"S'il te plaît, faisons un détour !" [PV Claiomh Delvartah]

 :: Monde d'Endora :: Clan du Feu :: PLAINES DE FEU Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 2 Mai - 22:33
Sa servante étant venue la chercher jusqu'à Aquaris pour la ramener chez elle, sur l'ordre de sa mère adoptive, femme d'un noble vivant un peu en marge de la société, enfin, autant que possible pour un homme de son rang, tout en veillant avec amour sur sa petite famille au sein de son manoir de la Forêt Blanche. C'est là que les deux jeunes filles devaient se rendre, à pied, la servante n'ayant pris aucune monture et sa maîtresse ne pouvant décemment pas la planter là en utilisant la voix des airs. Et puis, elle devait bien avouer qu'en volant, le trajet lui aurait paru court, bien trop court. Enfin, elle renouait avec ses origines, voyageant comme une riche humaine accompagnée d'une amie. Avant de quitter la capitale du Clan de l'Eau, elle s'était en effet amusée à offrir des vêtements luxueux à sa servante, la transformant en jeune princesse, lui apprenant à se tenir comme une femme mondaine. Cela s'était soldé par de grands éclats de rire, les deux jeunes filles goûtant une liberté rare.
À présent, elles marchaient d'une démarche assurée et raffinée en direction de Windtora. Cependant, alors qu'elles traversaient les Grandes Plaines, Luminia eut une idée. Vérifiant que personne ne pouvait les voir, elle retira ses escarpins et invita d'un geste celle qui était désormais son amie à en faire autant. Puis, lui prenant la main, elle l'entraîna dans une course débridée... En direction des terres du Clan du Feu. La servante sourit. Elle savait bien que Luminia rêvait de visiter Endora, et plus encore les terres du Feu, où elle n'avait, jusqu'à ce jour, jamais mis les pieds.
Quand enfin elles s'arrêtèrent, leurs yeux brillaient. Echevelées, heureuses, elles se sentaient, pour la toute première fois de leurs vies, totalement libres. Alors qu'elles riaient à gorge déployée sans se gêner, se croyant seules, seule la voix de la servante étant audible, évidemment, Luminia, soudain, retrouva son sérieux et intima d'un geste le silence à l'autre fille, légèrement plus jeune qu'elle. Elle avait deviné une silhouette dans le lointain. Elle remit ses chaussures et réarrangea sa robe et sa coiffure, aidant son amie à en faire autant.

- Attendez... Je ne vois rien, moi.

À ces mots, la vraie demoiselle s'arrêta de recoiffer sa servante, une épingle à la main. Puis, elle comprit. En tant qu'ange aimant plus que tout voler, elle avait développé ue très bonne vue.

"Tu devrais cependant commencer à distinguer quelque chose. Je vois que c'est un homme, mais il s'approche. Si tu ne le vois pas encore, cela ne devrait pas tarder. Et cela signifie qu'il ne devrait pas tarder non plus à pouvoir nous voir. Alors, n'oublie pas les leçons que je t'ai donnée."

Elle lui fit un clin d'œil, puis, se concentrant de nouveau, elle lui transmit la suite, les pensées pétillantes, fidèles à son humeur :

"Il est temps de voir si je suis un bon professeur. Voyons si cet homme, qui que ce soit, croit à notre histoire de jeunes filles de bonne famille se promenant entre amies ! Et fais bien attention à chacun de tes faits et gestes, n'oublie pas que tu dois parler pour nous deux. N'oublie pas de me traiter comme une égale."

Le temps que Luminia lui donne de nouveau ses instructions, l'homme s'était assez approché pour que l'ange impure, comme elle se nommait amèrement elle-même, distingue parfaitement ses traits. Il semblait un homme plutôt normal, assez jeune. Elle lui donnerait tout au plus une petite trentaine d'années. Elle n'était pas experte en matière d'humains, cela faisait bien trop longtemps qu'elle avait été transformée, figée sous les traits de l'adolescente qu'elle était au moment de sa transformation, alors qu'elle était en réalité plusieurs fois centenaire.

- Chère amie ? Que vous arrive-t-il ? J'entends vos soucis, mais il se trouve que notre route a croisé celle de ce jeune homme... Il est très impoli de votre part de l'ignorer ainsi...

Revenant à la réalité, Luminia sourit. La servante était bien entrée dans son rôle, n'ayant pas perdu de temps pour la réprimander. Gratifiant l'inconnu d'un regard et d'un sourire aussi doux l'un que l'autre, désirant s'excuser par ces signes, elle lui adressa la plus belle révérence qu'elle n'aie jamais faite. Même son amie semblait étonnée. Luminia retint un rire. Puis, discrètement, l'ange adressa à l'humaine un signe invisible à qui ne le connaissait pas. C'était un signal convenu entre elles. La fausse noble esquissa elle aussi une révérence, avant de réciter le texte convenu en cas de rencontre :

- Bonjour, noble inconnu. Mon nom est Amanda, je vous prie d'accepter nos excuses pour l'absence de réponse de la part de ma chère amie Luminia, mais il se trouve qu'elle est muette. Je me chargerai donc de traduire pour vous ce qu'elle voudra vous dire.
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Mai - 20:36
Alors que les amies insouciantes sourient et s'amusent à voyager sur les terres de feu, il est quand même dangereux de voyager seules, oui seules avec le s. Car deux êtres comme ces filles dans ces étendues aussi sauvages que chaudes, on ne sait jamais sur ce que l'ont va vraiment tomber.

Cela fait maintenant des années que la troupe Baldi voyage au travers des Terres d'Endora mais surtout il faut éviter ce petit village que l'ont nomme Valhart. Car c'est de là que ces nomades proviennent. S'ils avaient eu la force et la puissance de Tarik afin d'évincer ce fraudeur de Sygil... Ne reste qu'Hoggar l'oncle de Claiomh qui sache encore entraîner son neveu afin que ce dernier puisse parvenir à un tel stade mais... Le chemin est encore bien long.

La troupe Baldi fait sa halte. Ce sont aussi des vendeurs itinérants. C'est toujours utile et pratique quand dans des villages reculés il n'y a rien quasi, ça fait des clients potentiels. Les danseuses Baldi une fois la troupe arrêtée, se mettent déjà a effectuer leurs mouvements de danseuses flamboyantes. De temps en temps Claiomh et Sygil s'entraînent avec elles, car ce sont aussi deux expertes en combat d'un style assez particulier que seul Tarik détenait la connaissance. Danse-lames...

Une technique de combat qui consiste à tout le temps bouger et surtout se battre avec grâce perturbant l'assaillant car on ne reste jamais sur place. Et surtout, c'est une technique de combat rapide de surcroit. Claiomh a du mal à parvenir à les toucher car, son arme de prédilection c'est la claymore. Une épée d'un style grosse brute qui défonce tout sur son passage. Même Hoggar qui est un bon maître-lames avec une unique épée ou bien deux épées a du mal contre les deux en même temps.Ca fait du challenge !

Qu'il y a t-il dans ces plaines pour que le jeune Claiomh s'aventure un peu seul s'éloignant du groupe ? Rien de bien particulier. Claiomh aime la solitude mais surtout pour rendre hommage à la mémoire de son défunt père. Se mettre seul à l’abri des regards. Mais ce ne sera pas pour l'instant, car au fur et à mesure de ses pas, sa silhouette se dessine aux yeux de deux personnes. Elles pourront voir que ce dernier est habillé de couleurs chaudes. Des couleurs rappelant les teintes des villes et des fanions des peuples qui vivent parmi les Terres de feu.

Aussi, cette chevelure rougeoyante et ces yeux dorés qui sont assez envoûtant en même temps, et puis aussi, l'homme ou du moins le jeune homme est arnaché d'habits style en le voyageur et le gars de la haute et puis encore il détient des éléments d'armure de chevalier. Style assez déconcertant quand on voit ça mais dans le tout, ce n'est pas encore ça qui cloche le plus. C'est cette fameuse épée à deux mains. Une grosse claymore qui parait difficile à porter malgré un fourreau adéquat.

Les silhouette féminines se précisent au grès des pas de Claiomh. Elles ne paraissent pas être une menace alors que l'un d'entre elle s'adresse à Claiomh. Et vu le révérence, il y a de forte chances pour qu'elles ne soient pas une menace mais il faut toujours se méfier... Opinant du chef en guise de salut, Claoimh adresse ces paroles. "Claiomh Delvartah, guerrier itinérant pouvant vous servir de mercenaire ou de protecteur. Comme bon vous semble."

Il semble que le petit jeu du duo fonctionne, Claiomh ne remarque rien de spécial si ce n'est que donc évidemment Luminia semble muette. " Mais vous vous promenez bien loin. Ces plaines ne sont pas vraiment une aire de jeu pour les demoiselles de la haute. " Est-il déjà suspicieux notre cher Claiomh ou bien est-ce pour engager une quelconque conversation ? " Mais si jamais il faut vous ramener et que vous avez les foi de parcourir les routes, la troupe Baldi peut vous accompagner moyennant une somme pour votre protection. " Le petit sourire se voulant rassurant et puis aussi, vu qu'elles sont de la haut il ne faut pas oublier la galanterie. Après ces paroles, Claiomh vient saisir délicatement la main droite de chacune des demoiselles pour y poser un baisé. Les présentations sont donc ainsi faite. " Vous m'envoyez navré, je parle d'argent mais j'en oubliai la politesse... "
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Mai - 21:38
Les jeunes filles échangèrent un regard complice. Leur manœuvre semblait fonctionner. Cependant, conformément au rôle qu'elle devait tenir, la servante, mimant la jeune fille superficielle et cependant sûre d'elle, retira sa main de celle de l'homme, après son baisemain, tandis que Luminia, de son côté, n'en faisait rien, jouant peut-être l'adolescente effarouchée et heureuse de se trouver un chevalier servant. Cependant, l'ironie de la situation ne lui échappait pas, loin s'en fallait. En effet, lui, ayant beaucoup moins d'expérience du monde réel qu'elle, se posait en protecteur... Cependant, elle fut vite ramenée à la raison par la voix de l'humaine, continuant à jouer son rôle :

- L'argent ne pose aucun problème pour nous, nous serions prêtes à vous payer autant que vous le désirerez... Si nous voulions vraiment de votre escorte. Nous ne considérons pas ces plaines comme un terrain de jeux, il se trouve simplement que nous passions par ces lieux pour rejoindre notre demeure.

Cependant, pendant que sa cadette monopolisait la parole, l'expression de Luminia se fit soucieuse, alors qu'elle pensait que l'homme ne la remarquerait pas, n'ayant pas pris le temps de vérifier vers laquelle des deux jeunes filles l'attention de ce dernier était tournée. Il avait mentionné les jeux... Les aurait-il remarquées avant qu'elle ne le fasse elle-même ? Cela lui semblait cependant impossible : lors de sa transformation, elle avait perdu sa voix au profit d'une vue digne d'un rapace. Elle doutait qu'un simple humain puisse en avoir une meilleure que la sienne. Ou alors, était-il plus perspicace qu'elle ne l'avait pensé au premier abord et avait-il simplement deviné ce qu'elles faisaient avant de le rencontrer ? Elle fut tentée de chercher la réponse dans son esprit, mais cela lui paraissez déloyal.

Cependant, l'ancienne servante, qui, jusque-là, avait tenté de mener la conversation, mais sans savoir si son interlocuteur l'écoutait réellement, s'intéressa de nouveau à l'ange. Puis, d'un air de reproche, la tirant brusquement de ses pensées, elle lui adressa les mots suivants :

- Vous réfléchissez trop.

Automatiquement, habituée à leur complicité, Luminia "répliqua" :

"Et toi, tu parles trop ! Une demoiselle sachant se conduire ne noie pas une autre personne sous tant de paroles, à plus forte raison si la personne en question est un jeune homme."

À la moue de l'humaine, Luminia comprit son erreur. Et elle fixa d'un air effaré sa main gauche, dont la peau était toujours en contact avec celle de l'homme. Elle ne savait pas si un contact aussi rapproché aidait l'autre personne à percevoir ses pensées, surtout en cette période troublée, où sa télépathie avait décidé de faire des siennes et d'échapper régulièrement à son contrôle. Priant pour qu'il n'ait rien perçu, le tutoiement et les ordres qu'elle avait adressée à sa servante risquant de trahir leur petite farce, elle retira vivement sa main.

- Luminia vous prie de l'excuser pour ce geste trop... Précipité, mais elle a soudain été saisie d'une frayeur.

En effet, pour entrer dans son moule, Luminia avait serré ses poings contre sa poitrine, dans une attitude peureuse. Cela était si loin de sa véritable personnalité ! C'était la première fois qu'elle adoptait une telle posture. Mais tant pis. Elle avait fait une erreur, et était prête à tout pour la réparer.

Désirant cependant mieux connaître son vis-à-vis, tentant par là de lui faire oublier son instant de faiblesse, elle se tourna vers lui, gardant cependant une attitude respectueuse, voire soumise, comme une femme de haut rang se devait de l'être avec un homme, quel qu'il soit, elle transmit quelques questions à l'attention de l'homme, mais sans le regarder dans les yeux, ce qui bloquait sa télépathie et empêchait celui qui se trouvait face à elle de percevoir ses pensées. La seule personne étant assez intime avec elle pour bénéficier de la télépathie sans avoir besoin de contact visuel était sa servante. Tandis que l'ange étudiait le plus discrètement possible l'étrange tenue de l'humain, sans pour autant permettre que leurs regards se croisent, ce qui, dans sa société, serait vu comme un affront, son amie traduisit les questions, reproduisant le plus scrupuleusement possible la formulation d'origine :

- Pardonnez l'effronterie de Luminia (je vous prie de croire que ce sont ses propres mots), mais elle aimerait disposer de certaines informations à votre égard. Entre autres choses, elle voudrait savoir, si cela ne vous offense pas, pourquoi vous vous trouvez vous-même seul en ces lieux si dangereux, selon vous. De mon côté, j'aimerais en savoir plus sur cette troupe Baldi que vous avez mentionnée... si vous jugez utile de répondre à une telle question, venant d'une simple femme inconnue.

Quêtant du regard l'approbation de sa maîtresse, la servante fut récompensée par un sourire encourageant. Bien. Jusqu'à présent, elles se débrouillaient plutôt bien. De plus, l'excès de délicatesse présent dans la dernière tirade conforterait l'illusion de jeunes filles élevées dans un cocon conformant les personnes, et surtout les femmes, dans une certaine société, avec une certaine illusion, pour le cas où quelques doutes subsisteraient en cette personne... Ne restait plus qu'à espérer que la télépathie de Luminia ne les aie pas trahies.
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Mai - 20:39
La p'tite muette ? Hé bin, il apprendrait bien les communication par télépathie pour la comprendre. Oui il faut dire, elle ne manque pas de charme. Le jeune guerrier l'a bel et bien repéré, il l'a déjà regardé mais vu que c'est la servante qui parle, et bien il parlera avec elle bien qu'il ne se doute pas un seul instant du stratagème.

Pour ce qui est de l'ère de jeu, Claiomh ne revient pas la dessus. Ce fument là des paroles pour dire de parler. L'ère de jeu, Claoimh prend ces terres pour un terrain amusant avec ces sables, ces villes, ses bandits, ses marchands ambulants.

La main du jeune homme toujours en contact avec celle de l'ange. Diantre quelle a la peau douce. Une agréable chaleur enivrante émane de cette demoiselle et puis en plus elle ne laisse pas de marbre. Mais quand l'amie lui parle d'argent, là... Surtout si elle dit vrai. Un sourire s'affiche sur le visage du jeune guerrier.

Ce qui est sur, c'est que Luminia semble vraiment craintive, il jette des petits regards vers elle et la voit agir. Puis lorsqu'Amanda lui demande d'excuser le geste précipité de luminia, Claoimh fait un signe de tête comme si ce n'est rien.

"Et bien moi, ce que je fais ici, je suis en recherche d'un endroit où je peux méditer... " Il tape un oeil sur le talisman qu'il porte. " La troupe Baldi n'est pas loin. C'est avec eux que je voyage, nous venons d'un petit village non loin des volcans. Une troupe où l'on peut observer des danseuses pyromancienne offrir des spectacles. Un maître d'arme qui peut donner des petits conseils de combats. Puis moi, apprenti maître lame, nous avons un magicien, un soigneur et deux forgerons qui nous suivent dans l'aventure. On sillonne le monde pour offrir nos services. Spectacles, ventes d'armements, armures, soins, protection. "

Il les scrute, elles ne paraissent pas être une menace.

" Vous disiez donc que pour l'argent ce n'est pas un soucis et bien, si jamais celà vous interesse, je peux toujours vous présenter à la troupe et si ce n'est pas loin, on peut voyager ensemble juste le temps de ce chemin et qui sait ce qui peut arriver. On aime les rencontres et surtout faire connaitre nos produits que les forgerons fabriquent et tout et tout. "
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Mai - 22:40
La servante observa le manège de l'homme. Visiblement, il ne serait certainement pas fâché d'en apprendre un peu plus sur sa maîtresse... Elle se promit donc de glisser certaines informations à ce sujet dans la suite de la conversation, pour voir comment il réagirait. Croisant le regard de Luminia, elle remarqua qu'elle aussi l'avait remarqué, posant sur lui un regard aussi doux qu'à l'accoutumée, mais avec quelque chose en plus. Ce regard était amical, c'était évident. Mais également... elle ne savait trop ce qu'il définissait de plus. Une envie de le protéger, comme s'il était le petit frère que l'ange n'avait jamais eu ? Peut-être...

"Ne te tracasse pas. Il réagit peut-être simplement à ma nature angélique..."

La servante sursauta. Mais elle se reprit bien vite :

- Ah oui. J'oubliais que lorsqu'il s'agit de ce qui touche à l'esprit, plus personne ne peut vous battre. Vous avez donc sans doute raison.

Puis l'homme se mit à parler de méditer. Sans surprise, Luminia manifesta un vif intérêt à son égard à ce moment-là. Moqueuse, la servante commenta :

- Tiens donc. Quand on parle de cela... Monsieur, savez-vous que vous parlez de méditer à une jeune femme très cultivée, et à qui ce genre d'activités plaisent énormément ? C'est sans doute ainsi qu'elle compense son mutisme. Je ne l'ai également que très rarement vue loin d'un livre.

Lorsqu'il désigna son talisman, Luminia ne put s'empêcher de le fixer : elle sentait une puissante magie en émaner. Il devait renfermer quelque chose d'également très précieux aux yeux de ce jeune homme. La jeune humaine, qui avait également inventé le nom d'Amanda, se mit à réciter les paroles que lui souffla Luminia à ce moment :

- Il est très imprudent de montrer ainsi un tel trésor à des inconnues. Il est évident que Luminia ne ferait jamais de mal à qui que ce soit, mais le monde est ainsi fait que tout le monde est bien loin d'être aussi bienveillant que ma... chère amie.

Heureusement qu'elle s'était reprise. Luminia lui adressa des reproches mentaux. Elle devait être plus prudente si elle voulait que leur stratagème continue à faire effet. Mais la servante pensait déjà à autre chose, se passionnant pour la troupe dont l'homme parlait plus amplement :

- Ainsi, si j'ai bien compris, vous venez d'une famille de gens du voyage, mais plus axée sur la magie et les arts martiaux que sur les spectacles, n'est-ce pas ? Tenez, maintenant que j'y pense, vous avez face à vous également une habile soigneuse, qui maîtrise également quelques autres magies...

Et, ce disant, elle s'écarta, afin de bien laisser Luminia seule face à lui. Cette dernière lui en voulait de vanter ainsi ses mérites, qu'elle ne voyait de toutes manières pas comme tels. Ses pouvoirs, pour elle, n'étaient que ce qui lui était tombé dessus en même temps que sa nature angélique. Ni un poids, ni une force, donc. En fait, pour tout dire, elle ne s'était jamais demandé ce que cela représentait pour elle, et, maintenant que la question lui était implicitement posée, elle s'en moquait.

Mais il continuait sur sa lancée, vantant les mérites de cette troupe, qui, tous compte faits, constituait sa famille. Elle lui sourit doucement, tandis que la servante, toujours à l'écart, traduisait, ne parvenant pas à mettre le ton, et expliquant donc les sentiments de sa maîtresse à ce sujet avec des mots :

- Vous avez l'air d'être si proche et surtout si fier de votre famille... Luminia aime rencontrer de telles personnes, qui lui permettent de vivre par procuration quelque chose que... euh...

Ne sachant plus trop que dire, elle se tut. En effet, elle avait du mal à parler de la vie de sa maîtresse avant son adoption par le couple qui l'employait, et c'était bien normal. Se désintéressant un moment du jeune homme pour la couver d'un regard protecteur et compréhensif, elle en profita pour lui soumettre une question qui lui trottait dans la tête depuis quelques instants. Elle était tentée de communiquer directement avec l'homme, ce qui serait un grand signe de confiance. En effet, communiquant par télépathie, elle lui ouvrirait son cœur, voire plus, lui livrerait son âme. Car ce mode de communication amenait les deux personnes à atteindre le paroxysme de la sincérité, car, communiquant directement de pensées à pensées, le mensonge leur était impossible. Même s'il était vrai que, dans le cas présent, Luminia avait l'avantage : étant devenue au fil du temps une experte de la télépathie, elle pouvait désormais ne laisser accessibles que les pensées auxquelles elle permettait l'accès à l'autre personne, la réciproque étant impossible dans le cas d'un jeune homme que tout désignait comme un guerrier n'ayant pas l'ombre d'un pouvoir psychique. Cependant, elle était honnête et n'allait jamais chercher d'autres informations que celles dont elle avait besoin, comprenant parfaitement que chacun aie besoin de son petit jardin secret. La servante haussa les épaules :

- Faites ce que vous voulez. Mais, si je puis me permettre, essayez d'adoucir le contact. La première fois constitue toujours un choc, pour nous autres humains. Prévenez-le.

Elle eut une autre idée :

"Très bien, je le préviendrai. Mais c'est toi qui répondras à sa proposition, dans ce cas."

- D'accord.

Puis, se tournant vers l'homme, elle reprit :

- Monsieur, nous sommes dans le regret de vous annoncer que...

Mais Luminia la coupa :

"Finalement, nous pourrions peut-être accepter ? Je n'ai pas envie de rentrer tout de suite..."

La servante sourit :

- Je vous reconnais bien là. Mais votre mère...

"Peu importe. Si cela ne lui plaît pas, je peux encore changer de famille. J'ai l'habitude..."

Son regard se voila. Aucune ne formula les mots suivants, mais toutes les deux y pensaient : C'est plus une malédiction qu'autre chose de vivre longtemps. Et encore, "longtemps" était un euphémisme...

La seule pouvant parler, toujours de sa position éloignée, reprit, pour le roux :

- Oubliez ma phrase inachevée. Nous acceptons. Cela nous plairait vraiment de vous accompagner, et je suis certaine que Luminia aimerait discuter avec ce magicien et ce soigneur... Et peut-être en savoir un peu plus sur vous !

Immédiatement après que la dernière phrase ait été prononcée, Luminia protesta :

"Cela, ce n'était pas nécessaire !"

Pour toute réponse, la servante rit et, comme une provocation, enchaîna :

- Allez-y, faites-lui ce que vous vouliez ! Et n'oubliez pas : minimisez le plus possible les dégâts !

Puis elle s'éloigna encore, feignant d'observer les Plaines. Mais, en réalité, elle voulait surtout éviter de créer des interférences en entendant ce qu'ils se disaient, car, se connaissant, si c'était le cas, elle ne pourrait pas s'empêcher de tout commenter. Reconnaissante du fait que sa cadette fasse preuve d'autant de tact, Luminia respira profondément pour calmer toutes les émotions contradictoires qui se disputaient en elle, renoua avec sa partie angélique, laissant apparaître, pendant quelques secondes, le reflet, seulement visible à des yeux exercés et attentifs, de ses ailes. Puis, les ailes disparues, elle rouvrit les yeux, fit deux pas en avant afin de mieux se concentrer sur les yeux de celui dont elle voulait faire son réel interlocuteur, puis se décida à, pour la première fois de la discussion, croiser son regard. Les iris violets de la demie-ange plongèrent dans celles, dorées, de l'humain, tandis que leurs esprits se mêlaient. Pour la première fois, elle fit preuve d'une immense délicatesse en interrompant ce processus avant sa fin, afin de rester à la surface de l'esprit de l'humain, qui pourrait ainsi la chasser sans effort s'il le désirait. Puis elle commença à transmettre quelques mots :

"Bonjour. Mon nom est Luminia. Voici mon véritable moyen de communication. Pour me répondre, concentrez-vous sur ce que vous voulez me dire. J'espère sincèrement ne pas vous avoir surpris en vous abordant ainsi. Si vous désirez rompre le contact, fermez simplement les yeux, et Amanda reprendra la charge d'assurer la communication."

Des phrases d'abord courtes, puis de plus en plus longues, expliquant le mode de fonctionnement de la télépathie, c'était la méthode qui semblait la plus simple à Luminia pour établir un premier contact en ménageant au maximum l'autre personne. En espérant que cela fonctionne. Elle mourait d'envie de lui "parler" d'autre chose, de certainement plus intéressant, mais elle devait d'abord savoir si son esprit était disposé à la télépathie. En effet, pour les non humains, la question ne se posait pas, tous étaient réceptifs, qu'ils le veuillent ou non. Mais certains humains résistaient à ce pouvoir. Cependant, il semblait à Luminia que l'esprit de cet homme l'avait acceptée, car elle n'avait pas perçu de résistance particulière. Ou alors, cela traduisait-il un caractère amical et ouvert ? Elle ne pouvait pas le définir, car, en revanche, ce dont elle était certaine, c'était que cet homme n'avait jamais vécu d'expérience télépathique. Cette absence de réaction était peut-être le simple reflet de son inexpérience en la matière. Ce qui ferait d'elle, s'il l'acceptait, son professeur. Ce serait à elle de l'introduire à la télépathie. Charge loin d'être facile, surtout lorsque ce mode de communication était le seul dont l'on disposait... Mais trêve de pensées parasites. Même si Luminia pouvait les cacher, cela lui demandait un minimum de concentration, suffisant pour lui faire rater la réponse de l'humain, s'il n'était pas assez concentré dessus. Elle devait donc lui accorder toute l'attention dont elle était capable, au moins jusqu'à ce qu'elle sache jusqu'à quel point il pouvait affirmer ses pensées.
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Mai - 18:37
S'il ne serait pas fâché d'en apprendre un peu plus sur Luminia et bien non, bien loin de là. A ses yeux Luminia lui parait bien frêle et s'avère être une personne à protéger absolument. Il faut dire, certaines personnes se terrent dans le mutisme dû à un choc créé par quelqu'un ou quelque chose. Mais, de là imaginer qu'elle est une angélique, loin de la. Ce n'est pas souvent que l'ont croise des êtres aussi pures.

On a du mal à croire en tout les cas qu'il sache encore porter cette claymore bien arnachée dans son dos grâce à ce fourreau bien spécifique. Un bon fourreau d'affutage que dès que la lame se trouve dans son étui, elle se voit aiguisée directement. Un tranchant éternel qui ne vous laisse jamais tomber. Mais le poids de cette dernière semble être de loin le cadet de ses soucis. Les billes dorées qui ne lâchent pas ses interlocutrices épiant les petits faits et gestes apercevoir aussi les petits soubresauts d'Amanda par moment. Mais si Luminia communique par télépathie, ce n'est pas étonnant quelques fois de sursauter qui sait.

Puis vint le moment de la méditation et tout ce qui touche à l'esprit. Un petit sourire s'esquisse sur le faciès du jeune combattant. " C'est surtout afin de pouvoir communiquer avec cet esprit nommé Ignis Fatuus (esprit du feu en latin), Ignis était un lion de feu qui accompagnait mon père. Dorénavant, je ne peux y voir qu'une petite image floue de celui-ci, j'essaie de comprendre, apprendre, communiquer avec lui afin de trouver des réponses à mes questions que je n'ai pas pu poser à mon père de son vivant. "

Certes, c'est peut-être le moment de sortir les violons que vous allez dire mais voici pourquoi il s'intéresse à la méditation. " Mais je ne veux pas vous embarrasser avec la tragédie qui se déroule dans la vie d'autrui et je ne veux pas que vous me plaigniez. Nous devons surtout nous concentrer sur nous et nous connaître. Quand au talisman, je le sort que très peu devant les quidams, je sais à peu près dire à quel moment je peux le montrer. Je ressens quand même quand les intentions son mauvaises bien que je ne sois pas devin. " Mais tout le monde n'est pas aussi bien veillant que ma chère amie. Tien donc. du coup, son regard s'intensifie sur Luminia. Qui sait qu'elle peut bien cacher ^^

Maintenant qu'Amanda s'est écartée, Luminia fait face à Claoimh. Leur regard se perd dans chacune des prunelles alors qu'Amanda traduit. " Soigneuse et magicienne. Ha, et bien si jamais il lui faut des personnes pour l'aider à évoluer, la troupe peut aider. Huxley le soigneur et Bartok le magicien seraient ravis je pense de partager des connaissances. " Elle a l'air si fragile et vraiment inoffensive que l'on a du mal à croire qu'elle détient des capacités de telles sortes. Mais pour en revenir à ce qu'Amanda disait d'elle, elle est bienveillante. C'est peut-être pour ça qu'elle disait ça d'elle.

" Quant à ma famille et bien oui, je peux dire que je peux en être fier. Je n'ai que mon oncle qui soit vraiment du même sang que le mien. Le reste de la famille je vais dire et bien ce sont des proches qui ont quitté avec mon oncle Le village de Valhart lorsqu'il y a eu des différents... " Mais Amanda dit de Luminia, vivre par procuration.... ? Il réfléchit et se demande vraiment bien quoi du coup. Et puis au regret d'annoncer que. Heu oui quoi ? Mais elle se ravise et lui demande d'oublier ses phrases. " Heu oui... " Ce n'est pas facile de comprendre lorsque quelqu'un communique avec une autre personne via la pensée, il faut regarder les moindres fait et gestes afin de bien comprendre. Mais aussi, Luminia qui veut en apprendre un peu plus sur lui. Cela semble le toucher ayant le petit sourire prenant une petite teinte légèrement cramoisie.

Mais voici que la télépathie opère. Ho que c'est étrange. Cela est perturbant quand même mais il reste attentif aux paroles de l'ange. Et puis l'apprentissage de la télépathie, ce n'est pas tous jours que l'on apprend ça ! Et, de surcroit Claoimh est quelqu'un de sympathique qui ne cherche qu'à découvrir et rencontrer. Quant à lui, c'et belle et bien sa premère fois qu'il télépathe. Leurs regards ne faisant qu'un fixés et rivés. Les lueures dorées de ses billes qui reflètent dans le regard violacé de l'ange et pour lui la couleur violette qui emplit son regard doré. Il semble se concentrer mais ce n'est pas évident d'entendre cette voix si mélodieuse dans sa tête. C'est comme s'il cherchait dans son cerveau. Son esprit qui vagabonde tout en se concentrant sur le regard de l'angélique. Elle peut sentir le pouls de son cœur s’accélérer et sa respiration qui se fait profonde. C'est intriguant et pleins d'émotions à la fois cette découverte et donc, Claoimh penses à ce qu'il pourrait lui dire en espérant que ça marche.

" Je suis Claoimh et je n'ai nullement envie de rompre le lien qui se place entre nous. J'aime connaître, découvrir, apprendre et surtout faire connaissance. Je wouaw. C'est, j'ai l'impression d'avoir du mal à me concentrer mais ton regard, tes yeux. C'est enivrant de fixer une personne comme je fais afin de communiquer avec toi. Rahhh mais tais-toi imbécile tu vas lui faire peur ! Ho non je pense à moi même, heu n'aie pas peur hein ! Est tu d'accord pour faire plus ample connaissance avec le reste de la troupe Baldi ? "

Luminia peut se sentir fier de faire perdre les pédales à un jeune guerrier comme lui et aussi sourire face à la confusion de l'homme qui est face à elle mais il faut dire, les traits angéliques ne laissent pas de marbre.

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 9 Mai - 21:29
Etrange. Généralement, le premier contact avec la télépathie n'était pas aussi perturbant pour le sujet, du moins chez les humains qu'elle avait déjà rencontrés. Peut-être celui-là était-il plus... Emotif ? Affectif ? Oui, peut-être se laissait-il plus submerger par ses émotions. Elle sourit avec indulgence à ses pensées plus que confuses. Il ne lui avait également pas échappé qu'il s'était laissé aller à la tutoyer. Très bien, s'il le prenait ainsi...

"Eh bien, je pense que je vais m'autoriser à vous, pardon, à te tutoyer moi aussi, dans ce cas. Après tout, tu as peut-être raison de le faire, nous partageons nos pensées, ce qui est, quand on y réfléchit, ce que chaque personne possède de plus précieux, de plus intime."

Elle sourit encore. Elle avait bien remarqué qu'il rougissait et paniquait. Elle en profita pour glisser quelques conseils de plus :

"Ah, au fait... Il est inutile de perdre vos... Ah, je vais devoir m'y faire... Tes moyens. Je sais que c'est facile à dire, mais je pense comprendre pourquoi je te fais cet effet, malgré le fait que j'aie déjà rencontré d'autres humains, qui ont... Disons qu'ils ont fait preuve d'une plus grande force de caractère."

Détournant un peu le regard, elle parvint cependant à ne pas rompre le contact. Après tout, elle n'avait pas cillé. La position actuelle de ses yeux lui permettait d'occulter la totalité de ses pensées pendant un court instant. Elle le mit à profit pour se demander s'il serait judicieux de lui révéler sa véritable nature. Levant les yeux, elle croisa le regard de sa servante, qui ne put s'empêcher de commenter, malgré le fait que l'ange ne lui aie rien transmis :

- Vous vous posez de nouveau la question habituelle ? Je vous répondrai donc la même chose que d'habitude : cela dépend de la confiance que vous pensez pouvoir accorder à ce jeune homme.

Luminia hocha la tête, acquiesçant, comme toujours. Puis, revenant franchement au seul être masculin des environs, elle choisit une pirouette, pour se donner plus de temps pour réfléchir, se sachant assez talentueuse au sujet de l'utilisation de ce don pour ne laisser paraître que des pensées choisies :

"Rassure-toi, tu ne m'effraies pas. Il en faut plus pour y arriver, sache-le. Mais je dois bien admettre que ta réaction m'a surprise. Mais j'ai déjà développé cette question, inutile de s'étendre davantage dessus. Au sujet de ta troupe... Sache que ma... Traductrice a accepté parce que je l'en ai convaincue. Je te fais la confidence que ma mère l'effraie. Alors, s'il te plaît... Garde le secret ! Elle n'aime pas qu'on en parle."

Elle lui adressa un clin d'œil complice. En espérant que cela ne le gênerait pas comme ses autres actes. Il était vrai, cependant, que la servante aimait jouer avec les hommes dont elles croisaient la route, glissant toujours dans leurs conversations des sous-entendus plus ou moins discrets et plus ou moins respectueux de ce que la morale autorisait... Et en ce jour, face à cet homme, cela n'avait pas raté non plus. Soudain quelque chose lui revint en mémoire. Il se concentrait sur ses yeux... Ce n'était pas bon, ça. Pas bon du tout :

"Au fait... Quand tu communiques avec moi, ne te concentre pas sur mes yeux. Cela marchera bien mieux si tu centres ton attention sur tes pensées. Ou même, si tu désires être vraiment sincère avec moi, ou toute autre personne communiquant avec toit de la sorte, tu devras te concentrer sur la personne dans son entier. Mais cela amènera cette personne à percevoir absolument toutes tes pensées à son sujet. À toi de voir. Mais ne te concentre surtout pas sur mes yeux, par pitié, ou je saurai plus que n'importe quoi d'autre ce que tu penses d'eux. Prends exemple sur moi. Je te regarde comme si je te parlais avec de vrais mots. Enfin non, pas exactement..."

Elle laissa planer le suspense, taquine. Puis elle en dévoila un peu plus :

"Je me concentre plus sur toi que sur n'importe qui d'autre auparavant."

De nouveau, elle s'arrêta, épiant sa réaction. Puis elle se "tut" assez longtemps pour lui faire croire qu'elle avait terminé. Au moment où il s'y attendait le moins, elle "ajouta", comme s'il s'agissait d'une évidence :

"En effet, quel professeur particulier ne s'intéresserait pas plus que tout à son élève ? Après tout, c'est ce que je suis, à présent. Ton professeur de télépathie."

Elle lui sourit. Mais, se rapprochant, elle aurait aimé lui murmurer à l'oreille les mots qu'elle lui transmit ensuite :

"Mais j'aimerais être un peu plus que cela. Une amie ? Voire même... Un ange gardien."

Il n'était pas certain qu'il saisisse l'allusion dans les derniers mots, mais cela importait peu. Se laissant aller un élan de sympathie, elle saisit sa main avec délicatesse, avant de lui demander, d'une œillade complice :

"Alors ? On y va ?"

Tournant un instant son regard en direction de son amie, sans pour autant rompre le contact avec l'homme, elle lui adressa :

"Allez, on s'en va !"
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Mai - 8:28
Emotif et affectif Claiomh, Ho oui qu'il l'est. C'est un peu sa nature. C'est quelqu'un de sociale et qui n'hésite pas à aller vers les gens et puis lorsque l'ont ne montre pas d'hostilité, Claiomh est quelqu'un de très doux et agréable à vivre et puis, quand on voit Luminia toutes formes de négativité s'estompent. Elle donne le sourire et elle fait perdre les pédales étant une personne très agréable et douce au regard. C'est l'effet qui se produit en ce moment chez le jeune guerrier.

"Hé bien pour le tutoiement, je suis désolé en fait mais. Je ne sais comment expliquer, c'est compliqué. Mais oui ce sera plus rapide et plus facile pour communiquer et puis c'est comme tu dis, c'est un bien précieux intime."

Si jamais Luminia désire ausculter le fond et les tréfonds de son âme, elle pourrait bien sentir via la télépathie qu'il est on va dire gêné ? Il semble pas tout à fait à l'aise avec les filles. Mais aussi tout son charme qui opère. Alors qu'elle lui parle de sa mère, il opine du chef en guise de réponse. " Oui, pas de problème à cela. Mais vu comment tu es douce d'esprit je n'ose imaginer que votre mère soit tyrannique. " Oui il perd les pédales commençant maintenant à vouvoyer et tutoyer. Drôle de coco notre gars.  

"Ho désolé, c'est ma première fois. Je rahhh j'ai honte, je ne sais pas pourquoi je n'arrive pas à être moi même. Je vais donc te regarder entièrement. " Et puis le clin d'oeil complice qui semble aussi lui faire chauffer la cuirasse. Du mal à respirer, le souffle un peu saccadé. Les mains froides, des tensions au bout des doigts. Allez ressaisit toi Clay ! Il lui offre un doux sourire une fois concentré et ainsi elle peut bien voir dans ses pensées. Ce n'est pas bien compliqué de voir ce qu'il pense et ce que l'on peut trouver au fond de son être. Luminia lui semble pas indifférente et ce qu'elle peut voir aussi si jamais elle insiste plus loin, c'est le jour de la mort de son père lorsque le cousin de celui-ci l'a lâchement tué alors que Claiomh n'était encore qu'un enfant et que son oncle arrivait juste après et qu'un conflit entre les deux hommes a éclaté et que Sygil l'a prit sous son aile. Un homme à la chevelure rougeoyante et des yeux dorés aussi tout comme le père de Claiomh.

Voilà donc ce qu'elle pu voir le temps qu'elle se tut mais il allait parler mais non, voilà qu'il est coupé. Puis elle se concentre sur lui, c'est peut-être gênant mais il ne connait pas trop la télépathie donc c'est sans doute normal allez il ne faut pas se laisser avoir de la sorte par les émotions, tu la connais à peine Claiomh. Bref, ses intentions ne sont nullement mauvaises. " Et bien oui je veux bien apprendre. " Mais voici qu'elle lui propose le lien d'amitié et surtout le voir même un peu plus que celà... Le cœur ne fait qu'un bond. Mais elle rajoute un ange gardien. Mais il sait se défendre voyons ^^" Heu oui, je hooo..... " C'est à croire qu'il n'a jamais connu pareilles situation avec une femme ou bien Luminia dégage sûrement quelque chose dont il ne connait la réponse. Est-ce sans doute la télépathie qui fait ça ? Peut-être bien mais le contact de la peau de Luminia, sa main saisie par l'ange, Clay se concentre offrant à nouveau un sourire.

" Oui je vais vous présenter à la troupe Baldi. Et sinon est-ce que vous pouvez m'en dire un peu plus sur vous ? " Sur le trajet, ils discutent et se découvrent. Après quelques minutes voici qu'elles aperçoivent la fameuse troupe Baldi. Trois carrioles tirées par des chevaux blancs.

Spoiler:
 

Et ainsi que deux forgerons. Un homme et une femme qu'elles virent. La fameuse troupe Baldi.Les danseuses Baldi qui sont fausses jumelles. le soigneur, le magicien, L'oncle qui est maître d'armes et Adonis un demi elfe demi néko qui errait détenant un lourd passé qui ne provient pas de Valarth.
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Mer 11 Mai - 12:56
Etudiant avec attention toutes ses réactions et pensées, elle précisa, son sourire disparaissant un peu, lorsqu'il lui fit part de son avis sur sa mère :

"Je vais être franche avec vous, cela fait un nombre incalculable d'années que je ne connais plus ma véritable mère. Ni ma famille biologique dans son entièreté, cela dit."

Cependant, elle ne développa son histoire que durant le trajet, lui confiant sans y réfléchir sa transformation dans les moindres détails, incluant son changement de nature, qu'elle n'avait pas perçu immédiatement, mais l'extrême douleur que fut la perte de sa voix, ce qui l'handicapait... Jusqu'à ce qu'elle découvre la télépathie. Il lui avait fallu énormément de temps pour apprendre à maîtriser ce don, évidemment, mais à présent, ayant plus deux siècles d'expérience derrière elle, elle pensait savoir s'en servir de manière "plus que raisonnable", pour reprendre ses mots exacts. Cependant, lorsqu'elle aperçut les carrioles, comprenant sans peine qu'il s'agissait de la fameuse troupe, elle retira sa main de celle de Claiomh, qu'elle n'avait pas lâchée de tout le trajet, et lui envoya un dernier message rapide :

"Ne révélez pas aux vôtres ma nature d'ange... Du moins, pas encore. J'aimerais pouvoir juger par moi-même de la confiance que je peux leur accorder."

Puis elle s'arrêta, le laissant passer devant elle, lui transmettant ainsi, sans un mot, un message clair : il s'agissait de sa famille, à lui de faire les présentations. Lorsqu'elle se remit en marche, c'était aux côtés de la servante, les deux jeune filles suivant le jeune homme de loin. Cependant, Luminia observait déjà discrètement les personnes autour d'elles. Elle repéra plutôt rapidement le soigneur, qui lui aussi semblait l'avoir remarquée. Elle le salua d'un discret hochement de tête, avant de baisser les yeux, conformément à l'éducation reçue. Elle ne parvenait pas à comprendre comment elle avait pu se laisser aller à ce point avec le premier qu'elles avaient rencontré. Elle s'était même un peu amusée avec lui. Sa mère adoptive aurait été outrée, si elle l'avait vue. Tiens, justement, en pensant à cette femme et ses réactions... Elle lança un regard un peu inquiet à la servante, qui comprit tout de suite. D'un ton pas vraiment discret, mais, à cause de la distance, seulement audible par Luminia et leur guide, elle déclara :

- C'est vous qui avez voulu venir voir la famille de ce cher garçon. Vous savez très bien que je ne peux pas réellement m'opposer à vous. Cependant... Le chemin est encore long...

Elle allait poursuivre, aussi bavarde qu'à l'accoutumée, quand Luminia l'arrêta d'un geste catégorique : les autres membres de la troupe étaient à présent à portée d'oreille.

Lorsque celui qu'elle avait laissé seul devant s'arrêta enfin, elle ne put s'empêcher de regarder autour d'elle avec curiosité. Elle ne connaissait pas ce genre d'habitat, celui des personnes vivant en nomades, et, comme tout ce qu'elle ne connaissait pas, cela la passionnait. Si on observait ses yeux et son attitude à ce moment, on verrait facilement une fillette se dessiner derrière elle. Luminia était à présent un paradoxe à elle toute seule : âgée en réalité de deux siècles et des poussières, figée dans le corps de l'adolescente qu'elle était à sa transformation et se comportant comme une fillette d'une dizaine d'années tout au plus.

Les yeux brillants, elle sourit poliment quand le jeune homme fit finalement les fameuses présentations. Les demoiselles répondaient à chaque personne par une révérence, un sourire (Luminia), un "bonjour" ou un "enchantée" (la servante).

Une fois cela fait, elle revint à son sujet d'attention précédent, profitant du fait que l'homme regardait toujours dans sa direction pour lui transmettre :

"J'aime vraiment beaucoup cet endroit ! C'est si différent de chez moi, donc si intéressant ! J'aimerais le visiter..."

De nouveau, la plus jeune des deux filles s'éloigna. Luminia remarqua cependant sa manœuvre, et fronça les sourcils. Elle n'était ni aveugle ni idiote, et avait donc largement eu le temps de constater que le fait d'être seul avec elle mettait son nouvel ami dans tous ses états. Prenant le bras de la servante avant qu'elle ne soit trop loin pour le lui permettre, elle la força à rester :

"Attends un peu."

Puis elle se concentra de nouveau sur son autre vis-à-vis, et lui sourit de nouveau :

"À toi de décider : veux-tu me servir de guide ou déléguer ce rôle à quelqu'un d'autre, qui serait incapable de communiquer avec moi, du moins au début ? Et si tu me fais l'honneur de le faire toi-même, préfères-tu que nous soyons seuls ou que cette demoiselle qui se croit discrète sans l'être nous accompagne ? À toi de voir, nous ferons ce que tu décideras."

Sans vraiment se l'avouer, elle préfèrerait vraiment être seule avec lui. Se rendant compte de cette pensée, elle détourna le regard, ses joues se teintant légèrement de rose. La servante le remarqua, évidemment. Taquine, quoi qu'un peu trop insistante au goût de l'ange, elle lança, l'air de rien :

- Etes-vous réellement sûre de le considérer comme un "simple humain", comme tant d'autres ?

Elle ne répondit pas. La trouble-fête, affichant une mine triomphante, se rapprocha de l'homme, et, avec une mine de conspiratrice, lâcha :

- C'est un aveu !

Luminia soupira, exaspérée. Cette fille pouvait être beaucoup trop insistante, quand on la laissait faire. Cependant, elle ne pouvait rien faire, n'ayant pas confié à celui qui se trouvait face à elle la vérité quand au lien qui les unissait. Tout ce qu'elle pouvait faire, à présent, c'était prier pour qu'il réponde à sa question précédente en choisissant de l'éloigner. Il pouvait même, pour s'assurer qu'elle soit ailleurs de manière sûre, lui donner quelque chose à faire, n'importe quoi, ce qu'il voudrait, mais quelque chose. Pourtant, elle ne lui dit rien de ces dernières pensées. C'était à lui de décider, elle ne devait pas l'influencer. Et puis, il était également possible qu'il confie la tâche de lui faire visiter à quelqu'un d'autre chez les Baldi, il ne fallait pas l'oublier.
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 15:07
Et bien voilà, le chemin vers le petit attroupement des Baldi se fait dans la plus douce des marches entre le trio qui s'avance vers les caravanes. Voici la petite descente et hop bien vite, les yeux se braquent vers eux. Les membres de la troupe scrutent d'au loin ce que Claiomh ramène avec lui. Luminia et sa servante peuvent apercevoir deux colosses qui travaillent les différents métaux. Les coups de marteaux se font entendre et les flammes des foyers chauffent le fer qui se voit martelé. Les forgerons sont souvent en activité une fois la troupe arrêtée ceux-ci se mettent tout de suite au travail.
Spoiler:
 

Puis, plus loin elles peuvent encore apercevoir deux autres personnes. Deux femmes et puis enfin c'est fini ! ^^ Oui ils ne sont que neuf mais ça fait déjà un beau petit monde à découvrir ^^
Spoiler:
 

L'homme qui semble être le chef de la troupe mais surtout le bien-veilleur est le maître d'armes Hoggar. Un homme qui est habillé assez décontracté portant un masque doré sur le haut de la tête. Comme si ce dernier cherchait à cacher son identité mais on peut aisément deviner que c'est l'oncle de Claiomh car une paire de billes dorées luisent derrière la visière de son demi masque." Bonjour mon oncle, Voici que j'ai fais connaissance de ces deux jeunes femmes. Amanda et alors Luminia, Luminia ne peut s'exprimer à vive voix. Amanda, Luminia voici donc mon oncle Hoggar notre maître d'armes. " Hoggar leur répond d'un bonjour. Un timbre de voix amical mais ce dernier observe les femmes, car on ne sait jamais ce qui peut se tramer, avant tout c'est veiller sur sa troupe.

Plus loin, elles peuvent rencontrer les danseuses Baldi. Deux quasi identique. Des tenues de danseuses aux teintes rougeoyantes et dorées, des parures qui semblent bien riches mais il faut bien attirer l'oeil des spectateurs. C'est qu'elles ont un charme fou. " Bonjour Aïka et Aïna. Voici Amanda et Luminia. " Les deux femmes répondent d'un même temps leur bonjour. Elles semblent être deux fausses jumelles et pas pour rien elles se ressemblent assez bien et on les confondrait presque.

" Et voici les deux personnes dont je vous parlais tout à l'heure, Bartok et Huxley. " Bonjour à vous maître des arcanes Huxley et Maître de la mana Bartok. Je vous présente Luminia et Amanda. Lumina est interessée par les arcanes et les soins, je crois que je vous ai trouvé une élève qui sait ^^" Dit-il avec le sourire. Les deux hommes s'inclinent en guise de salut tout en laissant entendre qu'ils sont enchantés.

Vint alors le tour des deux forgerons. Une masse, un colosse, mais un homme qui a atteint le seuil de la sagesse de puis un bon moment. Thurbaym Bradock et sa petite fille Sheevhan. Une belle blonde sulfureuse qui prend sa pose habituelle le marteau de forge derrière sa nuque et son sourire ravageur. Une femme aussi brute que son grand P'pa. " Et ici, nous avons Bradock et sa petite fille Sheevhan. Luminia et Amanda. " " Ho ho, le p'tiot nous ramène de la belle compagnie je vous donc là." " Ouaip Grand P'pa, mais la p'tite là qui semble toute menue est bien mignonne... " Puis la forgeronne tourne le regard vers les deux dernières personnes du groupe Baldi. Deux femmes qui restent. Une personne à la chevelure mauve qui semble vraiment pas commode et une dernière femme à la longue chevelure aux teintes du plumage d'un corbeau. Le regard de Sheevhan reste sur la dernière personne Shanoa puis son regard se reporte doucement vers Claiomh. " Et bien On ne vous r'tient pas, allez donc faire connaissance avec le reste de la troupe les filles ! "

Claiomh se dirige donc vers les deux dernières femmes. La première qui détient un regard perçant, elle semble vraiment faire froid dans le dos. Un regard et elle vous glace le sang. C'est l'alchimiste Cya qui n'hésite pas à faire ses expériences et ce même si elle a vu les personnes arriver vers elle. Elle jette une fiole qui explose doucement face à elle et non pas directement sur Luminia et sa servante mais il semble qu'elle n'apprécie pas être dérangée car elle ne s'arrête pas de travailler tant que Claiomh fasse les présentation. " Cya. Voici Luminia et Amanda. et voici Cya. " Cette dernière opine à peine du chef en guise de bonjour lorsqu'elles se présentent fasse à elle.

Et enfin, Shanoa la belle Illusionniste qui semble perdre son doux visage, ce dernier semble se ternir à la vue des deux personnes que Claiomh vient lui présenter. " Shanoa... Ca va ? " " Oui ça va Claiomh... Mais vas-y présente moi donc à tes amies.. " " Lumina et Amanda voici Shanoa, l'illusionniste. " Shanoa daigne quand même leur sourire tendrement." Soyez les bienvenue. Si vous êtes devant nous c'est que vous avez besoin d'aide quelque part j'imagine. "

En tout cas, il y a eu deux signes. L'un provenant de Sheevhan qui s'est tourné sur Shanoa et là la grise mine de Shanoa. Est- ce que toute deux connaissent quelque chose sur l'avenir d'une des deux dernières connaissances de Claiomh ? On en sait rien mais ce qui est sur c'est que l'aventure va démarrer à onze ? Fini l'ennéagone ?
Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 17:14
Luminia se sentit aussitôt en confiance avec le dénommé Hoggar. Il lui faisait penser à son père actuel. D'un naturel sympathique, mais devant veiller sur les siens. Exactement comme celui qui s'occupait d'elle... Du moins, en apparence. Dans sa société, les hommes devaient diriger, mais chez elle, c'était plutôt la femme qui tenait les rênes... Tant que personne d'extérieur ne pouvait le voir. Elle était loin d'être idiote...

Mais elle chassa bien vite ces pensées en adressant un sourire à l'homme. Sa compagne, de son côté, calme, pour une fois, se contenta d'un sincère :

- Enchantée.

Comme prévu, Luminia se montra vivement intéressée par les deux hommes qui vinrent ensuite. Son amie traduisit d'elle-même, sans avoir eu besoin de sonder les messages de la jeune blonde :

- Ma... Pardon, Luminia serait en effet très heureuse d'apprendre de vous, si toutefois vous daignez l'accepter. Je vous assure que c'est une très bonne élève, elle apprend vite et sait se montrer passionnée. Cependant... Je ne sais trop pourquoi, elle ne semble pas très emballée par les arcanes... C'est étrange, d'ailleurs, la connaissant...

À ces mots, qui étaient on ne pouvait plus vrais, le regard de Luminia se voila. Elle n'avait en effet pas tout dit à sa servante. Des humains l'avaient transformée. Des mages humains, pas très doués, puisqu'ils avaient supprimé sa voix au passage. Depuis, elle n'était plus tout à fait la même face à des humains possédant ce genre de pouvoirs. Mais elle décida de ne pas leur en parler : c'était un sujet très sensible pour elle. Et, si elle décidait un jour de s'ouvrir à sa servante à ce sujet, personne d'autre ne le saurait jamais, du moins durant "cette" vie. En effet, afin de ne pas soulever de question chez ses familles successives, elle s'arrangeait toujours, au bout de quelques années, pour disparaître, ou faire croire à sa mort, peu importait le moyen, mais elle changeait régulièrement de famille d'accueil, afin de ne pas susciter de questionnement. Cependant, elle allait peut-être devoir se résoudre à aller vivre ailleurs que chez des humains au bout d'un moment... Mais elle refusait de perdre cette partie de son identité.

Cependant, elle fut vite tirée de ses pensées lorsqu'elle fut présentée aux forgerons. Elle n'aimait pas ce genre de personnes. Sans se l'avouer, elle en avait peur, bien qu'elle l'aie nié de toutes ses forces si on le lui avait demandé. Elle eut donc un mouvement de recul inconscient, avant de leur adresser une révérence crispée, mais pas moins parfaitement exécutée... Cependant, cela devait tout à l'habitude, rien de plus. Elle échangea un regard empli de sous-entendus avec celle qu'elle connaissait le mieux en ce lieu, et cette dernière eut cependant un mot pour les forgerons :

- Bonjour. Enchantées.

Cela pouvait sembler hypocrite si on croyait qu'elle traduisait les pensées de Luminia, mais, premièrement, ce n'était pas le cas, et puis, ces paroles étaient d'usage lors des salutations...

Puis vint une alchimiste. Vraiment pas aimable. Cependant, Luminia l'apprécia immédiatement. C'était quelqu'un de franc, non affecté, qui montrait visiblement son vrai visage. Et cela, Luminia en avait si peu l'habitude qu'elle ne pouvait que l'admirer. Une telle franchise représentait son idéal. Elle aurait certainement beaucoup à apprendre de cette femme, à qui elle adressa un petit signe amical, tandis que c'était au tour de la servante d'être mal à l'aise.

Enfin, la dernière. L'illusionniste. Comme auparavant, elle eut droit à une salutation vocale de la part de la fausse Amanda et à un sourire accompagné d'un salut visuel de la part de Luminia. Cependant, elle souligna qu'elles semblaient avoir besoin d'aide... Regard gêné entre les jeunes filles. Finalement, Luminia ordonna :

"Joue la sincérité."

Sa compagne s'exécuta :

- Pas vraiment... À vrai dire, Luminia a l'habitude de voyager seule. Je m'avancerai même jusqu'à dire qu'elle préfère être seule. Et puis...

Elle s'interrompit. Luminia le lui avait ordonné. Elle semblait excédée. Cherchant un moment un moyen de communiquer, elle avisa Claiomh. Lui, elle le connaissait assez pour savoir qu'elle pouvait lui faire assez confiance pour lui confier ses pensées, et, surtout, elle savait qu'il était réceptif à la télépathie. N'ayant pas le temps de tester avec tous les membres de la troupe, elle s'arrangea pour que ce soit lui qui la traduise, alors qu'elle lui transmettait, les prunelles scintillantes de rage à l'encontre de cette servante :

"Nous ne sommes pas là pour recevoir de l'aide, mais pour en offrir ! Traduis ça aux autres !"

Cela sonnait comme un ordre. Mais c'était surtout le signe de sa frustration de ne pas pouvoir parler. Fermant les yeux, elle se concentra pour se calmer, puis, quand elle eut retrouvé son côté amical et joueur habituel, elle capta de nouveau le regard du jeune homme, et s'excusa :

"Pardon... Elle m'embête juste à toujours parler pour ne rien dire. Excuse-moi, vraiment. Je ne t'en voulais pas, sache-le. Tu as juste été la victime innocente de la faute d'une autre. Ma vie pour ainsi dire éternelle ne me suffira pas à m'excuser. Je m'en voudrai toujours d'avoir "parlé" aussi sèchement à quelqu'un qui ne le méritait pas..."

Une fois le message terminé, elle détourna le regard, n'osant plus regarder celui qu'elle avait très certainement et très injustement offensé.

HRP :
 
Endorien.ne
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Endorien.ne


La servante de Luminia bavarde en #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Mar 24 Mai - 19:34
Un homme qui veille sur tous ici dans ce petit clan qui semble bien silencieux tout en inspectant les alentours et puis aussi il analyse les personnes. Il faut veiller à sa famille.

Les danseuses Baldi qui reprennent leurs entraînements avec le maître d'armes. Elles sont deux. Vives et agiles, elle maîtrisent parfaitement le feu et Hoggar qui au beau milieu des deux peut paraître la victime idéale mais que l'ont se détrompe ! Alors qu'elles tournoient autour de lui car leur maîtrise de danses-lames en font des combattantes implacables ! Le maîtres d'armes détient énormément de savoir. Un cercle en trois cent soixante degrés et c'est une vague circulaire emplie d'énergie de frappe qui vient surprendre les danses-lames les reculant face à l'impacte et le choc de la vague de la lame du maître d'armes.

" Alors les filles ? Je pensais avoir plus de challenge. Entraînez vous encore ! " Et ceci n'est rien comparé à ce qu'il peut encore démontrer, ça, Claiomh le sait très bien. Les marteaux des forgerons martèlent reprenant une sourde mélodie. Les bris de métaux en fusion qui s'éclatent sur l'herbe fraîche refroidissant le tout.

Le soigneur et le maître des arcanes se sentent honorés afin d'apprendre à quelqu'un. Il faut dire ce n'est pas souvent que l'on voit des maîtrises arcaniques actuellement. Il faut juste que les élèves ne soient pas pervertis par la force. Cependant on le sent tout de suite lorsqu'un disciple est déjà néfaste.

L'alchimiste ne s'en retourne guère d'avantage face à la révérence de Luminia et de sa servante. D'ailleurs, elle envoie une fiole en direction du maître d'armes. " CHEF ! " Hoggar saisit la fiole afin qu'elle n'éclate pas au sol, car on ne sait jamais quoi avec cette femme quelque peu dérangée du bulbe. Et hop, une occasion pour les danses-lames d'attaquer. Mais bien vite, elles se voient toute deux parant leur coup d'épées porté à Hoggar. Hoggar n'est plus qu'une illusion et on entend plus loin sa voix. " Vous pensiez pas que j'allais tomber dans un piège pareil... Au boulot ! "

En ce qui concerne les paroles sèches à l'égard de Claiomh, il n'en relève pas vraiment le ton de la pensée télépathique. Il se peut que l'on se trompe d'interlocuteur. " Ce n'est rien... Mais si quelqu'un a besoin d'aide que ce soit nous ou bien vous, nous sommes ensembles et veillons sur tout le monde. "
Claiomh semble bien tolérant ou bien est il crédule ou encore analyse t'il à la manière de son maître ?

" Nous restons quelques heures, dès que les forgerons auront terminés leur travail, on ira à la prochaine ville. Je ne sais pas encore la quelle, la ville qui se présentera à nous. "

Invité
Invité
avatar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde d'Endora :: Clan du Feu :: PLAINES DE FEU-