Une licorne égarée [avec Luminia]

 :: Monde d'Endora :: Clan de l'Air :: LAC NOIR Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 1 Juil - 17:52

Le cadavre d'un Arachnéa s'effondra au sol, tandis que Kreiss venait de rengainer ses deux épées. Cette bête était coriace, et la bataille que le jeune chasseur avait livrée contre elle était un peu rude. Mais finalement, après plusieurs longues minutes d'efforts, il en était venu à bout. Légèrement essoufflé, il s'accorda une petite pause en s'asseyant au sol, et en respirant un bon coup. En face de lui, s'étendait le Lac Noir : une gigantesque mare aussi sombre que l'ambiance glauque et angoissante qui régnait dans les parages. Cette région du clan de l'air était silencieuse. Seul le bruit du vent, et du feuillage de la forêt se faisant bercer par ce dernier se faisait entendre.

Le regard du beau brun se tourna alors vers l'araignée géante morte à quelques mètres de lui. C'était la troisième de la sorte qu'il tuait, depuis qu'il avait débarqué dans cette zone peu fréquentée d'Endora. Il n'était jamais venu par ici auparavant, et lorsqu'il voulait venir ici pour chasser, la plupart des habitants de Woodan avaient tenté de le dissuader d'y aller.

- Je commence à comprendre pourquoi... pensa-il avec un léger sourire aux lèvres.

Cet endroit était très dangereux. Encore plus que les coins les plus reculés de la grande forêt du clan de la terre, région qui était son principal terrain de chasse. Mais au moins, Kreiss ne risquait pas de s'ennuyer, par ici. Par contre, il était conscient qu'il devait redoubler de prudence dans un endroit comme celui-là. Un malheur pouvait très vite arriver, et souvent au moment où on s'y attendait le moins.

Les yeux bleus du jeune homme observaient à présent l'eau du grand lac. Ce dernier portait bien son non de Lac Noir. L'eau était en effet tellement sombre, qu'on pouvait se demander si c'était bien de l'eau, ou si c'était une substance malsaine qui s'étendait devant lui. Kreiss ne comptait pas plonger dans cette marre pour le vérifier.

C'est alors qu'au loin, de l'autre côté de ce lac, le beau brun aperçut une créature au pelage blanc. Cela n'avait pas l'air d'être un monstre ordinaire. En observant mieux, et en détaillant la silhouette de cet étrange bête, il se rendit compte qu'il s'agissait d'un cheval.

- Qu'est-ce qu'un cheval vient faire dans un endroit pareil ? se demanda Kreiss, alors qu'il s'était relevé, et qu'il s'était avancé de quelque pas. Il n'était pas au bout de ses surprises : sur le front de ce cheval trônait une longue corne.

- Une licorne blanche ?

Voilà qui était bien étrange. D'ordinaire, on retrouvait ces créatures dans des endroit bien plus éclairés et accueillants que ce Lac Noir. Alors, comment cette licorne s'était-elle retrouvée là ?

- Soit quelqu'un l'a abandonnée ici, soit elle s'est perdue, supposa le beau brun.

Mais dans les deux cas, cette bête courait un grave danger ici, surtout si elle vagabondait en solitaire. Et comme Kreiss était visiblement la seule personne présente dans ce lieu, il devait faire quelque chose pour éviter une catastrophe à cette licorne. Eh oui ! Ce n'était pas parce qu'il était un chasseur, qu'il ne pouvait pas avoir un peu de compassion pour certaines créatures. Le jeune homme entreprit donc de contourner ce grand lac, dans le but de rejoindre cette jument à corne égarée. Cela lui prendrait probablement plusieurs longues minutes.

- J'espère arriver jusqu'à elle, avant qu'un monstre ne la prenne pour cible...

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juil - 18:31
Le soleil brillait au-dessus des frondaisons de la Forêt Blanche, comme il avait l'habitude de le faire tous les jours, en ce moment, en plein été. Sa lumière entrait, à peine filtrée, par les grandes baies vitrées d'un manoir établi au centre d'une clairière naturelle. C'était à se demander si les arbres n'étaient pas une illusion, puisque la bibliothèque de cet édifice se trouvait éclairée comme jamais, d'une lumière tout à fait naturelle.

Un rayon plus puissant que les autres tomba directement sur la page blanche d'un livre ouvert, le rendant aveuglant. La lectrice, une jeune demoiselle blonde, referma l'ouvrage à contrecœur. Elle devrait aller lire ailleurs, à l'abri de la lumière. Mais Luminia aimait ces longues journées durant lesquelles, faute de pouvoir sortir librement au grand air, désirant cacher sa nature angélique à sa famille actuelle, elle lisait du matin au soir, près d'une fenêtre. Mais ses habitudes allaient visiblement devoir changer, du moins durant l'été.

Soudain, elle fut prise d'un sentiment indéfinissable... Une certitude. Alba. Sa chère licorne blanche, qui avait pris le large, certainement en quête de liberté, n'était pas loin. Et elle l'appelait. Elle voulait revoir son amie humanoïde. L'ange ne pouvait pas ignorer un tel appel, et n'en avait de toutes manières pas envie.

Sortant par la porte, telle la jeune humaine pour laquelle elle se faisait passer, elle déploya ses ailes et s'envola dès qu'elle fut hors de vue de ses parents adoptifs et du personnel du manoir. Les yeux fermés, elle se concentra sur ses sensations. Ses ailes se mirent frénétiquement en route, la portant à grande vitesse et faible altitude. Elle évitait les arbres avec la facilité de l'habitude, n'ayant pas besoin d'ouvrir les yeux pour connaître leur emplacement. Les arbres, de toute leur vie, ne se déplaçaient pas.

Cependant, elle arriva bientôt dans un lieu dégagé. Qu'elle connaissait. Alba l'y avait elle-même menée, et Luminia n'avait jamais vraiment compris pourquoi. Elle n'aimait toujours pas le Lac Noir. Elle n'y était pas revenue depuis l'hiver, mais cela ne lui avait pas manqué. Se posant sur le sol, elle ouvrit les yeux et chercha son amie, qui devait se trouver quelque part à proximité.

Soudain, elle aperçut un mouvement, et reconnut la robe blanche de sa compagne, qui lança un hennissement sonore pour la saluer. Sans plus réfléchir, les ailes de l'ange réapparurent et la portèrent sur l'autre rive. Cependant, plus tôt qu'elle ne l'aurait cru, elle rencontra quelque chose... Quelqu'un. Un jeune homme. Le choc l'avait repoussée en arrière, mais elle parvint à se maintenir grâce à ses ailes. Venant se poser entre l'homme et la licorne, ses appendices volants disparurent à l'instant où elle posa le pied sur la terre ferme. Elle aurait voulu s'excuser, mais ne le pouvait pas... Pour le moment.

Alba, avec un doux hennissement, vint poser sa tête sur son épaule. Se retournant, pleurant de joie, Luminia enlaça son encolure. Le retour de son amie à quatre pattes suffisait à la rendre plus heureuse que jamais.

Cependant, elle sentit immédiatement que quelque chose n'allait pas. La créature mythique ne l'appelait jamais, en temps normal. Elles se rencontraient s'il le fallait, chacune connaissant par cœur les habitudes de l'autre. Alors, que lui arrivait-il ? Sans doute ce lieu l'effrayait-il ? Elle la caressa, dans le doute. Cela la troublait, de ne pas pouvoir comprendre sa compagne. Leur trop longue séparation avait peut-être brisé leur lien ? Il fallait à tout prix le recréer, dans ce cas !

Comme toujours, ce fut la licorne qui rappela l'ange à l'ordre. Lui donnant un petit coup sur la tête, elle lui rappela qu'elles n'étaient pas seules. Mince.

Une main caressant toujours sa compagne de toujours, Luminia se retourna vers celui qu'elle avait percuté. Comment s'excuser ?
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Juil - 15:44
Kreiss n'avait pas compris ce qui venait de lui arrivé. Il marchait tranquillement vers cette licorne, mais quelque chose l'avait percuté par derrière. Le beau brun s'était ramassé douloureusement au sol, face contre terre.

- Aaaaaaaaaaaïe...

Que s'était-il passé ? L'avait-on attaqué par surprise ? Si c'était le cas, le chasseur se trouvait peut-être dans la panade en ce moment même. Sans chercher à comprendre, il porta l'une de ses mains derrière son dos, où étaient accroché ses deux épées. Il venait de se saisir de la manche de Citrine, la plus petite de ses deux lames. Il s'apprêtait ensuite à bondir du sol, et a attaquer tout ce qui bougeait autour de lui. Mais en levant la tête, son regard croisa celui d'une... jeune fille?

- Hein ?

Kreiss était un peu désorienté sur le coup. D'où sortait-elle ? Est-ce que c'était à cause d'elle que le jeune homme s'était retrouvé au sol de cette façon ? Et puis, pourquoi était-elle aussi proche de la licorne blanche que le chasseur cherchait à sauver ? Est-ce que par hasard, elle serait la propriétaire de cette licorne perdue ? Beaucoup de questions, et aucune réponse à celles-ci. Du moins pour le moment.

Toujours à terre, le regard du jeune homme ne lâchait pas l'inconnue du regard. Il l'examina : c'était une jeune femme, semblant avoir son âge, et très jolie aussi. Elle possédait une longue chevelure blonde, presque dorée, et avait l'air d'être une personne très coquette et féminine. Par contre, un détail n'échappa pas aux yeux avertis du jeune chasseur : cette mystérieuse fille n'était pas armée. Elle n'avait donc pas l'air dangereuse à vue d'oeil. Mais... comment était-elle parvenue jusqu'ici sans arme, sans problème ? La propreté de ses vêtements prouvait à elle seule que la jeune fille n'avait pas eu de difficultés pour arriver jusqu'à ce Lac Noir. Pourtant, cette région était réputée pour être difficile d'accès, et Kreiss l'avait presque appris à ses dépends!

Intrigué par toutes ces interrogations, le beau brun lâcha son arme, et entreprit de se relever. Doucement, mais sûrement, et non sans quelques courbatures. Il passa ensuite sa main à plusieurs reprises sur ses vêtements, afin d'enlever la poussière et la terre qui avaient décidé de séjourner sur ces tissus. Après tout, il était devant une bien jolie demoiselle. Alors il se devait d'être le moins sale que possible.

Une fois cette tâche finie, il observa la blonde, et lui affiche un sourire un peu niais.

- Bonjour !

C'était un bon début...

- On ne se connaît pas encore, mais je me permets de vous poser cette question : comment êtes-vous arrivée jusqu'ici ?



Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 6 Juil - 22:54
Elle observa le jeune homme se relever et se dépoussiérer, tout en maudissant intérieurement de ne pas avoir pensé à au moins lui tendre la main. Cela aurait pu être interprété comme un geste d'excuse... Elle avait raté une belle occasion, qui ne se représenterait sans doute pas de sitôt. Son regard se voila. Elle aurait aimé s'excuser, ou lui rendre service pour se faire pardonner, mais ne savait pas encore si elle pouvait lui faire assez confiance pour lui dévoiler sa télépathie. D'autant plus que cette personne était la première qu'elle rencontrait depuis qu'elle avait retrouvé Cirilla... Ce qui la rendait plus méfiante que d'ordinaire. Dorénavant, elle serait beaucoup moins prompte à accorder sa confiance. Même si le jeune homme ne semblait pas animé de mauvaises intentions, elle devait se montrer prudente...

Comme si elle avait lu dans ses pensées, Alba la poussa du museau, comme si elle la réprimandait. Luminia ne put s'empêcher de sourire, amusée. Comme quoi, les animaux pouvaient avoir bien plus de jugement que... les humanoïdes. Avec un soupir, elle réalisa que, malgré les siècles, il lui arrivait encore de se sentir humaine. À se demander si elle pourrait un jour se débarrasser des souvenirs heureux qu'elle gardait de la période antérieure à sa transformation. En y réfléchissant, elle n'avait jamais été réellement heureuse depuis ce jour.

Mais elle crut entendre une voix. Mince ! Le garçon lui avait parlé, non ? Et elle ne l'écoutait même pas, manquant à toute bienséance... Sa mère actuelle serait furieuse, si elle la voyait. Quoique... Observant son vis-à-vis, vêtu modestement, sans doute à l'image de ses origines, elle se corrigea. Non, cette femme serait heureuse qu'elle ignore un "roturier". Et cela avait le don de la mécontenter. Elle aimait les personnes moins riches qu'elle, et les admirait même, se sachant incapable de vivre comme eux, car conditionnée par le luxe dès sa naissance.

Et voilà qu'il parlait de nouveau. Peut-être que la réponse attendue ne lui poserait pas tant de problèmes que cela. Elle se propulsa près de lui d'un coup d'ailes, qu'elle tenta de maintenir même après avoir atterri. Cela lui semblait constituer une réponse plus que satisfaisante à la question posée plus tôt. Cependant, elle resta sur la défensive. Il était rare qu'elle dévoile sa véritable nature aussi facilement à quelqu'un qui ne l'avait pas vue se déplaçant par la voie des airs. Suivant la réaction du jeune inconnu, elle adapterait sa conduite et continuerait à lui faire confiance, ou fuirait... Mais elle ne pouvait pas abandonner son Alba, maintenant qu'elle était de retour. Et cet inconnu était armé. Si jamais elle rencontrait le moindre problème avec lui, elle ne devrait prendre aucun risque.

Par contre, s'il lui inspirait confiance, elle pourrait peut-être envisager de vraiment communiquer avec lui, lui dévoilant sa télépathie... Mais pour le moment, tant qu'elle ne savait pas quoi penser de celui qu'elle pressentait comme étant un humain, elle devait éviter à tout prix de croiser son regard. En effet, bien que les caprices de sa télépathie se soient un peu calmés ces derniers temps, la période où ce pouvoir échappait à son contrôle était encore bien présente dans son esprit et elle s'en méfiait. Alors, où regarder ?

Alba. L'ange remarqua que son amie s'était approchée de l'eau du lac.

"Non !"

Cette pensée se perdit dans l'atmosphère, ses yeux n'en ayant pas croisé d'autres, et personne n'ayant donc reçu son message. Mais, profitant de la présence de ses ailes, elle s'en servit pour se placer devant l'animal... Qui se mit à gratter le sable de la berge, comme pour lui indiquer quelque chose. Qu'y avait-il donc d'intéressant ?

Se posant près de l'endroit désigné, elle hésita un instant avant de s'agenouiller, afin d'être à son aise. Sa robe luxueuse en serait gâchée, mais peu importait. Détachant une pince de sa coiffure, elle s'en servit pour gratter elle aussi le sol sans avoir à abîmer ses ongles délicats. Et ce qu'elle découvrit la surprit, bien sûr, tout en la réjouissant. Un fossile. Que faisait-il là ? À quel animal appartenait-il ? Luminia n'était pas vraiment bien placée pour accomplir une tâche d'archéologue, mais c'était une érudite qui s'intéressait à tous les domaines. En outre, elle connaissait quelques animaux, surtout contemporains, mais peut-être aurait-elle la chance de reconnaître l'une des rares créatures anciennes qu'elle connaissait...

Elle s'interrompit soudain dans son étude, réalisant qu'elle tournait le dos à un inconnu armé. Il avait beau être beaucoup plus jeune qu'elle, bien plus qu'il ne pourrait l'imaginer, bloquée qu'elle était sous des traits adolescents, peut-être était-il semblable à sa chère amie Epon, qui cachait sous des dehors de frêle jeune femme une véritable combattante aguerrie. On n'était jamais trop prudent... Il fallait donc abandonner le fossile, bien que quelque chose lui dise que ce garçon aurait eu largement le temps de la tuer, s'il le voulait, quand elle se trouvait dos à lui...
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde d'Endora :: Clan de l'Air :: LAC NOIR-