son binôme repère leur future victime. Pendant ce temps, elle reporta son attention sur Malkor.

- Bien, on va essayer quelque chose...

Elle n'eut pas le temps d'en dire plus. Plus rapidement que d'habitude, Ejolod avait trouvé. À présent, tout bruit était interdit. Sans plus s'occuper de celui qu'elle aurait associé à sa chasse si elle en avait eu le temps, elle sauta souplement dans les branches de l'arbre le plus proche. Tel un écureuil, elle sauta lestement de branche en branche, ces dernières étant cependant plus épaisses que celles que parcourait le petit rongeur. Consciente de son poids, elle n'allait pas courir le double risque de tomber et se signaler à sa proie.

Concentrée, elle rejoignit bientôt le dragonnet. Posant son regard en contrebas, elle aperçut une jeune biche. Si le dragon la lui avait désignée, il devait avoir découvert, l'hybride ne savait comment, qu'elle n'avait pas de petits. Il veillait toujours à ne pas mener sa maîtresse à faire des orphelins lorsqu'elle chassait. Sans quitter l'animal des yeux, elle sortit une dague.

Attendant que la proie passe sous sa branche, elle se laissa tomber au bon moment, atterrissant sur son dos. Puis, rapidement, avant que l'herbivore n'aie eu le temps d'alerter d'autres animaux, elle lui trancha le cou, le maintenant de manière à ce que le sang ne coule pas trop sur le sol. La bête avait été tuée sur le coup, sans souffrance, sans se rendre compte de ce qui lui était arrivé. Emeria resta un instant sans bouger, reprenant son souffle. Mine de rien, sa méthode de chasse, quoi qu’efficace, était épuisante. Ainsi, elle ne pouvait chasser qu'une seule proie à la fois.

Après avoir repris son souffle, elle se retourna. Malkor l'avait-il suivie ? Elle ne savait pas si elle aurait la force de déplacer le cadavre, si cet enfant était resté là-bas. Et d'abord, était-ce vraiment un enfant ? Elle l'avait traité comme tel depuis la départ, mais elle savait également très bien que certaines races voyaient leurs membres rester jeunes plusieurs siècles durant. Les démons en faisaient-ils partie ? Elle n'en savait absolument rien.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 15:48
Dans l'aube d'une clairière...




"- Quoi qu'il en soit, ça me va. Sache que j'apprécie ta franchise, même si j'ai du mal à comprendre comment on pourrait subir quelque chose de non voulu. Ah, et j'allais oublier : moi, c'est Emeria !"

Malkor ne donna aucune information sur ce possible malheur qui pourrait arriver à celle-ci, il savait que sa magie était résiduelle, et réagissait à ses propres sentiments. Généralement, la colère et la tristesse l'activaient sans qu'il ne le désire et blessaient ceux qui l'entouraient alors. D'après la secte que sa Mère créa, il était un être d'une puissance incroyable qui changerait ce monde, était-ce cette puissance qu'il ne pouvait encore contrôler ? Emeria. Il retiendrait ce prénom, mais pour sa part il n'appréciait pas sa façon de lui parler, qui pouvait-il ? Lui qui avait connu la crainte chez les autres, le respect et leur soumission. Enfin, le pacte était signé. Néanmoins, il observait le Dragon, ainsi il n'était pas un Gardien, parfait.
Sans un mot, le Dragon déploya ses ailes et prit son envole vers les cimes des arbres, s'éloignant de ce qui fut autrefois un bosquet, sous le regard attentif et contemplateur de Malkor. C'était une belle créature, il aimerait en avoir un, pas comme compagnon comme Emeria l'avait, mais plus comme un objet. La Demi-Elfe tente de lui dire quelque chose, mais elle se coupa avant de bondir vers les arbres, avec une agilité qui égalait le démon, à sa surprise, le laissant seul.

"-J'imagine que je dois la suivre ?"

Demanda t-il, sans que personne ne lui réponde ou ne l'entendre. Suivant la piste qu'elle laissait derrière elle, il glissa sous les ombres des arbres dans une course fluide et silencieuse, ses yeux observant les traces de vies que la forêt cachait avec abondance jusqu'à l'endroit où une biche s'avançait. Arrêtant sa course, Malkor resta à distance dans les ombres en observant cet animal qu'il ne connaissait pas. Qu'est-ce que cette créature semblait fragile ! Se dit-il, avant que dans un éclair, Emeria ne vienne mettre fin à la vie de l'animal.
Malkor qui l'observait, n'oubliera jamais cette technique de chasse rapide et efficace, même si la femme semblait fatiguée après sa course parmi les branches. Il nota également, le respect qu'elle avait mit dans son oeuvre, si elle tuait, elle le faisait rapidement. Quittant les ombres qui le masquaient, le démon s'approcha d'une démarche souple et silencieuse vers la scène, ses yeux observant l'animal qui avait rendu son derniers souffle depuis quelques instants déjà. Tendant sa main vers la fourrure de l'animal, il la glissa dessus en s'accroupissant, à présent qu'elle était morte, elle ne pouvait plus subir sa magie impie. C'était doux, et encore chaud d'ailleurs, il appréciait ce contacte macabre avant de croiser le regard d'Emeria, qui l'observait étrangement.

"-Pourquoi ce regard, toi qui te nomme Emeria ?"

Redressant son corps d'enfant vers la demi-elfe, il leva son visage vers le siens en haussant légèrement un de ses sourcils. Elle ne le connaissait pas, c'était certain mais il préférait cela. Néanmoins, il ne pourrait cacher longtemps son identité, du moins, une partie de celle-ci.

"-Ne te fie pas aux apparences, car je ne suis pas un enfant. Je suis un Démon, rôdant dans ces bois depuis des siècles, apportant malheur et désolation. Néanmoins, ceux qui passent un pacte avec moi, peuvent obtenir puissance, vengeance et protection."

De ses pas légers et silencieux, Malkor s'éloigna de la biche pour laisser faire Emeria, lui qui n'y connaissait rien en chasse, ni comment obtenir cette viande qu'il appréciait des êtres vivants mais resta près d'elle, l'observa en s'asseyant sur le sol, croisant ses jambes en prenant entre ses mains, l'un des crânes humains attaché à ses vêtements, l'observant. L'apparence du démon, de son visage pâle et impassible, de ses traits doux et de son corps d'enfant, faisait penser à une véritable poupée. Rien qui ne pourrait faire croire, qu'il était un être aussi maléfique qu'il le disait, ou que d'autres diraient.

"-Et généralement, on me fuit ou on me vénère."

Dit-il vers le crâne entre ses mains, d'un ton détaché.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 18:56
Quel étrange rapport avec la mort... Elle le vit agir avec une certaine fascination, et n'était pas sûre d'apprécier cela. Et, visiblement, lui aussi avait remarqué sa désapprobation. Juste retour des choses...

- Ce n'est... Rien.

Elle avait dû se faire violence pour laisser ces mots sortir, mais elle avait réussi. Certes, elle n'était pas comme ces faibles créatures bénéfiques, qui s'effarouchaient d'un rien, mais cette attitude ne lui plaisait pas. Néanmoins, elle ne pouvait se permettre d'être franche. Et les paroles qui suivirent la confortèrent dans sa décision de continuer à se méfier.

- C'est un peu contradictoire, ce que tu me racontes, là. Tu veux dire que tu es dangereux, mais que tu deviens bienveillant si on noue un pacte avec toi ? Bizarre, non ?

Encore une fois, ce fut Ejolod, revenu entre-temps, qui la rappela à l'ordre. Oui, bien sûr, il fallait préparer la viande tant que le corps était encore chaud, pour rendre la découpe plus facile. Mais avant ça...

Elle n'entendit pas les dernières paroles, concentrée qu'elle était à aller remplir son seau un peu plus loin. Certes, dans le feu de l'action, faire couler le sang ne lui posait pas de problème. Mais dans la situation actuelle, elle n'aimait pas ce liquide, et se munit donc d'eau pour diluer le fluide vital de la proie, qu'elle découpa minutieusement à l'aide de sa dague. Enfin, aussi minutieusement que possible avec une arme de combat, et non un couteau de cuisine ou ne serait-ce qu'une arme de chasse.

Evidemment, une fois son oeuvre terminée, elle ne fut pas satisfaite. La carcasse n'était pas parfaitement nettoyée.

- Bon, je suppose que je ne peux pas faire mieux avec le matériel que j'ai...

Elle avait quand même réussi à obtenir de beaux morceaux, et en nombre suffisant pour nourrir le démon largement à sa faim et en garder qu'elle ramènerait à sa troupe. Réfléchissant de nouveau, quant au fait que pour se conserver, et être également meilleure au goût, la viande devait être cuite, elle eut soudain une idée :

- Eh, toi ! Euh... Malkor, c'est ça ? Tu fais bien partie du Clan du Feu, non ? Parce que si c'est le cas, j'aurais besoin de tes talents...

Bien sûr, elle savait allumer un feu manuellement, mais ce serait très long et fastidieux. Une flamme magique serait la bienvenue. Tout en attendant une réaction, elle rassembla quelques branches, qui seraient nécessaires, quelle que soit la réponse qu'elle obtiendrait.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 13 Oct - 19:12
Dans l'aube d'une clairière...




"- C'est un peu contradictoire, ce que tu me racontes, là. Tu veux dire que tu es dangereux, mais que tu deviens bienveillant si on noue un pacte avec toi ? Bizarre, non ?

Tournant le crâne entre ses mains d'enfants, aux doigts fins et agiles, Malkor réfléchissait aux paroles d'Emeria. Comme avec cet os, on pouvait le tourner dans touts les sens possible, il restait un crâne humain, rien de plus.

"-Ce n'est pas de la bienveillance, un pacte est dangereux car souvent, le prix est une vie. Il faut le faire minutieusement, et être prêt à assumer son choix."

Les yeux du démons, aux formes félines et pourpre, se levèrent en observant la demi-elfe s'occupait de l'animal, avec un savoir faire qui le surprenait. En l'observant, il avait eu du mal à l'imaginer agir ainsi, d'une façon aussi sanglante en quelque sorte. Malkor manquait de connaissance pour survivre, il en était bien conscient mais il apprenait rapidement, surtout avec Emeria. Il employait les mêmes sortes de lames, possédait une agilité similaire...En soit, elle était une facette de lui mais de lumière.
Pas le monstre qu'il était, lui. Restant silencieux, Malkor attendait qu'elle termine son oeuvre, observant avec fascination la coupe entre la peau, les muscles et les os. Cette construction sur les êtres vivants, étaient à la fois simple d'apparence, et complexe et il aimait ce spectacle. Sans ses chairs, l'animal semblait moins fragile.

"- Eh, toi ! Euh... Malkor, c'est ça ? Tu fais bien partie du Clan du Feu, non ? Parce que si c'est le cas, j'aurais besoin de tes talents...
-Faire partie d'un clan, n'inclue pas d'en maîtriser sa nature."

Dit-il d'une voix sans sentiment, ne pouvant voir Emeria autrement qu'un être inférieur à lui. De plus, il ne pouvait invoquer des flammes, cela n'était pas en lien avec la magie qu'il maîtrisait, ni son clan mais il ne pouvait en parler. Lui et les siens, agissaient dans les ombres de ce monde, préparant l'avènement des ténèbres avec minutie. Le Clan du Feu les soutenait, ainsi, rare avaient été les chasses à la sorcière ou aux démons dans ces bois.
Laissant faire l'hybride, ses yeux ne la quittant que rarement pour observer le Dragon, il la laissa trouver un moyen d'allumer les flammes, sans pouvoir l'aider. Il ne savait pas s'y prendre, il avait horreur du feu à vrai dire.

"-De quel clan viens-tu ?"

Demanda t-il finalement, tout en restant sous un arbre en jouant, semblait-il, avec son macabre jouet dont les orbites vides, observaient les alentours d'un air lugubre.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 14:10
Très bien, il ne pouvait pas lui être utile... Dommage. Elle devait donc se débrouiller seule. Ejolod décida alors d'ajouter son grain de sel en soufflant sur le tas de branchages une flamme impressionnante... Mais uniquement à son échelle. Du point de vue des humanoïde, ce n'était qu'une flammèche ridicule qui ne parvint qu'à noircir une petite surface de bois. Emeria rit, puis déchira le bas de sa robe. Elle essuya le sang qui maculait sa dague sur le morceau de tissu qu'elle obtint alors, puis le tendit à son familier, qui comprit assez vite ce qu'elle attendait de lui, bien qu'elle n'aie pas dit un mot. Il produisit une nouvelle flamme, et, cette fois, son combustible s'enflamma facilement. Tout en le jetant sur son tas de bois, la demi-elfe détacha ses cheveux, qui se mirent à onduler doucement au rythme de la brise qui soufflait. Etudiant la direction qu'ils suivaient, elle s'approcha de son feu et vint placer ses mains dans la direction opposée, afin de le protéger du vent. Puis elle souffla doucement à la base des flammes. Ces dernières grandirent doucement, lentement. Mais Emeria persévéra, faisant preuve de plus de patience que jamais.

Lorsqu'elle jugea la taille du foyer comme étant suffisante, elle se redressa. Le vent fit danser les flammes, sans les éteindre. Bien. Maintenant, elle devait trouver de quoi faire cuire la viande... Ce qui n'était pas facile.

Elle fut distraite par ce démon, qui lui posa une nouvelle question. Le jaugeant du regard, elle ne répondit pas tout de suite. Et elle prit tout son temps lorsqu'enfin, elle lâcha :

- Réfléchis. J'aime la nature et sais me débrouiller en son sein. Un seul Clan est capable d'une telle symbiose.

Sans en dire plus, elle retourna à son ouvrage.

Son oeuvre presque achevée, il ne lui restait plus qu'un morceau cru. Au lieu de lui faire subir le même sort que les autres, elle le jeta en l'air. Ejolod effectua un sprint aérien pour aller la récupérer. Et une fois que ce fut fait, sa maîtresse sourit, attendrie. La viande occupait le même volume que le dragon, voire un peu plus. Et pourtant, elle savait qu'il le mangerait. C'était un jeu entre eux. Lorsque la danseuse cuisinait ainsi de la viande qu'on lui donnait cru, elle réservait toujours le dernier morceau à son compagnon, qui n'aimait pas la viande cuite. Bien qu'elle ne fasse cela que rarement, le petit dragon mangeait largement à sa faim, entre la viande offerte par l'hybride, ou les échantillons de nourriture qu'il lui volait lorsqu'elle-même prenait ses repas. Et au pire des cas, il pouvait toujours chasser de petits rongeurs par lui-même.

S'intéressant enfin de nouveau à Malkor, elle lui adressa une nouvelle fois la parole :

- Viens, sers-toi. Prends ce que tu veux, je ne compte pas manger à cette heure de la journée.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 16:21
Dans l'aube d'une clairière...



"- Viens, sers-toi. Prends ce que tu veux, je ne compte pas manger à cette heure de la journée."

Malkor réfléchissait aux paroles de la demi-elfe, en vue de ce qu'il avait aperçu de sa magie, il jugeait qu'elle devait être du clan de la terre, qui n'était pas un ami. Se relevant en tapotant ses vêtements de ses pâles mains, il s'approcha finalement des flammes non sans un regard mauvais vers celle-ci, puis saisit un morceau de viande qu'il porta vers son visage en l'observant. D'ordinaire, on lui préparait des repas plus...convenable. Mais son estomac poussa une râle, qui l’empêcha de s'en plaindre. Croquant de ses petites dents pointues dans le morceau de viande, il fut surpris par son goût qui n'était pas si mauvais.
S'asseyant à nouveau sur le sol, le démon commença à dévorer un premiers morceaux de viandes, avant d'en saisir un autre, suivit encore d'un autre morceau de viande. De nature, il avait un appétit surprenant, alors son jeune de deux jours, ne l'avait rendu que plus gourmands. Rapidement, il ne restait plus que la moitié de la viande préparait, Malkor léchant ses lèvres où perler encore du jus, en soupirant d'aise. Il était rassasié.

"-Merci pour cette nourriture, Emeria. Ainsi que ton enseignement..."

Dit-il de sa voix monocorde en se redressant doucement, ses vêtements flottant sous la légère brise qui se levait dans la clairière avant qu'il ne pose ses yeux dans un regard tranchant sur celle-ci. Savait-elle qu'elle aidait un démon dont la quête était de détruire les opposants  de son clan ? D'apporter la mort, et la désolation ? Une situation ironique, en soit mais sa gentillesse, n'y changerait rien.

"-Le pacte prend fin, à présent."

A partir de maintenant, il en avait finit avec cette partie. Enfin, il avait son estomac plein, il pouvait retrouver sa force et sa vivacité d'esprit. Néanmoins, que devait-il faire d'Emeria, commença t-il à penser.

"-As-tu encore besoins de moi ?"

Demanda t-il vers celle-ci, peut-être désirait-elle passer un autre pacte plus utile pour elle, qui arrangerait également Malkor dans sa découverte de ce monde. Sinon, et bien, il la laisserait vivre pour l'heure, elle ne le dérangeait pas et il lui pardonnait sa façon de lui parler, ne le connaissant pas. Egalement, il aimerait éviter de laisser trop de trace derrière lui, qu'on ne le retrouve pas rapidement. Cela serait...gênant qu'on cherche à l'arrêter, avant même qu'il ne commence à réaliser ses propres projets.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 14 Oct - 21:39
Un remerciement... Elle s'attendait à tout, sauf à ça. Elle se cacha donc derrière un air méprisant :

- Je ne t'ai appris que le strict minimum. Quant à la nourriture... Je ne suis peut-être pas des plus altruistes, mais je suis incapable de laisser qui que ce soit mourir de faim. Si je tue, je veux le faire loyalement. C'est tout.

Sous-entendait-elle qu'elle voulait le tuer ? Cela pouvait être compris ainsi, en effet, mais elle ne le pensait pas. Ce qu'elle n'avouerait jamais, c'était qu'elle ne tuait pas pour s'amuser. À chaque fois, il devait y avoir une bonne raison derrière cette action. Malgré les dires de certaines personnes ayant eu le malheur de la provoquer un peu trop, elle n'était pas cruelle et ne voulait de mal à personne. Elle était largement pour la cohabitation... Tant qu'on ne s'opposait pas trop catégoriquement à elle et ses objectifs. Et tant qu'on n'était pas humain, également. Son père, cet incapable, était humain. C'étaient des humains qui l'avaient poussée à fuir et abandonner sa si chère mère. Elle entretenait une rancune féroce à l'égard de ces êtres. Au point de les tuer à la première rencontre ? Quand même pas...

Encore une fois, elle fut tirée de ses pensées, cette fois, pas par Ejolod, qui avait disparu sans prévenir, sans doute en train de dévorer sa part de viande dans un coin tranquille, mais par cet ennuyant démon. Est-ce qu'il pourrait lui rendre de nouveau service ?

- Oui... Tais-toi. Laisse-moi penser.

Elle avait parlé sans réfléchir. Mais peu importait. Si elle le chassait, au moins, elle aurait la paix, non ? Néanmoins, autre chose la tracassait :

- Mais je ne connais pas les démons... Peut-être, si ça ne te dérange pas, pourrais-tu m'en dire un peu plus à votre sujet ?

Cette phrase était toute nouvelle pour elle, par bien des aspects. D'abord, elle n'avait jamais parlé aussi poliment à qui que ce soit, mis à part sa mère et son chef de troupe, les deux êtres humanoïdes dont elle était la plus proche. Son chef était d'ailleurs également le seul humain qu'elle appréciait vraiment... D'autre part, jamais elle n'avait manifesté de réel intérêt à apprendre au sujet des autres. Mais cela lui permettrait peut-être de mieux connaître un adversaire potentiel, tenta-t-elle de se justifier...


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 0:16
Dans l'aube d'une clairière...



Haussant un sourcil devant sa question, ainsi que sa soudaine politesse, Malkor dévoila un léger sourire en coin sur ses lèvres. Croisant ses bras sur son torse délicatement, il pencha légèrement son visage d'un air songeur. Devait-il vraiment parler des siens à cette inconnue ? Et ne connaissait-elle vraiment pas son espèce ? Soupirant comme si cela l'ennuyait profondément, il prit néanmoins la parole.

"-Car tu me parles avec politesse, j'accepte de t'offrir ce que tu désires. Néanmoins, sache que nous autres, Démons, sommes tous différents des uns des autres. Nous sommes, une sorte de mélange raciale."

Tapotant de son doigt sur son avant-bras, le Démon réfléchissait à la meilleur façon de décrire les siens, sans en divulguer plus que nécessaire. Mieux valait en rester aux informations qu'on connaissait sur les démons, autant pour lui, que pour elle.

"-Les Démons sont des êtres, de nature, malfaisant. Nous apprécions le pouvoir, nous sommes cupides et adorons régner par la force, et la terreur. La loyauté n'a pas sa place, parmi nous, si ce n'est pour un objectif commun. Encore une fois, nos différences n'aident guère, certains peuvent avoir l'apparence de serpents, d'autres d'humanoïdes."

Laissant ses mots atteindre Emeria, Malkor roula légèrement ses épaules en baillant. Son repas lui pesait sur l'estomac, la chaleur était douce et il commençait à avoir sommeil. Les alentours étaient silencieux, les animaux le fuyaient, pouvant ressentir son aura impie, avant même de le voir. Levant l'indexe vers la demi-elfe, il reprit :

"-Les démons maîtrisent des énergies sombres, néfastes. Ils sont le contraire des anges, de la lumière. Si ton objectif est de défendre la nature, ce que tu nommes équilibres, alors sache que je suis ton pire ennemi. Car oui, je suis l'auteur de la destruction que tu as découvert plus tôt."

Abaissant son doigt, Malkor n'affichait guère plus d'émotion qu'à l'accoutumé. Il semblait plus offrir à son tour une leçon, à un disciple ainsi qu'une mise en garde, qu'autre chose. Si elle décidait de l'affronter, il n'aurait aucun remord à l'éliminer, mais oserait-elle mettre en péril la fragile paix entre les clans ?

"-Cependant, ta vision de l'équilibre est faussée. Tu n'en as qu'une partie, l'autre t'es cachée. Les Démons luttent pour un équilibre différent, plus paisible que celle de la lumière, qui cherche à nous faire taire. Les pactes sont une partie de cet équilibre."

Abaissant finalement ses bras, le Démon posa ses yeux violets sur la demi-elfe, dont il semblait être un parent lointain. Effectivement, même si il se disait être un démon, son apparence était plus celle d'un enfant elfe noir, qu'une créature effroyable et sanguinaire. Du moins, d'apparence.


lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 18:30
- Je n'ai jamais parlé d'équilibre. Et je sais parfaitement que le bien et le mal ne peuvent que coexister. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai choisi de n'être fidèle qu'à moi-même.

Elle avait laissé sa pensée s'exprimer librement, sans se préoccuper de ce que son interlocuteur pourrait en penser.

- Si j'ai bien compris, vous êtes la part maléfique de ce monde. C'est ridicule. À quoi bon être bon ou mauvais, sincèrement ?

Elle se laissait aller. Il fallait qu'elle se calme. Peut-être était-ce l'aveu précédent qui la mettait ainsi hors d'elle, bien qu'elle s'efforce de paraître calme ? Néanmoins, elle ne pouvait pas l'attaquer. À présent, bien forcée de faire confiance à son petit compagnon, elle sut ne pas sous-estimer cet être à l'apparence juvénile, et jugea plus sage d'éviter autant que possible de l'affronter. Non qu'il l'effraie, bien sûr, il n'était pas l'un de ces monstres comme celui rencontré à Aquaris, mais elle n'aimait pas vraiment se lancer dans un affrontement qu'elle n'était pas certaine de remporter.

Décidant d'ignorer la mise en garde, elle lui tourna résolument le dos, commençant par se rattacher les cheveux (plus pratique), puis elle alla récupérer son seau, qui n'était pas vide. Bien. Revenant vers le feu, elle le noya sous le contenu du récipient. Avec un grésillement, les flammes laissèrent place à un filet de fumée et une odeur de charbon. Emeria fronça le nez. Elle avait beau avoir un odorat aussi peu développé que celui de sa race paternelle, elle n'aimait pas cette fragrance. C'était bien trop synonyme de mort.

Sans se relever, elle tourna la tête vers Malkor, décidant enfin de reprendre la parole :

- Pourquoi toutes ces mises en garde ? Tu ne me connais pas, et, si j'en crois ce que tu viens de me dire, je ne dois pas représenter grand-chose pour toi, je me trompe ? Alors, pourquoi ne te contentes-tu pas de me tuer ? Je suis sûre que tu es plus puissant que moi, malgré ce que ton apparence laisse voir.

Elle le provoquait. Certes, elle savait qu'elle se mettait en danger. En effet, s'il prenait ses mots au pied de la lettre, elle n'était pas sûre de pouvoir résister très longtemps. D'autant plus, qu'étant déjà à terre, elle se trouvait clairement en situation d'infériorité. Mais, avec un peu de chance, elle aurait touché un point sensible, qui le ferait peut-être hésiter, et, avec énormément de chance, douter ? Elle ne supportait pas qu'il la menace ainsi alors qu'elle venait de lui rendre service. Et elle en rajouta une couche :

- "Je suis ton pire ennemi"... Qu'est-ce que tu en sais ? On ne se connaît pas, et puis... Franchement, j’espérais mieux, comme remerciement ! Ejolod ! Viens, on rentre !

Sans plus de cérémonie, elle se releva et tendit son poing au dragon, qui vint s'y poser tel un oiseau. Puis elle fit quelques pas, avant de se retourner légèrement :

- Quel dommage, Monsieur Malkor. Il aurait certainement été intéressant et enrichissant pour chacun de nous de continuer à discuter. Mais on m'attend.

Allait-il la retenir ? D'une certaine manière, elle voulait le tester. Pour une fois, elle était disposée à se radoucir, si, en échange, il lui prouvait qu'il était capable d'abandonner son rôle de créature infâme. Pouvait-il changer ? S'il s'avérait que oui, elle le ferait aussi... Peut-être... C'était à voir. Tout en guettant la réaction qu'elle attirerait, elle commença à s'éloigner, à petits pas tranquilles, comme si elle devait vraiment retrouver les siens.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 19:01
Fausse manipulation, texte perdu
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 20:44
D'un coup, il lui devint difficile de continuer à marcher. Que se passait-il ? Elle ne comprenait plus rien. Et plus le temps passait, moins elle se sentait en forme. Elle finit par s'appuyer contre un arbre, refusant de se laisser tomber au sol. Ejolod sembla paniqué. Elle tenta de le rassurer avec un sourire, mais cela sembla avoir l'effet inverse.

- Qu'est-ce...

Elle ne put pas continuer, et fut surprise par la soudaine agressivité de son petit compagnon, qui souffla une gerbe de flammes vers une cible située derrière elle. Cramponnée à son arbre, elle ne bougea pas, n'ayant pas vraiment envie d'empirer son état, et se contentant donc de se poser un monticule de questions. C'est quand elle entendit de nouveau la voix de Malkor, cette fois toute proche, qu'elle comprit. Et cette fois, elle ne pouvait pas en vouloir à son familier qui, quoique bien trop petit pour pouvoir faire le moindre mal à quiconque, restait fidèle.

- M'utiliser ?

Elle n'en dit pas plus, prudente. Finalement, elle aurait peut-être dû accepter les cours de magie de sa mère, se dit-elle. Venant d'une personne aussi douce que cette elfe, la magie ne pouvait qu'être bénéfique, et... Soudain, elle eut une illumination. Certes, ce n'était pas puissant, mais elle avait en elle, bien protégées et peu utilisées, quelques compétences curatives. Elle pouvait tenter le coup... Mais si elle échouait, elle se serait épuisée pour rien. Non. Elle n'utiliserait pas de magie dans cette situation. Trop de risques.

Cette chose étrange qui l'oppressait disparut soudain. Qu'était-ce ? Elle ne connaissait pas toutes les facettes de la magie, loin de là. C'est pourquoi elle était très loin de se douter de la véritable raison de son soudain affaiblissement... Lorsqu'elle remarqua le squelette... Vivant ? Quelle était encore cette abomination ? Si elle l'avait pu, elle aurait eu un mouvement de recul. Mais elle s'était elle-même entravée, et en fut réduite à se plaquer contre l'arbre, pas vraiment rassurée.

- La... La biche ! Elle... Enfin... Je l'ai tuée ! Comment... C'est pas possible !

Puis il lui posa des questions, comme si de rien n'était. Elle le regarda, ne sachant trop s'il était sérieux, ou s'il s'agissait d'une plaisanterie, de très mauvais goût. Mais il semblait avoir vraiment envie de savoir... Elle hésita, mais finit par commencer, prudente :

- D'abord, sache que je méprise les être du Bien et que je n'apprécie pas vraiment ceux du Mal.

Elle détourna son attention vers le petit dragon, qui poursuivait inlassablement ses attaques inutiles. Le prenant de force entre ses mains, avec une grande douceur, elle murmura :

- Allez, ne t'épuise pas. Je sais que tu ne l'aimes pas, mais...

Relevant les yeux vers le démon, elle hésita. Il lui avait posé une bonne question. Etait-il maléfique ? Malgré ce que tout semblait crier, son dragon en premier lieu, il ne semblait pas si terrible... Mais les apparences pouvaient être trompeuses, elle était bien placée pour le savoir. Bloquée contre son arbre, qui l'empêchait de reculer, et dans l'impossibilité également d'avancer, sous peine de risquer d'entrer en collision avec Malkor, elle soupira.

- Alors, pour commencer... Je vois les créatures du Bien comme des êtres faibles, incapables de suivre leurs propres objectifs si cela revient à faire du mal à autrui, ou tuer. Je pense surtout au Clan de la Lumière. Et je sais qu'ils sont tous différents...

Elle baissa de nouveau les yeux, pensant à sa mère. C'était la seule personne dont elle ne pourrait jamais dire le moindre mal. Et il n'y avait pas plus bénéfique qu'elle. Où était-elle, en ce moment même ? Que faisait-elle ? Ejolod vint lui caresser la joue du bout de la queue, se voulant réconfortant. L'hybride se contenta de sourire tristement.

- Ne te fatigue pas, mon petit. Je ne la reverrai pas, et... c'est... dur. Vraiment dur.

Elle avait chuchoté. Mais elle se rappela soudain qu'elle et la petit animal n'étaient pas seuls. Se reprenant, elle poursuivit :

- Et pour le Mal... J'essaie d'avoir le moins possible de contact avec ces personnes. Je ne sais pas trop quoi penser d'eux, en fait. Est-ce que tu en fais partie ? Je ne sais pas, je ne te connais pas. Comment penses-tu, à quoi est-ce que tu tiens, quel est ton but le plus intime ? J'ai besoin de savoir tout cela pour pouvoir te répondre.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 21:19
Dans l'aube d'une clairière...




"...est ton but le plus intime ?"

Son but le plus intime ? Cette question arrêta les pensées de Malkor avec violence, comme si elle venait à son tour de l'entraver. La main du démon cessa de caresser les os à découvert de la biche, son regard lointain en baissant son visage enfantin. Son but n'était-il pas de réaliser la prophétie de sa mère ? D'apporter la ruine sur ce monde ? Mais ce n'était pas son but à lui. Qu'était-il...? Que désirait-il ?

"-Mon but..."

Etait-ce ce qu'on nommait un rêve ? Le démon en avait eu, dans sa jeunesse mais ils s'étaient tus, il y avait bien des siècles à présent. Les vivants le fuyaient, à juste cause, comme cette biche qu'il caressait à présent, qui de son vivant, ne l'aurait jamais approché. Endora ne semblait pas être son monde, Malkor ne s'y sentait pas à sa place. Le visage penché, il répondit.

"-Le soleil, la vie, me fuient. Mon but est celui que ma mère, la Sorcière m'a donné."

Sa voix était monocorde, à l'entendre et voir son visage, il était difficile de dire si le Démon n'était pas lui même un pantin, à l'image du mort-vivant sous sa main. Les yeux du démons étaient vides à présent, sans volonté alors que sa magie affluait, répondant à cette perte de contrôle. L'herbe pourrissait à ses pieds, les arbres craquaient doucement alors que toute vie, était menacée à présent autour de lui.

"-Ma place est dans un monde mort."

Était-ce vraiment une réponse ? Pas celle de Malkor, son coeur ne battait plus à présent car ce but, n'était que les paroles de la Sorcière, vivant à travers le démon.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 21:40
Oh, cette douleur en lui... Elle avait visiblement fait une erreur. Mais comment réparer un acte commis sans le vouloir ? Se baissant pour se retrouver à sa hauteur, elle lui posa doucement les mains sur les épaules, malgré Ejolod qui lui hurlait des conseils de prudence paniqués et tentant de faire abstraction de la nature se mourant. D'un geste doux qu'elle n'avait plus fait depuis longtemps, elle lui releva le menton.

- Regarde-moi, je t'en prie. Je suis désolée de t'avoir infligé ça. Je ne savais pas que de simples questions pouvaient à ce point te détruire. Si je peux faire quoi que ce soit pour me racheter, dis-le-moi. Je suis sûre que tu vaux bien plus que ce que tu crois.

Elle n'était pas vraiment douée pour réconforter les autres, mais elle voulait essayer. C'était elle qui avait causé cela, et elle se sentait horriblement coupable. Malgré tout ce qu'il s'était passé, au fond d'elle, elle continuait à le voir comme un enfant, soit un être à protéger et ménager. Jamais elle n'aurait pu penser qu'elle provoquerait une telle réaction... Il devait avoir souffert, et encore souffrir. Il lui faisait mal, bien qu'elle sache que c'était simplement sa douleur à lui qui était communicative. Elle se remémora ses derniers mots et murmura :

- Ne dis pas ça. Tu peux vivre heureux, il te suffit de le vouloir vraiment.

Après une hésitation, elle finit par le serrer dans ses bras, maternelle :

- Je serai là si tu en as besoin, sache-le. Je ne peux pas t'abandonner maintenant. Ce serait bien trop cruel. Je te l'ai dit, si je peux faire quoi que ce soit, dis-le. Je suis prête à tout pour rattraper mon erreur.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 21:56
Dans l'aube d'une clairière...



Le monde qui entourait à présent Malkor, était un tourbillon d'énergie sombre, son regard apercevant la vie, disparaître de la surface d'Endora. Ce désespoir était ce qui avait remplacé son cœur. Si il réalisait le souhait de sa mère, il aurait certaine une place en ce monde, une place de choix, sans vivants. Un silence et une solitude éternelle, la paix. Les paroles d'Emeria ne l'atteignaient pas, il savait qu'elle parlait, mais ne parvenait pas à comprendre ses mots. Puis elle le tira de ses songes, lorsqu'elle le saisit contre elle dans un geste maternel qui l'étonna.
La magie cessa d'agir, le démon écarquillant les yeux devant ce geste étrange ne sachant y réagir. Ses mains pâles et froides, se levèrent pour se poser dans le dos d'Emeria, enfonçant son visage contre elle en laissant ces étranges larmes chaudes sur son visage. Il n'arrivait pas à les retenir, pourtant il ne cédait pas à la tristesse, son visage restant impassible.

"-J'ai fui..."

La biche s'écroula dans l'herbe cendrée, le Démon libérant le cadavre de son emprise en s'abandonnant à la Femme. Elle lui faisait penser à Serpent, d'une certaine façon mais il ne pouvait définir en quoi. Malkor connaissait bien le froid, mais il ressentait une étrange chaleur à présent.

"-Je veux t'utiliser pour découvrir ce monde."

Murmura t-il, le visage encore enfouie contre Emeria, la voix sans émotion malgré les larmes qui coulaient encore sur son visage de porcelaine.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Oct - 22:18
- Tu as fui... Ta famille ? Si c'est le cas, nous nous ressemblons plus qu'il n'y paraît.

Lorsqu'il lui expliqua le sens de son "je veux t'utiliser", elle sursauta légèrement, surprise. Puis elle se radoucit :

- Si tu veux. Tu ne pouvais pas mieux tomber, tu sais. Je vis maintenant avec des nomades. Mais...

Quelque chose la dérangeait. Et c'était justement ce groupe avec qui elle voyageait. De nombreuses personnes parmi eux se méfiaient encore d'elle, et seule la confiance et la protection accordée par le meneur lui permettait de rester parmi eux. Mais si elle arrivait avec quelqu'un d'aussi maléfique qu'un démon, il était évident que les membres du groupe obtiendraient alors suffisamment d'arguments pour faire pression sur leur chef et la faire chasser... Dans le meilleur des cas. Elle devait trouver un moyen pour tenir la promesse qu'elle venait de faire sans que cela pose problème avec les siens... Il lui faudrait faire preuve d'imagination.

Elle pouvait, tout simplement, abandonner le groupe. Cela lui permettrait d'aider librement son tout premier protégé. Mais elle serait condamnée à la solitude et à l'errance une fois la promesse tenue et terminée. Il lui fallait trouver autre chose.

Elle pourrait peut-être enseigner un art au démon tout en lui apprenant comment participer aux tâches quotidiennes du groupe. Cela pourrait marcher, mais il lui faudrait du temps, et surtout une immense force de persuasion, le jour venu, afin de persuader les membres de la troupe de l'accepter. Mais, une fois de plus, ce serait difficile. D'abord parce qu'elle n'était pas sûre de pouvoir être assez convaincante. Autre chose.

Elle pouvait tout simplement forcer la main aux autres, en les forçant à l'accepter. Mais cela ruinerait complètement sa réputation au sein du groupe, réputation qui n'était déjà pas brillante à l'origine. De plus, elle n'était pas sûre que Malkor apprécie vraiment la compagnie. Elle avait eu tant de mal à à peine commencer à le comprendre... Et elle n'était pas la moins tolérante, loin de là. Sans être non plus ouverte à tout le monde.

N'ayant pas réussi à se décider, elle finit tout de même par se relever, gardant une main du démon dans la sienne. Puis, reprenant son air joyeux, qu'elle espérait communicatif, elle déclara :

- On peut peut-être commencer par découvrir cette forêt ! Je ne la connais pas non plus, on pourra donc partager nos impressions !

Elle attendit un signe d'accord ou de refus, afin de pouvoir adapter sa conduite au mieux. Elle ne le lâchait toujours pas, voulant signifier par là qu'elle continuerait à être un soutien s'il en avait besoin.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Oct - 14:34
Dans l'aube d'une clairière...



"- On peut peut-être commencer par découvrir cette forêt ! Je ne la connais pas non plus, on pourra donc partager nos impressions !
-Je ne suis pas très bavard..."

Malgré ses paroles, le Démon hocha doucement le visage même si il doutait des paroles d'Emeria. Sa famille...? Il n'en avait pas. Disons qu'il avait fuit ses responsabilités, et la secte qui désirait se servir de lui. Sans Serpent, il n'en avait eu assez de ces misérables créatures, ne souhaitant qu'utiliser sa force à lui.

"-Évites le sud, un groupuscule y rôde."

Précisa Malkor, suivant calmement la demi-elfe à travers les bois, restant silencieux en gardant ses yeux baissés sur le chemin. Si ses paroles pouvaient être pris pour un avertissement, une préoccupation pour la sécurité de son compagnon, il n'en était rien. Le Culte de la Sorcière rôdait dans le sud de la Forêt et Malkor ne désirait pas retourner vers eux, pas encore, même si il se doutait, qu'ils le cherchaient à l'heure actuelle. Emeria pouvait se rendre compte, rapidement, du silence contre-nature qui régnait à présent dans cette forêt, lorsqu'elle marchait à côté du Démon. Les vêtements de Malkor glissaient entre les branches, les crânes cliquetant en se balançant à ses pas alors que les minutes passaient. Oh, il écoutait les paroles d'Emeria, mais n'y répondait guère que par quelques murmures.
Ils arrivèrent sur les berges d'une rivière qui serpentait depuis longtemps à travers la Forêt Rousse, son ruissellement était paisible et calme, l'eau n'atteignant que les chevilles des adultes. A l'approche du Démon, les libellules fuyèrent les herbes tandis qu'il n'y faisait guère attention, s'accroupissant vers l'eau en tendant une main, pour en effleurer le courant.

"-Qui sont ces nomades ? Ont-ils un clan ?"

Demanda t-il, pensivement en observant le reflet de la femme dans les eaux calmes, sans prendre la peine de tourner son visage neutre vers celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Oct - 21:24
Pas bavard ?

- Pas grave ! Je te poserai des questions, tu n'auras qu'à y répondre !

Visiblement, elle avait retrouvé le sourire. Pourquoi donc ? Etait-ce simplement pour tenter d'être "contagieuse" ? Ou commençait-elle à apprécier la présence de quelqu'un, amitié naissante et bien plus qu'improbable ? Ou était-ce autre chose ? Peu importait. Lui tenant toujours la main, presque sans y penser, elle continua à le guider, suivant inconsciemment son conseil.

Mais, de nouveau, la nature se mourait. Elle le ressentait dans sa chair, c'était clairement désagréable. Mais elle prit sur elle et se contenta de continuer à marcher, restant à l'écoute. Une question vint. Certes, elle était inévitable, il aurait fallu s'y attendre... Mais elle ne voulait pas y répondre. Elle ne s'y sentait pas réellement à sa place. Alors, elle décida d'ignorer tout simplement ces questionnements, posant d'autres questions à la place :

- Ecoute-moi. Certaines personnes disent que la magie non contrôlée réagit aux sentiments. Et ça a l'air d'être ton cas. Alors, fais-moi le plaisir de cesser d'avoir des émotions négatives ou je ne sais quoi.

Puis elle le lâcha et remonta sur la berge :

- Toi, fais ce que tu veux, mais moi, je ne reste pas dans l'eau ! Fait froid !

Elle lui sourit. Elle voulait qu'il abandonne cet air morne, elle voulait lui faire découvrir les plaisirs simples, ou tout simplement le bonheur, ne serait-ce qu'un instant. Mais elle avait besoin de mieux le connaître pour être sûre d'y arriver.


Je suis le DC de Luminia et je parle en #006600.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 18 Oct - 13:07
Dans l'aube d'une clairière...



"-Ecoute-moi. Certaines personnes disent que la magie non contrôlée réagit aux sentiments. Et ça a l'air d'être ton cas. Alors, fais-moi le plaisir de cesser d'avoir des émotions négatives ou je ne sais quoi."

Elle n'avait pas répondu à sa question, le Démon avait observé les traits de sa compagne dans les eaux calmes du la rivière, sa main se contractant dans l'eau. On lui cachait souvent des choses, il en avait pris l'habitude ainsi il n'insista en rien mais se mura dans le silence à nouveau. Le conseil de la Demi-elfe était sage, mais Malkor connaissait cette règle depuis des siècles déjà, cependant il était plus dur de parvenir à contrôler ses émotions qu'on ne le pensait.
Lui même n'avait aucune raison de sourire, ou d'être heureux, ce n'était pas dans sa nature première. La femme s'avança le long de la berge, sous l'observation du Démon qui se releva pour la suivre quelques instants après, ses pas silencieux et son regard s'ancrant sur le dos de la Demi-Elfe, à la façon d'un chat vous fixant.
Aux fils des siècles, son corps s'était nourrie de la magie de mort qu'il maniait, elle était comme une odeur autour de lui, sans cesse présente. Même lorsqu'il contrôlait ses émotions, il ne parvenait guère à en taire les murmures, à l'écarter de lui. Cette aura néfaste était ce qui terrifiait les esprits les plus faibles, dont les animaux qui le fuyaient, comme ils fuyaient un prédateur. Evidemment, Malkor aimait qu'on le craigne mais il désirait également profiter de ce monde, car le Démon l'aimait mais on lui en privait. Et il haïssait qu'on le prive de quelque chose, qu'importe qui ose l'en priver...
Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui à 20:16
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde d'Endora :: Clan du Feu :: FORÊT ROUSSE-