Une promenade enrichissante {Feat. Azelle}

 :: Monde d'Endora :: Clan de la Terre :: GRANDE FORÊT Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 2 Avr - 0:26
Le jour se levait, comme à l’habitude, Echo s’était mise visible aux yeux de tous, elle voulait prendre l’air et se sentir comme une personne tout à fait normale. Pourtant Echo n’était qu’un esprit errant depuis assez bien longtemps déjà. Elle ignorait comment allait sa famille, mais elle était sûre que tout allait bien désormais, qu’ils avaient oublié leur fille pour continuer à vivre, peut-être que c’était triste de penser ainsi, mais Echo ne voulait pas qu’ils arrêtent de vivre pour elle. Ils méritaient mieux. Déjà ils avaient deux autres enfants en bonne santé, quoi demander de mieux. Elle l’ignorait. Désormais c’était un esprit, donc elle ne pouvait pas faire grand-chose non plus.

Aujourd’hui était un nouveau jour, elle voulait se rendre ailleurs que son clan, elle voulait découvrir davantage. Cape sur ses épaules, capuchon sur sa tête, elle se transportait jusqu’à la grange forêt du clan de la terre. C’était tout simplement merveilleux. Les feuillages, les arbres en harmonie et surtout la petite brise qui caressait légèrement ses deux longues mèches sur chaque côté de son visage. L’esprit ne souriait pas, toujours son visage neutre collé à son visage, il faut dire qu’elle a toujours été ainsi. Pied devant l’autre, elle marchait sur le chemin qu’il y avait, c’était agréable pour elle. Le soleil filtrait entre les feuillages ce qui lui illuminait le chemin qui s’offrait à elle.

Elle vit un rocher avant qu’elle y grimpe dessus pour s’y asseoir un moment. Elle admirait la vue qui s’offrait à elle. Pour la première fois de sa vie un petit rictus se formait à ses lèvres. Elle était heureuse d’être là, elle aurait aimé être vivante, mais au moins elle pouvait toujours contempler la nature aussi merveilleuse qui l’est déjà. Quelques petits bruissages se firent entendre, surement des petits animaux ou encore des personnes, elle se sentait plutôt amicale aujourd’hui, même si d’habitude elle préfère être solitaire. Ça devait être dans son cas une magnifique journée et elle allait en profiter au maximum.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Avr - 23:14
La nymphe avait dormi à l’orée du bois et avait été réveillée par les premières lueurs du jour. Le soleil et les oiseaux l’avaient réveillée péniblement, la nuit lui avait semblé si courte... C’était tout de même une journée qui s’annonçait ensoleillée. Quelques nuages blancs se battant à l’horizon sinon c’était une tempête de ciel bleu. Les oiseaux étaient les plus matinaux, bien que les animaux suivirent le pas à peine une quinzaine de minutes plus tard. Les animaux n’en avaient rien à faire de la présence de l’être de nature que devait être Azelle. S’il savait que son déjeuner consistait à manger de la terrine de lapin avec de la marmelade à l’orange sur du pain... Peut-être aurait-il été plus méfiant.

Dégustant son déjeuner assis sur une souche, elle regarda autour d’elle. Rien de bien spécial, elle quitterait la région dans la journée pour sa prochaine destination. Pour le moment, son chariot était solidement attaché avec une chaine, la porte du chariot aussi verrouillé et les roues bloquées. La nymphe profiterait du temps clément pour aller courir et faire de la méditation. Car sans sa méditation elle était un petit monstre qui pouvait battre n’importe quel crétin sur son chemin. Gare à vous et de son humeur. C’était peut-être la raison qu’elle voyageait la plupart du temps seul.

Elle essuya ses mains sur ses vêtements serrant dans un sac de cuir son reste de pain. Prit une gorgée d’eau de sa gourde. Azelle vérifia dans son sac qu’elle avait une tenue de rechange et prit son sac. S’attachant négligemment les cheveux, c’était l’heure de faire un peu de sport. Valait mieux courir que taper sur des animaux ou des enfants. La nymphe décida donc de faire une course dans les bois. S’étirant un peu avant tout, mit son sac sur son dos pour pas trop l’encombrer et partit dans les bois.

Rien de mieux qu’une petite course matinale pour faire de la méditation active. Azelle se mit à réfléchir, sur sa journée sur sa destination. Le stock lui manquait, elle devrait faire beaucoup d’arrêts pour passer dans les villages pour négocier avec les marchands locaux pour connaître leurs besoins actuels et futurs. Voir si elle ne pouvait pas leur revendre quelques objets ou acheter leur surplus à un bon prix.

Perdues de ses passés, les minutes passèrent et défilèrent à courir en ligne droite dans les bois. Valait mieux éviter de partir trop loin, car elle reviendrait probablement en marchand et si elle courait trente minutes, elle en aurait peut-être pour une heure à revenir. Mauvaise idée.

S’arrêtant lentement pour reprendre son souffle, elle se pencha sur elle-même pour poser ses mains sur ses cuisses. Prenant une grande respiration, elle tourna la tête pour apercevoir un cours d’eau. Il ne semblait pas très creux, mais l’eau semblait claire. Se redressant, la nymphe approcha lentement.

Elle s’accroupit sur le bord du cours d’eau. Prenant son sac dans ses mains pour y sortir sa gourde et la remplir, boire et la remplir de nouveau. Azelle posa son sac sur le bord de l’eau, puis jeta un coup d’œil autour. Aucun bruit étrange, il ne semblait y avoir personne.

Se redressant, elle retira ses habits pour se mettre en sous-vêtement. Ce n’était pas la meilleure place pour se rafraichir et se laver sommairement, mais il le fallait bien. La demoiselle anticipait déjà le froid de l’eau, elle n’avait aucune envie d’avoir froid. Rentrant presque à reculons dans l’eau, elle poussa un faible cri sur le coup. Dans le centre, l’eau lui arrivait au genou. Azelle se laissa tomber rapidement grimaçante et tenta de se changer les idées en marmonnant une petite chanson. Elle n’était pas douée pour chanter, mais au moins ça lui occupait l’esprit pendant qu’elle passait l’eau sur sa peau. Les cheveux attachés pour ne pas trop les mouillés.

Azelle avait des sous-vêtements de rechange et une petite serviette dans son sac, au moins elle n’aurait pas le derrière trempé toute la journée...



Lentement, je vais reprendre le RP. ENFIN

Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Avr - 5:08
Echo était toujours assise sur le rocher observant aux alentours, elle se sentait divinement bien, surtout pour un esprit. D’ailleurs elle ignorait depuis combien de temps qu’elle était dans cette condition, qu’elle était morte, on dirait qu’elle a toujours été un esprit errant depuis sa tendre enfance, c’est pourquoi qu’elle fut tout aussi familière avec ses pouvoirs, sauf pour apparaitre devant les autres, ce pouvoir a été plus complexe que les autres. Elle se sentait terriblement seule dans ce monde aussi grand qu’elle ne pourrait pas l’imaginer. Elle croisait ses bras sur ses épaules se servant de ses coudes comme appui sur ses cuisses en prenant un bon bain de soleil qui filtrait entre les arbres. Elle fut émergée par des passages de sa vie, des doux moments comme des durs, elle restait tout de même une survivante si on y songeait…

Elle fut tirée de sa rêverie par une voix, quelqu’un chantait, c’était presque inaudible, mais tellement que c’était calme aux alentours, on pouvait l’entendre… C’était une voix d’une jeune femme, l’esprit eut la brillante idée d’aller voir qui fredonnait cette chanson.  Echo se redressait donc avant de sauter de son rocher avant d’atterrir sur ses deux pieds avant qu’elle marche aussi discrète qu’un loup lorsqu’il aperçoit sa proie. Elle se cachait dans les buissons sans trop faire de bruits avant qu’elle fasse une petite ouverture de ce buisson pour espionner ce qui ensuivait. La jeune femme à la voix mélodieuse avait une chevelure dorée et qui était en sous-vêtement, et qui profitait du cours d’eau. Elle se demandait qui était cette jeune femme, mais tout ce qu’Écho ressentait, c’est qu’elle n’était pas tout à fait humaine, peut-être une fée. Non, un elfe? Non plus… Une nymphe ! Oui, c’était ça! Elle était splendide, elle ressemblait étrangement à une déesse tout droit sortir d’un livre qu’elle lisait auparavant.

Echo voulait se remettre sur pied, mais elle avait déposé son pied sur sa cape, elle trébucha donc avant qu’elle y fasse une roulade et de tomber directement dans l’eau. Au premier souffle ça lui faisait rappeler son dernier souvenir avant qu’elle ne meurt, mais cette fois-ci elle ne pouvait pas réellement mourir, puisqu’elle était déjà. Elle sortit sa tête de l’eau avant qu’elle fit un visage désolé envers la jeune femme. Il fallait vraiment qu’avec son vrai premier contact qu’elle fasse ce genre de connerie, elle fût déçue d’elle-même, au moins sa frange lui cachait vaguement ses yeux vides.

«Je suis vraiment navré de vous interrompe, ce n’était pas mon intention de vous déranger… Je n’étais pas si loin de vous que j’ai entendu votre voix mélodieuse que je voulais voir qui fredonnait, alors je me suis caché pour ne pas vous déranger et lorsque je voulais vous laisser tranquille et bien mon pied était pris à la mauvaise place alors me voilà…» dit-elle doucement.

Echo se mettait sur ses pieds avant qu’elle se dirige en dehors du cours d’eau, elle ne ressentait plus vraiment le froid puisqu'elle était déjà le froid en temps normal. Elle prit la peine de retirer sa cape, de la tordre et de l’étendre pour la faire sécher au soleil. Ses autres vêtements allaient lui coller à la peau pendant un moment, mais ça ne lui dérangeait pas pour autant, elle était ainsi et elle n’allait pas se plaindre pour peu non plus.

«Si vous voulez être seule je comprendrais, je vous laisserais tranquille, vous avez juste à me le dire, je le comprendrais, je suis sincère à mes propos.» souffla-t-elle détournant légèrement son regard de la jeune femme pour ne pas trop la gêner non plus.  
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Avr - 1:05

Concentré sur elle-même, elle se perdit dans ses pensées, dans sa journée, dans sa semaine à venir... Chantant, sans but, sans réelle chanson. Peut-être en partie pour oublier l’eau froide. Cette eau mordant chaque partie de sa peau exposée ou non au liquide de la nature. Elle soupira doucement, même si les frissons parcourant sa chair nue, elle semblait enfin s’habituer ou avoir oublié le froid. L’autre partie ne désirait que s’évader de son quotidien, bien que son quotidien libre était lourd parfois à vivre ou à supporter.

C’était une belle journée, le soleil perçant les branches des arbres venait éclairer la femme à la peau de porcelaine. Les oiseaux s’étaient activés et voguaient à leur quotidien. Les animaux évitaient légèrement la femme, mais ceux-ci venaient pareil s’abreuver un peu plus loin au cours d’eau. La douce brise venait faire danser les feuilles des arbres et caresser la peau d’Azelle. Même si ce lieu était paisible, la nymphe savait qu’au fond d’elle, cette place n’était pas la sienne.

Les yeux clos, bougeant les doigts légèrement engourdis... Ce ne fut qu’un «SPLASH» dont elle eut conscience. Ouvrant les yeux, cessant de bouger et de respirer. Figer, elle avait clairement baissé sa garde et une étrangère en avait profité... Profiter pour la regarder, pour l’observer. Depuis combien de temps était-elle cachée dans les buissons pour l’espionner perversement? Une part d’elle-même, sous le coup, figea complètement et l’autre fut scandalisé. Son regard blanc suivit la femme, toujours en silence, toujours sous le coup de la surprise.

Puis lentement, elle revint à elle. Prenant lentement sa serviette, ses vêtements sans les pièces de cuir et de nouveau sous-vêtement, Azelle se leva de l’eau en silence. Elle enroula, serrée, la serviette autour d’elle. Serrant les doigts autour des tissus. La nymphe fuit le regard de l’étrange jeune femme pour aller se cacher dans un buisson pour retirer ses sous vertement trempés, remettre des propres et ses vêtements.

Elle revint lentement, détachant ses longs cheveux blancs ambrés. Puis s’approcha la femme qui tentait bien que mal de s’excuser de l’interruption du bain matinal d’Azelle.

– Non, mais oh?! Ça va la tête pour espionner les gens comme ça?! Je pensais faire une crise cardiaque! Et la pudeur dans tout ça....

Azelle repensa à tout ça, se frottant les tempes et devenant rougeâtre en pensant si elle s’était mise complètement nue. Qu’est-ce que cela aurait été? Elle marmonna légèrement détournant la tête de l’espionne. Au moins, elle n’avait pas dit qu’elle avait un beau petit cul, ça aurait été la cerise sur le gâteau.

La femme prit une grande respiration, puis regarda son interlocutrice de nouveau. Son regard blanc, entre offenser, irriter et tentant de se calmer fixa l’autre femme. Ce fut à ce moment qu’un sentiment étrange envahit Azelle. En plus d’être une espionne cochonne, cette femme avait autre chose, quelque chose de très étrange. Mais la nymphe ne pouvait pas mettre le doigt sur la raison de ce sentiment envers la femme.

Faisant un petit signe de la main pour abandonner son irritation, Azelle croisa les bras et lança en faisant un petit signe de la tête.

– Tu t’es perdue? Tu n’as pas l’air vraiment d’une fille de la forêt, si je puis me permettre. À moins que tu cherches à être le petit chaperon rouge et tu cherches ton grand méchant loup...

Tentait-elle de faire une blague? Si c’était le cas, elle n’étira pas un sourire pour le prouver...


HRP : M'excuse pour la lenteur TT°TT



Lentement, je vais reprendre le RP. ENFIN

Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Avr - 21:16
La jeune femme qui se tenait en face de l'esprit s'était vêtue autrement puisqu'elle ne semblait pas très à l'aise en face d'Echo, même si cette dernière ne ressent plus du tout les choses comme avant. Echo glissait ses doigts dans ses cheveux courts avant de les tordre, tout ce qu'elle détestait était que ses vêtements collait à sa peau, mais ce n'était que de passage, elle avait vécu pire. C'est là que la nymphe prit parole et balança tout à Echo.

«Non, mais oh?! Ça va la tête pour espionner les gens comme ça?! Je pensais faire une crise cardiaque! Et la pudeur dans tout ça....»

La jeune femme se frottait les tempes et devenait rougeâtre, pendant ce temps l'esprit la regardait toujours d'un visage neutre, elle savait qu'elle aurait du attendre avant, mais il était trop tard... Echo ne ressentait presque plus rien, ce que la jeune femme lui disait ne l'affectait pas en tant que personne puisqu'elle ne l'était plus. Elle prit une grande inspiration avant de se retourner vers elle et elle fit mine de réflexion avant qu'elle agite de la main pour chasser son irritation tout en croisant les bras en faisant un signe de la tête.

«Tu t’es perdue? Tu n’as pas l’air vraiment d’une fille de la forêt, si je puis me permettre. À moins que tu cherches à être le petit chaperon rouge et tu cherches ton grand méchant loup...»

«Je ne suis pas perdue, j'aurais bien aimé... Mais... Les choses on changé depuis, donc je ne peux plus retourner à mon vrai chez moi... » dit-elle d'une voix calme et posée. «Je ne vais pas vous dérangez plus longtemps que cela... Pardonnez moi... » finit-elle tout en reprenant sa cape et qu'elle enfile de nouveau.

Elle ne grelottait pas, elle dégageait une certaine froideur, mais elle n'avait pas froid. De plus elle ne ressentait pas grand chose en général, donc ressentir une quelconque émotion affective ou encore amicale ou de regret, mais elle avait fait preuve de courtoisie envers la nymphe. Elle se levait avec lenteur et un peu de grâce avant qu'elle se penche légèrement vers l'avant pendant quelques secondes avant qu'elle tourne les talons et s'éloigner de celle-ci. Ses pieds avançait quand même avec lenteur prenant son temps pour admirer aux alentours. Avant de mourir elle aurait voulu goûter au plaisir de la vie ou connaître le grand amour, si cela pouvait exister, mais uniquement un faux pas elle avait tout gâcher, elle était maudite à rester seule parce que personne ne pouvait la comprendre et elle n'était que passagère dans la vie de chaque personnes qu'elle croiserait, pas d'amitié. Elle s'arrêtait à un moment levant son regard à travers le feuillage des arbres. Elle restait planté en plein milieu du chemin fixant le vide.

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Mai - 22:07
Azelle regarda la femme se détourner d’elle. Avait-elle été trop rustre? Bien sûr qu’elle l’avait été... Aucune excuse envers les voyeurs! Néanmoins, la nymphe se mit à penser.

Le regard de neige d’Azelle posé sur l’étrange femme. Un sentiment étrange l’envahissait, ses paroles sa présence faisait naitre quelque chose chez la femme qu’elle ne ressentait pas souvent. Que cela pouvait-il être? Est-ce que cela avait une réelle signification? Les chances qu’elle mette le doigt dessus étaient limitées.

Voir l’autre femme détourner son pas d’elle lui fit réaliser qu’elle avait surement exagéré, comme d’habitude.

– Hey...

Dit-elle d’un ton sec et plus fort afin d’attirer l’attention de la femme. Elle lança sa serviette vers la femme pour qu’elle aussi se sèche. Des êtres vils pourraient facilement apprécier les courbes léchées par l’eau de son interlocutrice. Puis, Azelle reprit parole sur un ton plus doux et conciliant.

– Si on aimait être perdu, c’est que dans un sens nous sommes perdus. Après tout, si tu es exilé, tu n’as plus de chez-toi et tu es perdue... non?

Le regard blanc et noir de la nymphe détourna le regard. Bien que l’avenir de son interlocutrice ne la concernait en aucun cas. Pouvait-elle vraiment laisser une âme perdue dans les bois? Que dirait sa maman? Ah oui... Elle aurait demandé pourquoi son bébé était toute nue dans les bois... Il valait mieux se fier qu’à soit même. Par extension, laisser une chance à son interlocutrice.

Remontant le menton pour observer la lumière passant aléatoirement entre les branches des arbres, elle ferma les yeux.

– Ça serait à moi de m’excuser. Je devrais être plus sympathique avec les autres voyageurs... Après tout, si tu erres... C’est que tu es une voyageuse. De gré ou de force. Si tu désires, je fais route vers un village vers le clan de l'air. Peut-être, tu pourrais y trouver abri.

La gentillesse n’était pas très facile pour la nymphe qui préférait négocier avec des marchands qu’avec une femme exilée. Cependant, laisser une femme qu’elle a engueulée seule ici et trempée c’était cruel. Même pour Azelle qui s’intéressait plus à son nombril.



Lentement, je vais reprendre le RP. ENFIN

Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Mai - 23:56
Echo fut tiré de ses pensés par la voix de la nymphe, elle était toujours présente et elle semblait coupable. Coupable, ce mot résonnait dans les pensés d'Echo, l'esprit a été beaucoup trop coupable de sa propre mort, mais si la nymphe connaissait la véritable identité de cette dernière, pourrait-elle la regarder de la même façon après ? Tel est la question.

«Hey...»

À la suite de ses paroles une serviette atterrissait sur la tête de la jeune femme. Elle prit délicatement entre ses mains la serviette pour commencer à se sécher, elle remerciait d'un signe de la tête  vers la jeune femme tandis qu'elle tournait légèrement son corps vers celle-ci. Comparée à la nymphe, Echo était tout de même petite, il faut dire qu'après la mort, un esprit ne peut plus grandir, ni vieillir.

«Si on aimait être perdu, c’est que dans un sens nous sommes perdus. Après tout, si tu es exilé, tu n’as plus de chez-toi et tu es perdue... non?»

L'esprit penchait légèrement la tête sur le côté songeant à cette hypothèse, mais elle ne répondit rien, car cela ne servirait à rien puisqu'elle ne pouvait pas dire à voix haute qui elle était réellement. C'était peut-être un mensonge, mais elle n'avait pas le choix. Son regard se détournait un moment et après quelques minutes à fixer autre part elle remontait son menton pour regarder au-dessus d'elles, puis elle ferma les yeux tout en ajoutant :

«Ça serait à moi de m’excuser. Je devrais être plus sympathique avec les autres voyageurs... Après tout, si tu erres... C’est que tu es une voyageuse. De gré ou de force. Si tu désires, je fais route vers un village vers le clan de l'air. Peut-être, tu pourrais y trouver abri.»

«Ne vous en faites pas, c'est normal, du moins je le crois... Vous voudriez bien m'y emmener ? Au clan de l'air ? C'est vrai que je n'ai jamais vraiment voyagé jusque là, vous seriez une âme généreuse de pouvoir m'y emmener.» dit-elle en lui souriant légèrement.

C'est tout ce qu'elle pouvait lui offrir, un léger sourire. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas interagir avec personne que cela lui fit du bien au coeur. Une sorte de chaleur se créait au niveau de sa poitrine, mais sans plus. Après quelques minutes de taponnage avec la serviette, elle tandis à la nymphe son du tout en continuant de lui offrir un sourire.

«Je vous remercie pour la serviette, elle m'a bien été utile. Pourrais-je connaître votre nom? Si cela n'est pas trop demandé... Pour ma part je me nomme Echo.»


Il était vrai que le prénom de l'esprit pouvait laisser un doute sur sa réelle identité, mais pourtant elle portait ce nom dès sa naissance, peut-être était-ce tout simplement une coïncidence ? Peut-être que si, peut-être que non, mais elle ne le saurait jamais, elle a trop peur de faire face à ses parents qui pensent toujours qu'elle est vivante et qu'elle mène joyeusement sa vie, ce qui n'est pourtant pas réellement vraie.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ven 6 Mai - 2:15
Azelle regarda passivement la jeune femme recevoir la serviette. Réflexe 0, serviette 1. L’air sérieux de la nymphe balaya rapidement le petit air amusé qu’elle avait pu avoir. Tel un coup de vent effaçant une ride sur le sable. Son regard posé sur la femme devant elle qui était visiblement en train de penser? Penser à quoi? Que la nymphe pouvait être une prédatrice? Peut-être, en fait, elle devrait. Ne pas se méfier était le premier pied dans la tombe.

Rapidement, elle eut réponse à sa proposition. Oui, elle voulait bien aller au clan de l’air. Pendant la réflexion de la jeune femme, Azelle s’était penchée pour ramasser le reste de son stock pour le mettre dans son sac de cuir. Elles devraient retourner au chariot avant de pouvoir prendre la route.

Dos à la femme alors qu’elle lui répondait. Un faible rire se fit entendre de la femme... Un petit rire désabusé et rempli d’un sentiment. Elle tourna lentement la tête vers Echo pour lui jeter un regard de biais. Était-ce le petit air gêné de la timide voyeuse?

– Âme généreuse? Ne va pas trop vite dans tes idées... Tu pourrais tomber de haut.

Elle se tourna vers la femme récupérant la serviette après l’utilisation sa nouvelle compagne de route. Pour la plier rapidement et la mettre dans son sac. La tête penchée vers son sac, ses cheveux blancs ambrés virevoltant lentement au vent.

– Je m’appelle Azelle. Ne trainons pas, la route sera longue.

La nymphe redressa la tête vers Echo et tourna les talons en posant son sac sur son dos.

– Nous devons d’abord récupérer mon chariot. La route ne sera pas que longue, elle sera difficile. Je me déplace à pied et je dois tirer mon chariot. Nous devrons traverser une partie de la plaine de feu, éviter les routes. Je me suis fait avoir assez pour savoir que la boue et les créatures sauvages font moins chier que les bandits...

Azelle n’était pas une mauvaise personne et ce n’était pas du tout son but de faire peur à la femme. Cependant, lui faire des illusions sur «l’âme généreuse» qu’elle pensait avoir croisé serait néfaste pour les deux femmes. Puis au fond, faire route seule ou encore à deux ne changeait rien pour elle, c’était simplement une paire de mains de plus en cas de pépin.

Le pas rapide d’Azelle ayant repris le chemin inverse qu’elle avait fait à la course. Espérant de ne pas être trop loin, sinon il serait déjà l’heure du repas et elle n’aurait fait aucun progrès. À part une crise cardiaque. Echo devrait suivre son rythme, si elle ne tenait pas, elle trouverait le voyage encore plus long.



Lentement, je vais reprendre le RP. ENFIN

Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Mai - 23:21
La nymphe ne semblait pas prendre le commentaire de l'Esprit, qui pourtant disait la vérité, elle ne savait pas comment, mais elle ressentait ce sentiment en elle, c'était assez étrange en fait... Elle pouvait voir un avenir, mais l'avenir en tant que tel n'était pas gravé dans une pierre, dans chaque fait et geste d'une personne tout pouvait changer et le péripétie de la vie des gens pouvait radicalement changer. Tout ça en un clin d'oeil.

«Âme généreuse? Ne va pas trop vite dans tes idées... Tu pourrais tomber de haut.»

Echo ne pouvait pas réellement répliquer, ce qui donnerait la bonne réponse à la nymphe, de qui elle était en fait. La jeune femme avait déjà tomber de bas de toute manière, qu'est-ce qu'elle pourrait risque en tant qu'une âme vagabonde sur les terres ? Rien du tout, sauf si quelqu'un pouvait réellement l'éliminer, mais qui le peux réellement. Avant de s'embarquer à l'aventure, Echo fut curieuse de savoir comment se nommait la charmante jeune femme qui se tenait devant elle, avant qu'elle ne réplique, elle se présentait comme à son aise, mais de façon neutre, comme à son habitude en fait. Entre les pensés de l'esprit et les faits et geste de la nymphe, qui récupérait sa serviette pour ensuite la plier et finalement la mettre dans son sac, restant penché vers son sac, les cheveux de la jeunes femmes virevoltaient avec le vent, c'était tellement beaux qu'elle croyait qu'elle était une déesse.

«Je m’appelle Azelle. Ne trainons pas, la route sera longue.»

Azelle, quel joli nom, pensa la jeune femme. C'est ensuite qu'Azelle redressait son visage vers Echo tout en tournant les talons posant son sac sur son dos.

«Nous devons d’abord récupérer mon chariot. La route ne sera pas que longue, elle sera difficile. Je me déplace à pied et je dois tirer mon chariot. Nous devrons traverser une partie de la plaine de feu, éviter les routes. Je me suis fait avoir assez pour savoir que la boue et les créatures sauvages font moins chier que les bandits...»

Echo penchait la tête sur le côté, elle connaissait pas assez le monde extérieur pour approuver les faits de la jeune femme. Echo restait dans sa bulle tout en suivant Azelle qui était à deux pas de celle-ci, elle la suivait de proche, elle ne s'épuisait pas aussi facilement qu'avant, à vrai dire est-ce qu'un esprit pouvait réellement s'épuiser ? Elle se posait durement la question. Elle levait son regard  bleuté vers la jeune femme tout en suivant son rythme.

«D'après vos propos, je dois conclure que vous voyagez beaucoup, quel genre de travail exercer vous ? Est-ce que votre famille à une quelconque entreprise ou quelque chose en ce genre? » demanda-t-elle en était légèrement curieuse face à sa nouvelle rencontre.

Cela prit tout de même un temps avant qu'elles aperçoivent un chariot au loin. Elles s'en rapprochaient tandis qu'Echo se posait encore une fois la question, elle devait être une marchande pour livrer une marchandise comme ça dans un chariot et peut-être pour le clan de l'air.

«Est-ce que vous croisez souvent d'autres passants en chemin ? C'est sûr que vous devez éviter les bandits, car si tel est le cas vous n'aurez plus rien à livrer, ce qui est dommage... En fait je ne comprend pas le motif des bandits, c'est dommage qu'ils doivent agir ainsi pour "survivre" même s'il y a une autre façon de vivre.» dit-elle réalisant qu'elle devenait une mémère...

Jamais dans sa vie elle aurait débuté une conversation  de ce genre, c'était peut-être triste, mais c'était la vie. Même quand elle était vivante elle ne parlait pas autant qu'elle le fait présentement, peut-être le simple fait de voir un nouveau visage la fit changer, qui sait ? Elle savait très bien que cette Azelle était une gentille personne, mais si elle ne laissait rien transparaître, elle le savait, c'est tout.  
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Mai - 23:20
Azelle soupira tout bas pour ne pas vexer la jeune femme. Si elles devaient faire un bout de chemin ensemble, il valait mieux ne pas trop mettre de froid... Après tout, il valait mieux avoir un minimum de confiance, en l’autre pour que celui-ci ne parte pas en pleine nuit. La nymphe replaça une mèche derrière son oreille tournant légèrement la tête vers Echo pour la regarder du coin de l’œil. Elle devait effectivement être perdue loin de chez elle. La famille était pourtant quelque chose de sacré, comment pouvait-elle bien s’être fait exiler ? Après tout, l’étrange femme semblait bien naïve pour être une menace envers qui que ce soit... Enfin bref, tant qu’elle n’était pas une menace pour elle, la vie de l’autre femme ne l’intéressait guère.

Puis, affichant un bref, mais presque doux sourire amusé, Azelle lui répondit d’un ton sans malice.

– Alors là, toi, c’est sur et certain que tu sors tout juste de ton village sans connaître rien au monde extérieur. Oui, je voyage beaucoup, c’est mon travail. Je suis une sorte de marchande nomade. À la différence que je vends aux autres marchands. J’achète du surplus ou de l’invendu pour un bon prix. Puis, je revends dans d’autres villes ou cités. Je dois donc voyager énormément pour revendre rapidement...

Quand Echo parla des bandits, Azelle se mit à regarder de nouveau devant elle. Un petit air presque vexé et fit une petite moue.

– Et puis quoi encore ? Leur laisser ma marchandise ? Plus tôt retourner lécher les chaussures de la haute société que ça. En ce qui concerne le fait de croiser beaucoup de gens, ça dépend. Oui et non, la quantité est propre à chacun. Cependant, il y a toujours trop de brigands. Ne croit pas qu’ils font ça, que pour...

Elle fit des guillemets avec ses doigts

– ...» survire"... car c’est loin d’être le cas. C’est un mode de vie. Ne les prends jamais en pitié, car eux ne te prendront jamais en pitié. Ils te prendront tout.

La nymphe secoua de droite à gauche la tête. Jusqu’à présent, heureusement, elle avait rarement vécu d’attaque seule. Elle savait se défendre, mais à quel point pourrait-elle tenir fasse à des bandits de grand chemin ? Ils n’avaient pas de pitié et si cela devait arriver Azelle ne devrait pas en avoir aussi.

Après un moment de marche, pas aussi long qu’elle eut peur, la nymphe fit un signe de la tête, son chariot toujours bien attaché à l’arbre n’avait pas bougé. Il n’y avait que deux ou trois oiseaux tranquillement posés sur le toit du chariot. Ils s’envolèrent à l’approche d’Azelle. Elle ouvrit la porte arrière de son chariot pour y lancer son sac. Fouillant sommairement, elle reprit sa tenue de cuir. Corset, jambière et brassard pour les enfiler. Jetant un nouveau coup d’œil à sa nouvelle compagne de route.

– Dit-moi, Echo, tu as quoi te défendre ? Tu te balades toujours telle une jouvencelle prête à se faire prendre sa virginité sans broncher ?

Elle était légèrement vulgaire, mais c’était sa façon de penser... Et la dure loi de la route.



Lentement, je vais reprendre le RP. ENFIN

Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Mai - 0:26
La jeune Echo suivait Azelle tandis qu'elle lui posait des questions pour en apprendre davantage, il est vrai qu'elle n'avait jamais sorti de son clan, ce qui était triste, elle était même morte là-bas... Son innocence fit rire la Nymphe, c'est ce qu'elle cru comprendre lorsqu'elle lui souriait d'un air amusé tout en répondant à l'esprit.

«Alors là, toi, c’est sur et certain que tu sors tout juste de ton village sans connaître rien au monde extérieur. Oui, je voyage beaucoup, c’est mon travail. Je suis une sorte de marchande nomade. À la différence que je vends aux autres marchands. J’achète du surplus ou de l’invendu pour un bon prix. Puis, je revends dans d’autres villes ou cités. Je dois donc voyager énormément pour revendre rapidement...»

Echo hochait délicatement la tête tout en comprenant ce qu'elle faisait comme travail, ça devait être épuisant à la longue, mais ça devait être un excellent travail, voyager partout et même faire de nouvelle  rencontre... Ça devait être palpitant... Azelle semblait vexé vis-à-vis du fait qu'Echo parle des bandits, elle ne semblait pas du tout apprécier cela. Echo se sentit un peu désolé face à son égard, mais ses émotions ne sortaient point, ça toujours été ainsi...

«Et puis quoi encore ? Leur laisser ma marchandise ? Plus tôt retourner lécher les chaussures de la haute société que ça. En ce qui concerne le fait de croiser beaucoup de gens, ça dépend. Oui et non, la quantité est propre à chacun. Cependant, il y a toujours trop de brigands. Ne croit pas qu’ils font ça, que pour...» dit-elle tout en faisant des guillemets avec ses doigts pour la suite. «... "Survire"... car c’est loin d’être le cas. C’est un mode de vie. Ne les prends jamais en pitié, car eux ne te prendront jamais en pitié. Ils te prendront tout.»

Echo hochait une nouvelle fois... De toute manière elle avait tout perdu, sa vie, ses futurs enfants, sa famille qu'elle chérissait tant... Elle s'en voulait terriblement de les quitter ainsi. Elles continuaient toujours d'avancer tandis qu'Azelle fut soulagé que son chariot soit toujours là. Azelle s'approchait de celui-ci tout en ouvrant la porte arrière de son chariot pour y lancer son sac et mettre sa tenue de cuir. Elle était de plus en plus jolie... Il faut dire qu'elle était bien plus jolie qu'Echo... Dire qu'elle ne pourrait plus du tout grandir... Sur ses épaules, Echo portait sa cape qui couvrait ses vêtements presque secs tandis que la Nymphe jette un coup d'oeil sur elle.

«Dit-moi, Echo, tu as quoi te défendre ? Tu te balades toujours telle une jouvencelle prête à se faire prendre sa virginité sans broncher ?»

Elle serrait sa cape contre elle pour se couvrir... Comme si quelqu'un pouvait faire ce genre de chose, mais devait-elle lui dire ? Peut-être devait-elle encore un peu avant de lui révéler qui elle était réellement... Elle baissait sa main dans sa bottine avant qu'elle sorte un genre de dague assez pointu.

«Disons que je peux me défendre avec cette arme, je suis tout de même rapide, donc ne vous en faites pas, je sais bien me débrouiller, même cela ne paraît pas du tout...» dit-elle en souriant légèrement.

Elle replaçait sa dague dans sa botte tandis qu'elle replaçait sa cape plus correctement. Elle ignorait qui quelqu'un pouvait réellement la toucher... Elle pouvait disparaître autant qu'elle le désirait, bon il était vrai qu'elle n'avait une expérience avec le monde extérieur, mais elle allait tenter le coup, coûte que coûte.

«Dans quelle directions devons-nous prendre?» demanda-t-elle à sa nouvelle accompagnatrice de route.

Elle ignorait totalement où aller, ses points cardinaux étaient très loin dans son esprit... Néanmoins elle savait comment sortir de ce petit sentier battu pour retourner sur la route, mais elle attendait que son accompagnatrice la rejoigne avant d'aller plus loin, elle sentait qu'elle ne servait à rien, c'est pourquoi qu'elle lui offrit son aide.

«Voudriez-vous une aide quelconque pour quelque chose ?»
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Juil - 23:09
Azelle passa l’autre coté de son chariot, profitant d’être caché en partie pour revêtir ses vêtements de route, peut-être plus chauds, mais qui pouvait lui sauver la vie. Enfilant ses gants et libérant les roues de son chariot, elle revint vers l’autre femme. Baissant brièvement les yeux vers l’arme de la jeune femme.

– Tu devrais penser à la porte à ta cuisse... Tu finiras par te tailler la peau dans ta botte et aussi ce n’est pas super discret et pratique quand tu veux l’attraper rapidement. Même si tu dis au voleur que tu veux rattacher ta botte... Je ne suis pas certaine qu’il en aura quelque chose à faire.

La nymphe n’avait pas nécessairement à cœur la survie d’Echo, mais pourquoi ne donnerait-elle pas quelques conseils à une novice? Après tout, il faut toujours commencer quelque part. Tant que l’humaine n’attendait pas de l’amitié ou une garde du corps, tout irait bien.

Azelle se plaça naturellement en avant de son chariot. Empoignant vigoureusement les poignées pour soulever sans trop de difficulté le chariot le faisant basculer vers l’arrière étant prêt à se déplacer.

– Oui tu peux faire quelque chose, restes attentive aux alentours. Avec le chariot, j’ai des angles morts vers l’arrière qui m’oblige à m’arrêter et à courir le risque de me faire surprendre. Donc, si tu vois n’importe quoi qui te semble louche tu m’avertis. Que ce soit hommes ou bêtes, tu ne cries en aucun moment, tu ne cours pas et tu ne te mets pas face à moi. Si je suis dans une cote, je ne peux pas m’arrêter sur commande. Je n’ai pas particulièrement envie de me blesser en voulant éviter de te passer dessus.

La marchande était calme et parlait d’une voix douce. Malgré le tout, son visage n’exprimait pas d’amitié ou d’esquisse de sourire. C’était son métier et elle était sérieuse. Les plus attentifs pouvaient lire dans son regard blanc que ce n’était probablement pas la vie qu’elle aurait aimé avoir, sa motivation première ne devait pas être les voyages.

Prenant lentement la route du sentier face à elle, elle reprit la parole.

– Nous allons prendre ce chemin pour atteindre une route secondaire jusqu’à une grande clairière qui sera notre premier hors terrain. Une route de terre peu connue heureusement. Quelques marchands ambulants s’en servent. Les bandits y tendent peu d’embuscades. Nous devrions en avoir pour le plus gros de la matiné et peut-être le début de l’après-midi. Ce sera la partie facile de notre voyage. Nous prendrons pause dans un village reculé, je dois y faire un premier arrêt. J’ai entendu dire qu’ils manquaient d’équipement médical. Je vais en livrer au marchand et récupérer quelques articles de leur forgeron par la même occasion. Tu pourras y faire tes courses si tu veux t’y prendre du matériel quelconque.

Sur les dernières paroles, Azelle tira le chariot qui prit quelques secondes pour commencer à avancer. Le chariot était lourd vu l’énergie qu’il prenait à Azelle pour démarrer l’engin, mais après avoir démarré le roulement, tout semblait beaucoup plus facile.

Ses yeux blancs rivés vers l’horizon.

– S’il arrive quoi que ce soit, tu as une carte d’accrochée à l’intérieur de la porte de mon chariot. Tu as l’itinéraire dessiné avec des endroits sécuritaires en vert et des endroits dangereux en rouge. Auberges, fermes, maisons, grottes... Si tu sais lire et marcher en même temps ne te gêne pas pour la regarder, ça pourra t’être utile, je ne crois pas que tu es d’intérêt à me la voler...

Tournant sur le chemin secondaire vers les clairières, Azelle avait probablement donné tous les conseils pour ne pas avoir un boulet avec elle.



Lentement, je vais reprendre le RP. ENFIN

Revenir en haut Aller en bas
Mar 5 Juil - 3:11
La jeune Echo lui montrait la dague qu'elle avait, ce n'était pas une dague ordinaire, elle l'avait depuis sa noyade, noyade dont personne ne sait, tout le monde l'ignorait qu'un corps y était engouffré dans ses eaux troubles. La nymphe regardait brièvement sa dague de l'esprit.

-Tu devrais penser à la porte à ta cuisse... Tu finiras par te tailler la peau dans ta botte et aussi ce n’est pas super discret et pratique quand tu veux l’attraper rapidement. Même si tu dis au voleur que tu veux rattacher ta botte... Je ne suis pas certaine qu’il en aura quelque chose à faire.

Elle avait raison, mais était-ce réellement une bonne chose à faire ? Echo n'était qu'un esprit et un esprit ne se battait pas en général, mais cela, Azelle l'ignorait. Echo ne savait pas quand annoncer la nouvelle à celle-ci, mais elle y songeait et surtout que tôt au tard elle allait le découvrir, mais à cette pensée la jeune femme préférait le lui dire avant qu'il ne soit trop tard. Azelle se plaçait en face de son chariot en empoignant les poignées pour le soulever sans difficulté étant prête vers à partit vers l'aventure.

-Oui tu peux faire quelque chose, restes attentive aux alentours. Avec le chariot, j’ai des angles morts vers l’arrière qui m’oblige à m’arrêter et à courir le risque de me faire surprendre. Donc, si tu vois n’importe quoi qui te semble louche tu m’avertis. Que ce soit hommes ou bêtes, tu ne cries en aucun moment, tu ne cours pas et tu ne te mets pas face à moi. Si je suis dans une cote, je ne peux pas m’arrêter sur commande. Je n’ai pas particulièrement envie de me blesser en voulant éviter de te passer dessus.

Ou je peux les terrifiés, pensa Echo, mais elle se contenta d'un simple hochement de tête vers la nymphe. Bien sûr qu'elle allait surveiller ses arrières et puisque que l'esprit en général est assez discret elle irait les distraire sans que celle-ci le remarque sa disparition, elle était ainsi Echo, elle agissait en silence et en solitaire. Azelle était très à coeur à son métier et cela pouvait se lire dans son regard, même sans être un esprit, Echo l'aurait très bien comprit. Pendant ce temps, Azelle prenait la routedu sentier en face d'elle.

-Nous allons prendre ce chemin pour atteindre une route secondaire jusqu’à une grande clairière qui sera notre premier hors terrain. Une route de terre peu connue heureusement. Quelques marchands ambulants s’en servent. Les bandits y tendent peu d’embuscades. Nous devrions en avoir pour le plus gros de la matiné et peut-être le début de l’après-midi. Ce sera la partie facile de notre voyage. Nous prendrons pause dans un village reculé, je dois y faire un premier arrêt. J’ai entendu dire qu’ils manquaient d’équipement médical. Je vais en livrer au marchand et récupérer quelques articles de leur forgeron par la même occasion. Tu pourras y faire tes courses si tu veux t’y prendre du matériel quelconque.

Echo hochait une nouvelle fois la tête en écoutant très bien ce qu'elles allaient faire pour les dernières heures. Elle prit du temps à démarrer sa cadence avec le chariot, mais après un  las de temps cela venait tout à fait plus facile et Echo la suivait sans problème.

-S’il arrive quoi que ce soit, tu as une carte d’accrochée à l’intérieur de la porte de mon chariot. Tu as l’itinéraire dessiné avec des endroits sécuritaires en vert et des endroits dangereux en rouge. Auberges, fermes, maisons, grottes... Si tu sais lire et marcher en même temps ne te gêne pas pour la regarder, ça pourra t’être utile, je ne crois pas que tu es d’intérêt à me la voler...

L'esprit fronçait légèrement les sourcils regardant la porte de son chariot en pensant qu'il y avait une carte, pourquoi volerait-elle quelque chose qui appartenait à quelqu'un ? Elle n'était pas comme cela, elle n'était pas une voleuse non plus, quelque peu honnête, trop même, mais peut-être pas sur sa vraie nature. Elle était quelque peu attristée par cela, de ne pas pouvoir lui en dire davantage, mais peut-être que c'était pour son bien ?

-D'accord, merci pour tes précieux conseils, sache qu'ils resterons dans ma mémoire, compte sur moi pour surveiller tes arrières.

Dit-elle d'un ton neutre et quelque peu sérieux. Elle voulait qu'elle sache qu'elle n'était pas juste là pour jouer, ni agir en princesse, mais qu'elle était très sérieuse et elle y mettre du sien. L'esprit se mit à guetter les alentours tandis qu'elle longeait le sentier de la forêt pour arriver finalement après un bon las de temps, sur un sentier menant vers le chemin qu'Azelle parlait plus tôt. La route secondaire. Cette route allait les conduire le long d'une clairière, mais ce n'était pas encore le temps. Les vêtements d'Echo séchait finalement, mais elle avait toujours froid, elle était morte dans de l'eau froide, dont il était normal qu'elle dégage une sorte froideur... Elle serrait même sa cape contre elle tandis qu'elle cachait discrètement sa dague sous les plis de sa cape. La petite brise caressait en douceur ses cheveux blancs tout de même cours tandis qu'elle regardait toujours autour d'eux, même que parfois en étant un peu trop sur la défensive elle entendait des bruissages de buissons ou encore des branches d'arbres, mais ce n'était que le vent qui faisait cet effet-là. Le silence régnait entre les deux jeunes femmes, peut-être que c'était mieux ainsi, que personne ne parle et qui écoute uniquement les bruits suspects qui pouvait en tout temps les surprendre.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde d'Endora :: Clan de la Terre :: GRANDE FORÊT-