Coincés à l'auberge. [LIBRE]

 :: Monde d'Endora :: Clan de l'Eau :: MONTAGNES ROCHEUSES Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 26 Mai - 22:45
les tempêtes de neige
loup y es-tu ? ✧ Au final, la fille de la Lune commençait à clairement affectionner ces montagnes rocheuses. Cependant, la louve n'était pas ici par pur plaisir, on lui avait rapporté une présence inconnue et dangereuse dans les environs. Une créature que personne n'avait déjà répertorié jusque là puisque qu'aucun de ceux l'ayant aperçus étaient capables de donner un nom précis. Cirilla savait pertinemment que peu de créatures vivaient dans ces endroits glacés et rocheux, mais les quelques qui y vivaient étaient terrifiantes. Simplement parce que pour vivre par ces températures extrêmes, il fallait avoir de sacrés atouts. C'est ce qui rendait la traque d'autant plus amusant dans le coin, on pouvait tomber sur la pire des bestioles et c'était excitant, ça promettait un affrontement digne d'être conté dans les livres épiques.
Seulement, il y avait un souci. Qui aurait pu prédire la soudaine tempête qui s'était levée avec une rage sans pareille ? La Crocs-de-Sang avait bien vu quelques nuages mais rien de bien méchant, c'est Nabym qui avait commencé à se montrer récalcitrante. La fabuleuse licorne noire avait tout d'abord rechigné à avancer, hennissant, se cabrant, bornée à faire demi-tour en dépit des grondements de la louve. Pour le coup, Ciri aurait clairement dû écouter Nabym et repartir bien vite pour éviter d'être prise dans ce bourbier neigeux. On ne voyait pas à deux mètres autour de soi, le vent sifflait toute sa fureur aux oreilles des voyageurs, venant frapper leurs faciès tandis que le froid s'occupait de les dévorer jusqu'aux os. Heureusement, la louve était faîte pour survivre à ce genre de moments extrêmes, son corps était un radiateur. C'était Nabym qui était plus mal en dépit de la peau d'ours recouvrant son corps chargé de divers matériaux.

Le duo était complètement invisible, avançant en silence, tentant désespérément de tomber sur une grotte passable, un abri, un coin où attendre que tout finisse. Et puis, depuis quand elles marchaient ainsi, complètement à l'aveuglette ? C'était une situation pitoyable, vraiment. Cirilla commençait déjà à en avoir plus qu'assez et se promener ainsi sous sa forme lupine ne lui plaisait guère. Un idiot aurait tôt fait d'être terrorisé s'il tombait nez à nez avec elle, capable d'empoigner son arme pour tenter de l'embrocher. Ça puait tout ça, vraiment.
Enfin. Une petite lumière était visible à travers les tombées de neige incessantes. Cirilla releva un peu sa tête et ses prunelles d'or s'animèrent d'un espèce de soulagement. Elle reprit doucement sa forme humaine et empoigna les rênes glacées de Nabym, s'élançant avec elle aussi vite que possible, bondissant par-dessus les tas de poudreuse qui prenaient de plus en plus de volume. Cirilla aperçu un écriteau qui menaçait à chaque seconde de s'envoler en compagnie des bourrasques. "L'auberge d'Hermonne". Simple, efficace, réconfortant. Cirilla entendit un faible hennissement provenant d'une écurie de quelques places. Vivement, la jeune femme y mena Nabym, la plaçant dans l'une des stalles, l'avant-dernière de libre. Quatre chevaux étaient déjà là. La licorne sombre frissonnait de froid, Cirilla lui enleva la peau d'ours et la roula soigneusement avant de la poser dans un coin, elle débarrassa ensuite Nabym de son chargement pour le laisser aussi sur le côté. Pour remplacer la peau d'ours, la jeune femme plaça sur l'équidé aux prunelles rubescentes une peau de tigre des montagnes. La louve vérifia qu'elle avait ce qu'il fallait puis, précipitamment, fonça de nouveau vers l'auberge.

Ciri poussa la lourde porte de bois avec facilité, refermant fortement derrière elle. Jugement. Ses prunelles de prédateur scrutèrent les êtres présents ici qui, eux aussi, l'observaient en retour. Ils étaient six. Une femelle fauve était derrière le comptoir, de taille moyenne et plutôt forte. Un doux sourire habitait son visage serein et chaleureux, elle semblait déjà s'apprêter à saluer d'une voix forte la nouvelle venue. Ensuite, trois êtres jouaient aux cartes près d'un feu. Le premier était un loup-garou d'après son odeur reconnaissable, le second un simple humain et le troisième, un nain. Il y avait une autre femme elfique qui semblait somnoler et enfin, un Draconian. Drôle de bande. Mais, il pouvait y avoir encore d'autres personnes, l'endroit était vraiment grand et il y avait même un étage abritant certainement des lits. Même une cave.

« Bienv'nue dans mon auberge, demoiselle ! J'vois qu'cette terrible tempête en a surprit plus d'un, t'as eu bien d'la chance d'tomber ici. Vas donc t'mettre au chaud, j'ai presque terminé d'faire de quoi vous remplir la panse. »

Cirilla posa son regard sur la Faune qui donc, devait être la fameuse Hermonne. Bien vite, les regards se désintéressèrent d'elle. Sauf celui du loup qui lui offrit un léger sourire. La jeune femme fronça ses fins sourcils, retenant un grognement d'intimidation. Si la plupart de ceux de sa race appréciaient en croiser des comme eux, Ciri, elle, n'avait pas ce sentiment. Croiser un autre loup-garou la rendait mille fois plus méfiante et nerveuse, parce qu'on ne sait jamais. Qui pouvait lui garantir que ce type aux longs cheveux bruns et aux yeux verts n'étaient pas à la botte de sa meute ? Qu'il ne l'avait pas déjà reconnu ? Cirilla l'ignora donc finalement, préférant se rapprocher un peu du Draconian qui lisait silencieusement, assit loin des autres. La louve alla s'asseoir non loin de lui en soupirant doucement, étendant ses jambes, étirant son corps svelte et félin. Ses orbes dorées se plissèrent pour finalement se fermer mais ses sens restèrent en alerte, elle avait juste besoin de se poser un peu. Du moins, elle l'aurait désiré mais le Draconian parla.

« Je me demande bien ce qui amène une jeune femme dans un endroit aussi isolé, seule de plus. »

Ciri rouvrit ses yeux, l'observant. Le Draconian était sous sa seconde forme et donc, était déjà assez imposant. Des écailles écarlates recouvraient son corps et ses yeux teintés d'or étaient rassurants, dégageaient une sensation de... réconfort ? Dans tous les cas, ce dragon inspirait une certaine confiance. Même si sa tentative de parlementer agaçait la Crocs-de-Sang. Elle n'était pas ici pour faire ami-ami.

« Je ne suis pas la seule femme perdue ici, visiblement. », rétorqua simplement la louve en montrant fugacement du pouce l'Elfe qui dormait.
« Faux, elle travaille ici avec Hermonne. »

Ciri arqua un sourcil puis haussa ses épaules. Elle s'apprêtait à refermer ses yeux mais le Draconian referma son livres avec une délicatesse amusante lorsqu'on voyait ses énormes pattes munies de griffes qui en dissuaderaient plus d'un. En douceur, il posa son ouvrage sur la petite table à sa gauche et se posa un peu mieux contre le dossier de son fauteuil, entrecroisant ses doigts.

« Je suis une rôdeuse, je viens ici pour travail. N'avez-vous pas entendu parler d'une créature gigantesque et terrifiante vagabondant dans les environs ? Blanche comme la neige et munies de cornes faisant penser à celles des dragons. »
« Je n'en sais absolument rien. Je ne suis pas d'ici et j'écoute peu les rumeurs. Je m'ennuie, et me prêter au jeu de ces trois brigands me plaît peu, parlez moi donc de votre métier qui me semble bien intéressant. »

La louve jeta un léger regard en direction des joueurs de cartes qui parlaient parfois un peu forts ou s'exclamaient. Ils étaient la seule véritable source de bruit de l'endroit en plus de la Faune qui s'agitait dans sa cuisine. La jeune femme reporta son attention sur le Draconian et lui décrocha un léger sourire, acceptant. Après tout, ils étaient coincés ici pour peut-être quelques jours encore, parlementer ne ferait pas de mal. Elle débuta donc, contant l'une de ses anciennes traques, celle où elle était tombé sur un Basilic ayant capturé une jeune Faune.

© Starseed


Big Bad Wolf.





« I smell the blood of a petty little coward, here... »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Juin - 19:12
Luminia quitta le Marécage à tire-d'aile. Elle en avait assez. Assez des brigands. Assez de la boue. Assez des créatures n'ayant pas encore compris que les voyageurs n'étaient pas un repas. Et pour se calmer un peu, la première étape était : Aquaris. La ville la plus proche, où elle pourrait se procurer des vêtements pour remplacer ceux qu'elle portait, détruits par la boue. Elle n'aurait plus qu'à les jeter... En s'attirant au passage les foudres de sa mère : non seulement elle avait rendu hors d'usage l'une des tenues hors de prix que cette femme lui faisait faire sur mesure, mais comme si cela ne suffisait pas, elle avait accompli cet acte "scandaleux" alors qu'elle s'était enfuie, durant une période où elle était sensée rester enfermée dans le manoir. Mais avoir une vie de recluse, très peu pour elle. Elle était un être céleste, et avait donc besoin d'air et de liberté.

Enfin, passons. Luminia eut du mal à convaincre le marchand de vêtements de lui montrer son stock. Il était vrai que, sortant du marécage où elle avait frôlé la mort, elle ressemblait plus à une gueuse qu'autre chose, et en tous cas pas à la clientèle d'un marchand de luxe comme lui. Cependant, la vue de la bourse de la jeune fille le fit changer d'avis. Et elle finit par obtenir une robe luxueuse qu'elle porterait au moment de rentrer au manoir et une tenue de voyage, plus pratique et modeste, qu'elle enfila de suite dans une ruelle déserte. Puis, abandonnant son ancienne tenue dans une poubelle de la ville, elle fit réapparaître ses ailes et reprit son vol, transportant désormais un bagage. Cette fois, direction le manoir, et elle ne s'arrêterait en chemin que pour manger, avant de reprendre son trajet. Après les aventures qu'elle venait de vivre, incluant la découverte d'un mystérieux pouvoir lumineux semblant dormir en elle depuis longtemps, reprendre sa petite vie calme l'espace de quelques jours ne la dérangerait pas, pour une fois.

Cependant, alors qu'elle traversait les montagnes constituant la frontière entre les Clans de l'Eau et de l'Air, elle perçut quelques perturbations dans l'air. Prudente, elle décida de se poser et de chercher un endroit où elle pourrait s'abriter le temps que les éléments se déchaînent. Cependant, elle devait faire vite, le vent commençait déjà à forcir. Ses ailes disparurent, toujours dans la même optique de prudence : elle ne voulait pas s'envoler sans l'avoir décidé, ce serait par trop ironique.

Elle aperçut bientôt un écriteau, indiquant : "L'Auberge d'Hermonne". Parfait. Elle entra doucement, refermant sans bruit la porte derrière elle. Puis elle observa doucement les cinq personnes présentes. Un trio d'hommes, assis à une table, ne lui prêtèrent pas attention. Elle n'en fit donc pas plus. Elle avisa la patronne, accompagnée d'une femme semblant être une elfe, très certainement employée en ce lieu. Et cela se confirma lorsque, après avoir payé le tarif indiqué pour une pension complète jusqu'au lendemain, cette jeune femme eut comme mission de "conduire Mademoiselle à sa chambre". Luminia ne fit pas de difficultés en suivant l'employée, qui sembla pressée de redescendre dès qu'elle lui eut montré la chambre et confié les clefs.

Sans la juger, Luminia entra. La pièce n'était ni grande, ni petite, assez jolie, aux murs de bois. Un lit et une commode la meublaient, et une petite salle de bains se devinait dans un coin. Parfait. Première étape : une douche pour débarrasser son corps et ses cheveux de la boue du marais. En ouvrant la porte séparant la chambre de la salle de bains, elle se trouva devant une pièce plus petite, carrelée, celle-là, et contenant tout ce dont elle pourrait avoir besoin. Satisfaite, Luminia resta un bon moment sous la douche, jusqu'à ce que les sons de la tempête la décident à aller voir ce qui se passait.

Niveau tenue, elle n'avait pas vraiment le choix. Ne voulant pas remettre ce qu'elle portait en arrivant, car elle voulait le réserver pour le voyage, justement, ne lui restait plus que sa tenue de parfaite petite aristocrate. Avec un soupir, elle se résigna à s'habiller. Cependant, il était hors de question qu'elle s'embête à se préparer une coiffure qu'elle devrait enlever dans peu de temps.. Elle laissa donc ses cheveux lâchés, retombant en ondulant doucement dans son dos. Sans doute un effet de l'eau, ses cheveux n'étaient pas ondulés, en temps normal.

Lorsqu'elle descendit, saluée de nouveau par l'aubergiste, à laquelle elle répondit par un hochement de tête et un petit sourire sage, elle remarqua deux nouveaux venus. Un être mi-homme, mi-dragon... Un draconian, si elle se souvenait bien. Il discutait avec une femme... Luminia se raidit. Cette femme, elle ne la connaissait que trop bien. Elle l'avait eue comme adversaire à l'arène de Firwall... Comment devait-elle réagir ? Elle décida de l'ignorer, et alla se poser près d'une fenêtre, observant à travers le verre la neige et le vent, qui étaient à présent comme furieux, et accompagnés de pluie. Quelle calamité ! Elle espérait sincèrement qu'au matin, tout cela serait terminé. Même si la pluie s'achevait juste avant son départ, voyageant par les airs, cela ne lui poserait pas de problème. Mais si cela durait...

Elle prit finalement une décision : près du comptoir, du papier et des stylos étaient mis à la disposition des clients. Elle se servit et, s'installant à une table libre, commença à rédiger une lettre d'excuse à sa famille, les informant ainsi qu'elle allait bien et... Stop. Attendez. Peut-être que, là-bas, dans la Forêt Blanche, le temps n'était pas aussi horrible ? À quoi bon inquiéter les siens, dans ce cas ?
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Juin - 1:44
les tempêtes de neige
loup y es-tu ? ✧ Alors qu'ils discutaient avec un certain entrain, Cirilla fut interpellé par des bruits de pas légers sur le plancher ainsi qu'une nouvelle odeur se mêlant à celle de la nourriture et des autres êtres présents ici. La louve détourna sa tête, observant. Une jeune fille venait de descendre de l'étage, arborant une très belle robe bien élégante. Une longue chevelure dorée s'écoulait dans son dos. Que faisait donc une demoiselle visiblement noble dans les environs, seule ? Oh mais. Cirilla eut un léger sourire en coin lorsqu'elle se souvint alors de ce visage. Luminia, une ange qu'elle avait affronté au sein de l'arène Firewall. Comme quoi, le monde est bien petit. Drôle de noble. Qui participait à des combats d'arènes et traînait seule dans les environs. La louve reporta son attention sur le Draconian qui l'interrogeait du regard.

« Une... amie. Je me demandais ce qu'elle faisait ici, seule, sans personne pour sa protection. Je devrais aller la voir, excusez-moi. »

Mensonge et excuse pour se dépêtrer de la conversation. Le Draconian, bien aimable, acquiesça puis récupéra son ouvrage, prêt à patienter. Cirilla se redressa tranquillement puis se détourna, frottant un peu ses mains dotées de gants contre son pantalon de cuir, balayant l'endroit du regard. Luminia semblait être attelée à une importante tâche, visiblement déterminée à écrire une lettre. La louve se montra un instant hésitante, s'arrêtant. Que lui dire ? Au final, sa présence ne lui était pas tant importante que cela. Ou presque. La jeune rôdeuse ne comptait pas dévoiler son identité aux êtres présents ici, pas la véritable en tout cas. L'ange la connaissait et donc, si elle entendait la louve donner un autre nom, ne serait-ce pas étrange ? Sentant le regard de l'autre loup sur elle, trop insistant, Ciri conserva pour elle un grognement avant de s'approcher pour de bon de la demoiselle céleste.
La Crocs-de-Sang arriva au niveau de la table, attirant une chaise à elle et se laissa tomber sur ses fesses afin de l'observer sans aucune animosité. En vérité, la femelle lycan n'affichait qu'un faciès un peu fermé, ne pipant mot. C'est vrai, elle avait oublié mais venait de se souvenir: l'ange était muette. Mais, eh alors ? Certes elle était dénuée de voix mais pas d'oreilles. Cirilla croisa ses bras sur sa poitrine, passant une jambe par-dessus l'autre et arbora alors un fin sourire relevant un peu les coins de ses lippes fines.

« Bonsoir à vous, lady Luminia. Je suis bien intriguée de votre présence en ces lieux, surtout que selon moi, la plupart de ceux présents ici sont bien peu recommandables. »

Véridique. Ce loup, ce nain et cet humain ne lui inspiraient rien de bon. Son sixième sens lui soufflait de s'en méfier et son sixième sens ne lui mentait guère. Par ailleurs, mieux valait aussi prendre garde au Draconian, ne sait-on jamais. Les plus plaisants sont parfois les pires. Ainsi, s'en remettre à un être angélique pour le moment était viable. Pour une fois, Cirilla n'avait rien derrière la tête en dialoguant avec un noble, n'était-ce pas une prouesse ?
Des bruits se firent entendre. La Faune appelait, déclarant que le souper était servit pour ceux le désirant. Ciri vit du coin de l’œil la plupart se lever afin de se servir une assiette. Cela sentait la viande, les légumes. Une délicieuse odeur. La rôdeuse reporta pourtant son attention sur l'ange. Esquissant un geste afin de lui prier d'attendre. Tranquillement, la Crocs-de-Sang partit leur prendre deux assiettes ainsi que de l'eau. Ciri revint avec le tout, s'arrangeant du mieux possible pour le transporter avant de poser les objets sur la table. La jeune femme récupéra sa place, la tête légèrement tournée sur le côté, scrutant discrètement l'autre loup-garou qui regardait dans leur direction.

« Bien, le dîner est servit., souffla la louve en reportant son entière attention sur l'ange. Si je peux me permettre, prenez garde. Ce loup vous regarde un peu trop à mon goût. »

S'il recherchait de l'or, voir Luminia ainsi parée devait l'allécher. Quoi de mieux qu'une rançon pour s'enrichir ? Et plus vilement, les nobles faisaient parfois bien fantasmer certains truands.

_____
HRP: Yeah ! Vraiment cool que tu ais répondu ! :3
© Starseed


Big Bad Wolf.





« I smell the blood of a petty little coward, here... »
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Juin - 21:22
Luminia ne put s'empêcher de se tendre quand cette femme, Cirilla, si elle se souvenait bien, s'installa d'autorité à sa table. L'ange durcit son regard. Mais elle savait très bien que cela n'aurait aucun effet sur celle qui se trouvait désormais face à elle. La louve lui sourit. Pour une fois, cela n'entraîna aucune réponse. La jeune noble se méfiait. Pourquoi celle qui avait été son adversaire était-elle venue la voir, abandonnant là celui avec qui elle discutait auparavant ? Puis elle s'expliqua. Une mise en garde ? Pourquoi voudrait-elle avertir son ancienne rivale d'un danger seulement potentiel ? Et puis, Luminia ne venait-elle pas de parvenir à en finir avec un bande de malfrats semblant tout droit sortis de son passé, et comptant parmi eux un mage puissant ? Mais cela, la louve ne pourrait pas le savoir. Et elle ne le saurait pas, sauf circonstances exceptionnelles. Ne croyant pas que cette femme ne l'aie abordée que pour lui faire cette annonce somme toutes inutile, la petite blonde, cette fois, ne se sentit pas gênée de se servir en informations directement dans l'esprit de son interlocutrice imposée. Il suffisait pour cela d'un échange de regards...

Ce fut avec une surprise qu'elle eut du mal à dissimuler qu'elle apprit que Cirilla l'avait abordée sans aucune arrière-pensée. Bien qu'elle sache sa télépathie infaillible, Luminia, pour le coup, eut du mal à la croire. Mais la propriétaire de l'auberge imposa sa voix à ses clients. Visiblement, le repas était prêt. L'angelette n'en voulait pas. Cependant, sa voisine de table ne l'entendait pas de cette oreille. Elle alla récupérer de quoi manger pour les deux, sans demander son avis à celle qui semblait sa cadette. Passée la première frustration de ne pouvoir se faire entendre, la petite blonde profita de l'absence de la femme pour réfléchir. Lors de son intrusion télépathique, elle avait saisi au passage le nom du Clan de sa victime improvisée. Celui de l'Ombre. Et elle-même venait du Clan rival... À présent, elle comprenait l'animosité qu'elle entretenait à l'égard de cette personne, qui devait sans aucun doute être une pure créature du Mal. Mais, dans ce cas... Pourquoi se souciait-elle d'elle ? Et elle en rajouta une couche en lui parlant d'un autre loup... Certainement un membre du trio remarqué à son arrivée. Sans se gêner, Luminia rendit calmement son regard à l'homme en question, songeuse. Elle ne comprenait vraiment pas l'attitude de Cirilla. Pourquoi lui montrer tant de sollicitude, alors que leurs antécédents communs ne les poussaient pas franchement à la sympathie, et c'était compter sans les relations que leurs deux Clans entretenaient l'un avec l'autre...

Haussant les épaules, elle décida de s'intéresser à autre chose. Elle allait répondre, mais par les voies traditionnelles. Hors de question de lui dévoiler ses compétences télépathiques. Sans se presser, elle plia sa lettre inachevée, sans vraiment savoir si elle la terminerait un jour. Puis, toujours aussi tranquillement, elle se releva et alla chercher quelques nouvelles feuilles à l'endroit où elle avait pris celle utilisée précédemment. Enfin, revenant à a place, n'ayant toujours accordé aucun regard à son assiette, elle reprit son stylo et inscrivit ses réponses d'une écriture fluide et assurée :

"Pourquoi vous soucier ainsi de moi ? Si mes souvenirs sont exacts, nous ne nous sommes pas quittées en si bons termes. Et puis, n'oubliez pas qu'au besoin, je dispose d'ailes. Il me serait toujours possible de fuir, si tant est que vos craintes soient justifiées."

Aucune salutation, des phrases autoritaires. Elle voulait un message purement fonctionnel, sans les lassantes formes qu'elle était contrainte d'inclure dans son écriture, lorsque celle-ci était destinée à des personnes originaires de son milieu.

Puis, hésitant un instant, elle finit par promener un regard circulaire sur les autres personnes présentes dans l'auberge, s'attardant quelques secondes sur chacun. Puis elle ajouta un nouveau paragraphe :

"Vous me demandez de me méfier de ces gens ? Mais que savez-vous à leur sujet, au juste ? Vos craintes sont-elles fondées ou ne reposent-elles que sur de simples craintes ?"

Puis elle fit glisser le papier vers la louve comme on lance un défi. Elle n'avait jamais été agressive, mais en ce moment précis, cela ne la dérangeait pas de tester cet état d'esprit. La rivalité ancestrale de leurs Clans, et, surtout, sa prise de conscience de ce fait, avait réveillé son côté combatif. Elle était incapable de dire si c'était positif ou non.

HRP :
 
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Sam 11 Juin - 16:17
les tempêtes de neige
loup y es-tu ? ✧ Un papier vint glisser jusqu'à la louve qui arqua un sourcil. Ne voulait-elle donc pas lui adresser la parole directement via ses capacités mentales ? Ou peut-être n'était-elle pas suffisamment puissante afin d'effectuer cette tâche. Moins probable, à moins qu'elle s'en sorte toujours dans la vie de tous les jours grâce à un carnet et un stylo. C'était possible mais oh, cela devait être bien ennuyant. Cirilla haussa ses épaules et s'empara du papier, lisant les phrases délaissées par l'être angélique. La blonde qui semblait pourtant être quelqu'un d'agréable paraissait bien agressive. La femelle lycan se demandait si c'était elle qui déclenchait une telle animosité, cet atmosphère tendu. Se pourrait-il que l'ange soit dans ce fameux clan adverse du sien ? Si tel était le cas, peut-être avait-elle découvert que la Crocs-de-Sang était du clan de l'ombre. Ou plus simplement, elle ne l'appréciait aucunement. Peu importe.
Ciri en termina avec la lecture, un sourire amusé sur ses lippes fines. Bien. La demoiselle voulait s'amuser ? La louve y était toute prête. Après tout, il fallait bien se divertir en ce mauvais temps de tempête glaciale. La jeune femme à la crinière ébène repoussa légèrement le papier vers son homologue, s'emparant plutôt de son verre d'eau afin de s'en délecter de quelques gorgées. Derrière elles, les êtres mangeaient en discutant tranquillement, un léger brouhaha s'élevait donc au sein de l'auberge sans non plus être gênant.

« Sachez, ma chère, que l'instinct d'un loup ne le trompe guère. Cependant, dîtes-moi, vos ailes vous sauront-elles bien utiles si, par un quelconque hasard, elles se retrouvaient abîmés par une tierce personne ? »

Une légère menace sans forcément en être une. Pourtant, si au départ, la femelle lycan était venue sans réelles mauvaises attentions et plutôt par envie de fuir un peu l'emprise du Draconian, l'attitude de l'ange l'ennuyait légèrement. Mais plus les années passeraient, et plus Cirilla comprenait que sa réputation la poursuivait inéluctablement. Ou alors, même sans le vouloir, même ceux qu'elle rencontrait pour la première fois gardaient d'elle un bien mauvais souvenir. Même ceux n'ayant pas eu vent de sa réputation. Alors, pourquoi ne pas s'y tenir ? La louve arborait à présent un sourire qui n'avait rien de bienveillant, prenant cependant tranquillement ses couverts afin d'entamer la soupe agrémentée de viande et de légumes qui avait été servit. Luminia ne semblait pas en avoir envie mais, peu importe, Cirilla mangerait les deux assiettes s'il le fallait. Sa précédente traque avait été fructueuse, de plus, la vente de l'escarboucle de la Wyvern avait été une bonne vente. Ainsi, la jeune femme aux prunelles dorées s'amusait à vivre un peu mieux, ces derniers temps. Plus de sommeil, une nourriture un peu meilleure, parfois un lit.

« Hm. »

Ciri cessa de se repaître, essuyant ses lèvres avant de glisser de nouveau son regard dans celui de Luminia.

« Ce que je sais à leur sujet ? Croyez-moi, je croise suffisamment de voleurs et de mauvaises personnes pour en reconnaître quand j'en vois. Mes sens sont aiguisés, bien plus que les vôtres, sans vouloir vous offenser. Mais, en dehors de cela, vous verrez par-vous même si mes craintes sont fondées. Allez donc discuter avec eux, dormez sur vos deux oreilles. Personne ne sera là pour vous si ces trois là décident de vous attraper. »

Cirilla se recula, collant son dos contre le dossier de sa chaise. Son sourire s'étendit un peu.

« Ou si je le décide. Dîtes, combien paierait votre famille pour vous récupérer ? »

Si la louve n'avait pas réellement le temps de se coltiner une prisonnière, l'idée de titiller un peu l'ange avait germé dans son crâne. La petite animosité de Luminia avait éveillé au final, le côté provocateur de la Crocs-de-Sang qui, de nouveau, reprenait son repas.

_____
HRP: Aha, pas de soucis alors. 8D
© Starseed


Big Bad Wolf.





« I smell the blood of a petty little coward, here... »
Revenir en haut Aller en bas
Mer 22 Juin - 10:45
Ses ailes ? Abîmées ? Luminia retrouva sa méfiance. Que voulait donc dire cette femme ? Elle décida donc de jouer la naïveté, afin d'en apprendre un peu plus. Reprenant son papier et son stylo, elle inscrivit :

"Qui donc pourrait me les abîmer ? Il faudrait que je les montre, d'abord."

Cirilla préférait manger, avec un rictus clairement malfaisant. Bien. Que faire, maintenant ? Alors que le jeune fille entamait prudemment son assiette, s'étant finalement décidée à en manger ne serait-ce qu'un peu, sa vis-à-vis reprit la parole. Discuter ? Vraiment ? Luminia retint un rire sarcastique. Comment discuter en étant muette ? Mais elle avait compris le message. Cependant, la dernière phrase de la louve piqua l'ange au vif. Ainsi, cette femme voulait une joute "verbale" ? Aucun problème, elle l'aurait ! Reprenant son stylo en s'efforçant de contenir sa rage, ne serait-ce que pour épargner la pauvre feuille de papier, elle ajouta à la suite :

"Laissez ce que vous appelez ma "famille" en dehors de tout ça ! Elle ne sait même pas que je suis ici !"

Oups. Elle avait laissé échapper une information qui, justement, ne devait pas être divulguée. Tant pis, il était de toute façon impossible d'effacer ce qu'un stylo avait écrit. Alors, au lieu de supprimer la phrase précédente, elle la compléta :

"Si jamais il vous vient l'idée d'utiliser mon erreur, "

Elle s'interrompit. Qu'ajouter ? Elle n'était pas douée pour les menaces, ce qui, au contraire, semblait être on ne pouvait plus facile pour son adversaire. Bon. Elle devait immédiatement parer à cette faiblesse. Se creusant la tête, elle chercha à se souvenir si l'un des nombreux livres qu'elle avait lus contenait une menace quelconque. Certainement, mais, à son grand dam, elle ne parvint pas à s'en souvenir. Bon, allez, continue de chercher, tu vas bien finir par trouver ! Cependant, lorsque, par pur réflexe, elle jeta un œil à sa feuille, elle remarqua qu'elle n'était plus à sa place. Cirilla l'avait-elle prise en croyant qu'elle avait terminé, puisque cela faisait un moment qu'elle n'écrivait plus ? Possible. Elle adressa un regard peu amène à la personne en question, mais ne chercha pas à récupérer son papier. Après tout, si c'était bien Cirilla qui le lui avait pris, elle finirait par le lui rendre, tôt ou tard.
HRP :
 
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Ven 1 Juil - 16:04


"Cirilla & Luminia"

Nothing will prepare you for the chaos I will bring upon you. You can try to run and hide but you can't escape the things that I'll do. Don't even try to run away. - Aviators - Spirit of Chaos.



Elle écrivait avec rage la petite blonde, c'est ce que nota la louve en l'observant avec un sourire narquois. Son faciès distordu par un début d'agacement se changea soudainement tandis qu'elle arrêtait d'écrire au même instant. Cirilla la scruta silencieusement, se préparant à s'emparer de la feuille, attendant simplement que la jeune ange termine ce qu'elle venait de recommencer à écrire. Profitant du détournement de l'attention de Luminia alors qu'elle semblait chercher quelque chose dans le méandre de ses pensées, la Crocs-de-Sang glissa sa main jusqu'à la feuille et la récupéra discrètement et silencieusement, habile de ses doigts. Lisant le papier rapidement, elle ricana doucement et posa ses prunelles dorées sur Luminia, levant un peu la feuille en l'air, oubliant un instant qu'elles n'étaient pas seules.

« Se laisser emporter par la rage pour si peu, c'est bien dommage, tu n'es pas douée petit ange. C'est dangereux pour un être si noble d'être éloigné de tout, seul au monde au milieu de personnes aux idées... malveillantes. »

Alors qu'elle allait rendre le papier à Lumina, elle sentit une présence juste derrière elle. Dans un réflexe extrêmement rapide, elle baissa son bras dont la main tenant le papier et le plaqua sur la table avant de détourner sa tête derrière afin de scruter celui qui venait de s'introduire en tentant de subtiliser la feuille. Ciri fronça ses fins sourcils et resserra tant sa prise sur la feuille afin qu'elle ne soit pas volée que ses griffes en sortirent, elles transpercèrent la feuille et s'enfoncèrent dans le bois. Déjà, un sourd grognement s'échappait de la gorge de la jeune femme à la vue du loup-garou qui souriait légèrement, baissant la main qu'il avait levé pour voler le papier.

« Que veux-tu, toi ? Tu as un problème ? J'aime pas le moins du monde ce que tu viens d'essayer de faire. »

Déjà l'atmosphère se tendait et une aura sombre s'échappait de la louve dont le grognement ne cessait, ses orbes d'or semblaient même se ternir. Ce loup ne lui inspirait aucunement confiance depuis le début et sa tentative venait de renforcer la chose. Dérangée par le fait qu'il soit en hauteur et elle assise, Ciri se redressa et croisa ses bras, soutenant le regard de l'autre loup qui souriait légèrement, nullement impressionné par la tentative de dominance de la femelle lycan. Derrière lui, l'humain et le nain retenaient leurs souffles, tout comme le jeune fille Elfe, le Draconian et la Faune: deux loups-garou qui se disputaient et se jaugeaient n'était pas bon, et un combat de deux bêtes aussi destructrices n'annonçait rien de bon. Ils seraient bien capables de détruire tout de part leurs forces bestiales. Le silence s'étendit, l'or des yeux de la femelle plongé dans le céruléen du mâle.

« Tant d'animosité, je ne voulais que faire une petite blague afin de vous interpeller toutes les deux: ne voulez-vous pas nous rejoindre à jouer aux cartes ? »

Il souriait d'une telle façon que son sourire paraissait vrai, chaleureux et son faciès détendu mettait presque en confiance. Cirilla ne se laissait pas berner, le fixant toujours.

« Non, on ne veut pas. Retourne avec tes parias, si tu refais quelque chose comme ça, je ne peux pas promettre que tu sortiras indemne lorsque la tempête cessera. »

Elle leva son menton, arborant un sourire mêlant sa cruauté à de l'arrogance pure. L'autre arqua un sourcil, se détournant lentement sans manquer de laisser échapper dans un souffle :

« Pas de problèmes, Cirilla Crocs-de-Sang. Bon dîner, lady Luminia. »

Il retourna auprès de ses deux homologues. Ciri resta un instant bloquée, le scrutant. Ce n'était pas bon. Peut-être avait-il entendu le nom de Luminia lorsqu'elle l'avait prononcé, après tout, les loups avaient une ouïe plus développée: mais cela signifiait aussi qu'il avait entendu le reste de la conversation. Et qu'il peut-être pas armés de bonnes intentions, pourquoi donc s'embêterait-il à prêter l'oreille sinon ? De plus, le fait qu'il connaisse son prénom et son nom ne lui plaisait guère. La louve reprit sa place, les yeux dans le vague, semblant réfléchir. Elle s'était bien amusée à taquiner et enrager l'ange mais, son but n'était pas de lui apporter des soucis ou autre, or, cela semblait mal partit. Ciri releva son regard en direction de la blonde, elle lui chuchota:

« Ce soir, tu t'enfermeras dans la chambre que tu as prit, je monterais la garde. »
_____
HRP: Désolé du retard ! o/ Dit moi si tu veux modifier quoique ce soit !

Code by Sleepy


Big Bad Wolf.





« I smell the blood of a petty little coward, here... »
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Juil - 11:18
Luminia observa la dispute qui se déroulait juste devant elle, n'osant pas faire le moindre geste. Elle ne savait pas comment cela allait se terminer. Et dire que ce n'était parti que d'un simple morceau de papier bien innocent en apparence. Tous les loups étaient-ils donc si sanguins ? Alors, celle qui lui disait qu'elle "s'emportait pour si peu" pouvait bien aller voir ce qu'il en était pour elle-même !

Cependant, lorsque Cirilla s'adressa de nouveau à elle, sans réfléchir, elle se contenta de hocher la tête, donnant ainsi un accord on ne pouvait moins réfléchi. Jamais elle n'aurait accepté si vite une proposition, quelle qu'elle soit, de la part de cette louve, dans des conditions normales. Mais voilà, justement, les conditions n'étaient pas normales. Elle venait d'assister à une dispute qu'elle avait elle-même provoquée, cela seul lui suffisait à ne pas agir comme elle en avait l'habitude, en trop sensible qu'elle était. Mais elle ne pouvait s'empêcher de se sentir inquiète à la seule perspective de devoir dormir près de cette personne qu'elle n'appréciait pas... Mais qu'elle connaissait, c'était déjà cela que la louve avait comme avantage sur les autres personnes présentes. Au moins, Luminia savait à peu près à quoi s'attendre de sa part.

En fait, non. Elle n'avait jamais eu de contact rapproché avec cette personne... Eh bien, il faudrait considérer cela comme une expérience. Bonne ? Mauvaise ? Quelque chose lui disait qu'elle aurait vite des réponses de ce côté...

HRP :
 
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde d'Endora :: Clan de l'Eau :: MONTAGNES ROCHEUSES-