I'm not really bad, i'm just made up of bad things w/ Taka'

 :: Monde d'Endora :: Clan de la Terre :: TERRES CULTIVEES Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 22 Oct - 3:08

Sous le clair de lune argenté, une bête monstrueuse galopait, se faufilant entre les herbes, le souffle court et chaud, ses flancs se soulevant avec rapidité. Écrasant tout sur son passage, le loup-garou fuyait clairement quelque chose, mais, quoi ? Ou plutôt qui. Trois redoutables assassins non-humains, visiblement bien entraînés puisqu'ils la poursuivaient avec acharnement après avoir réussi à la blesser de façon considérable. Si bien que la bête était simple à pister grâce au sang qu'elle laissait sur son passage, les pupilles rétractées, enveloppée de terreur et de rage. Alors qu'elle avait décidé de quitter pour de bon la Forêt Rousse, mauvaise surprise. Deux êtres masculins et un féminin encapuchonnés l'attendaient à l'orée de la forêt, brandissant immédiatement leurs armes après avoir reconnu leur cible. Cirilla n'avait pas tenté le diable en considérant l'écart monumental qu'il y avait entre elle et ces assassins, en particulier parce qu'ils lui restaient encore quelques traces d'un affrontement récent et qu'elle n'était pas à son plein potentiel. Alors elle fuyait depuis de longues heures, bénissant son endurance, sa résistance, tentant en vain de se cacher, manquant plusieurs fois d'être touchée par des flèches aux pointes soient empoisonnées, soient enrobées de solutions hypnotiques.

La Crocs-de-Sang ne désirait aucunement mourir, pas avant d'avoir accompli ce qu'elle désirait. Mourir avec cette haine sur le cœur ? Jamais. Elle devait simplement fuir, trouver un abri sûr, mais, où ? Qui voudraient héberger une bête pareille ? Personne. Pourtant, Ciri persistait dans sa fuite sans espoir, la truffe au sol pour tenter de trouver un repaire, une aide insoupçonnée. Une habitation, au loin. Le loup-garou redressa légèrement sa tête, les muscles tendus et roulant sous sa chair durant cette course folle, humant avec plus de concentration l'air. Une odeur qu'elle connaissait était apportée par la brise fraîche de la nuit profonde. Une odeur qu'elle avait pu sentir il y a quelques jours plus tôt, lorsque des humains l'avaient dérangé. Cette même odeur se promenait autour d'elle, venant droit de cette habitation qui se révélait être un imposant Manoir. Se pourrait-il réellement que le jeune homme qui lui ai laissé la vie sauve habite ici ? Une lueur d'espoir se ralluma alors au fond des orbes d'or de la louve. Avec la bonté qui habitait ce Takakage, en dépit de la menace qu'elle avait lancé, il allait peut-être accepter de la cacher, non ? Peut-être, peut-être que non. En tout cas, sa course s'arrêterait ici, ses blessures la fatiguaient et son souffle lui manquait.

Une flèche siffla et vint se ficher dans l'épaule gauche du loup-garou qui grogna de douleur, manquant de tomber dans l'herbe. Ne pas flancher, elle devait continuer. Elle y était presque, si les assassins usaient encore de leurs flèches, ils ne devaient pas encore être très proches, elle avait parvenu à les distancer tout à l'heure. Par ailleurs, restaient-ils les trois ? L'odeur apportée par le vent ne lui indiquait qu'il n'en restait qu'un. Un seul encore galvanisé par l'envie d'argent, ou simplement par pur plaisir d'exterminer le loup-garou que tous désiraient tuer. Ciri se jeta littéralement contre les portes du Manoir qui tremblèrent dangereusement, ses énormes mains pourvues de griffes lacérant les portes alors qu'un grognement s'échappait de sa gueule. De l'aide. Il lui fallait de l'aide. C'était urgent. Lentement, Ciri reprenait sa forme humaine, une fine armure de tissu sombre déchirée, ensanglantée. La jeune femme se colla dos aux portes, la respiration distordue, sa vision devenant floue par moment alors qu'elle empoignait d'une main la flèche de son épaule gauche, la retirant d'un coup sec.

Elle la jeta sur le côté et frappa les lourdes portes de son poing, déglutissant avec difficulté tout en observant les alentours silencieux. Où était l'assassin restant ? La louve gémissait de douleur, le corps en vrac, ses paupières se fermant lentement, sa longue chevelure sombre collant sa peau à cause de sueur et de sang. Il n'y avait pas à dire, Ciri était de nouveau en piètre état.

Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Oct - 13:17
La nuit semblait bien calme, un calme qui était bénéfique pour ceux cherchant le sommeil et la tranquillité. C'était le cas de la maison des Date, cette famille qui se spécialise dans les arts aimait particulièrement le calme et la sérénité de ces moments sans bruit. Cependant, c'était juste avant la naissance du nouvel héritier de cette maison prestigieuse. Un jeune homme n'aimant que l'action, l'aventure et les défis. Un borgne qui avait décider de changer complétement la politique future de cette maison nobiliaire, pour mieux la préparer à un future assez difficile. Cette famille qui c'était vouer au pacifisme entre les clans devait maintenant faire avec un future chef voulant militarisé la famille et veiller à la sécurité par les armes du clan de la terre. Pour les membres qui étaient rester dans le clan de la terre ce n'était que des actions belliqueuses avec peu de sens, pour ceux qui c'étaient implanter à l'étranger ils supportaient l'héritier de cette maison. Ceux qui étaient dans les autres clans étaient bien informé de la politique extérieur des autres clans, mais surtout que certain savaient encore que des morceaux d'influence du clan de la lumière et de le l'ombre était encore en plus. Si ces deux clans se battaient entre eux clandestinement, il fallait avoir une puissante force pour les contraindre à sortir du territoire ou encore détruire leurs projets ayant un impact sur le clan de la terre.

Enfin, pour le moment, cette héritier n'avait aucune réelle influence sur sa famille. Il avait réussi néanmoins à se constituer une petite force personnelle, mais rien de plus qui soit menaçant pour d'autre puissance. Il devait alors se contenter des missions diplomatiques avec son jeune frère vers les autres maisons nobiliaire. Malgré un accident récent en cours de route, le jeune Date n'avait qu'une cicatrice sur l'épaule, mais rien de grave. Il pouvait tout de même dirigé sa maison si il arrivait malheur à son père, ce qui ne risquait pas d'arriver de si tôt. Pour ce, le chef actuel de la famille pouvait dormir sur ses deux oreilles et penser à mieux ménager son fils pour éviter que le borgne ne s'invite pas encore dans un autre accident, un œil était bien suffisant.

Quand au jeune héritier, Takakage se promenait entre les jardins et les couloirs, cherchant une occupation à avoir. Bien qu'en cette soirée tout le monde dormaient, il n'était pas rare que des Date travaillaient en pleine nuit et pour avoir un peu de calme, le jeune héritier allait rejoindre ses hommes pour le leur accorder. Heureusement pour eux qu'il respectait leurs vocations, sinon, cela ferait longtemps que le manoir serait abandonné par ses membre. Enfin, le jeune borgne faisait le tour des couloirs, des différentes entrées tout en discutant avec ses hommes pour entendre les nouvelles ou encore si il n'y avait rien à signaler.

C'était au tour de la porte Nord, un porte diriger vers Firewall, bien garder par une dizaine de soldats en arme. C'était une porte relativement calme, car il y avait peu de monde qui entrait par cette porte, si ce n'était les voyageurs venant du clan du feu. Le jeune capitaine commençait à se rapprocher de ses hommes qui le reconnaissaient grâce à son casque bien particulier. Quelques gardes à vous et quelques interrogations, la routine. Jusqu'alors, les portes subissait un choc violent, comme si un truc énorme cherchait à défoncer les portes. Surprit, chaque soldat dégainaient leurs armes en cas d'attaque, car les portes subissait les assauts continus d'un truc assez gros et les grognement ... Un grognement que le jeune Date se souvenait bien trop. Pourtant, les assauts se stoppaient pour laisser place au silence. C'était encore ce loup-garou ? Si c'était le cas, elle aurait fait une entrée plus discrète pour tenter quoi que se soit.

Enfin, le jeune Date décidait de se rapprocher des portes, les grognements avait stopper, mais il y avait encore une présence. Fallait il prendre le risque d'ouvrir les portes à une menace ? Au moins il fallait pouvoir repousser la chose pour être tranquille. Takakage tirait la porte et une jeune femme qui c'était apparemment appuyer contre la porte que tirait le jeune Date. Rapidement, le jeune Date lâchait la porte pour soutenir de ses bras ce qui semblait être ... Oui c'était bien elle, le loup-garou, mais dans un terrible état. Le jeune Date ne réfléchissait pas immédiatement, il supportait de ses bras cette jeune femme pour la faire rentrer et l'assoir sur un support avant de prendre rapidement la parole.

"Hey ! Hey ! Ca va ? qu'est ce qu'il t'es arriver ?!"

Edit Tsubaki: Essaye de faire davantage attention à l'orthographe et de corriger un peu ce post s'il te plaît ;)
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Oct - 16:13

Cirilla se sentit alors tomber vers l'arrière, les portes ne retenaient plus dos mais, ce quelqu'un la rattrapa. La louve grogna légèrement de douleur, montrant des crocs inexistants sous cette forme humaine, un léger frisson courant sur son échine tandis que ses paupières se refermaient. Si quelques entailles superficielles étaient visibles sur ses joues, ses bras, ses cuisses ou dans son dos, un poignard avait avec précision atteint son dos, manquant de peu sa colonne vertébrale, ce qui aurait pu être clairement plus problématique. Le loup-garou savait bien que si elle se retrouvait encore dans un état pareil, c'était entièrement et purement de sa faute ; elle aurait dû quitter les terres du Feu depuis longtemps. Qu'avait-elle cru ? Trouver si rapidement une brèche pour revenir à l'assaut des Crocs-de-Sang ? Il lui fallait encore bien plus de force pour tenir tête à chaque loup de sa meute. Sa tricherie face à son géniteur avait porté ses fruits mais elle ne pouvait pas tricher éternellement, sans force, elle n'arriverait à rien de plus que la mort.

Transportée, la jeune femme aux prunelles d'or fut alors assise sur un siège, une voix s'élevait, rapide et visiblement inquiète. Ciri souleva ses paupières et porta lentement sa main droite à son crâne, gémissant légèrement mais conservant un visage froid en dépit de son état. C'était bel et bien le jeune soldat de la dernière fois, celui qui avait hurlé s'appeler Takakage Date, lui et son fichu sourire toujours scotché à ses lèvres. La louve avait beaucoup de mal à comprendre ce jeune humain qu'elle avait menacé, mordant son épaule et manquant de le tuer, elle avait même terminé cette rencontre d'un fabuleux coup de poing. Ne lui en voulait-il pas ? La jeune femme n'avait pas eu beaucoup d'espoir en se collant à ces lourdes portes, pourtant, il les avait ouvertes, l'avait transporté loin des étendues sombres qui cerclaient cette immense demeure, ou plutôt, ce manoir.

« Ouais, cela se voit que je suis en pleine forme, non ? »

Déclara la louve avec sarcasme, scrutant un bref instant l'unique œil de celui qui venait de le sauver avant de toussoter, portant la paume de sa main gauche devant ses lèvres. Du sang. Lorsque Ciri observa sa paume, quelques gouttes de ce liquide rubis y trônaient. Le femme loup soupira doucement avant de relever son regard en direction de Takakage, puis balayant l'endroit où elle se trouvait du regard. C'était superbe, un endroit qui témoignait en effet de la richesse des habitants. Un instant, cela lui rappela son ancienne demeure au sein des Crocs-de-Sang, lorsqu'elle y résidait encore, un endroit luxueux, finement décoré, soulevant l'envie de beaucoup de voleurs. Seulement, ceux ayant eut le culot d'y entre n'en était jamais revenu, tombant à coup sûr sur l'un des gardes qui n'en faisait alors qu'une bouchée. C'était pratique lorsque l'on était un loup-garou : on ne laissait rien de l'autre, du moins, si l'on le désirait. Si le carnage n'était pas de mise.

« Des assassins. L'un d'eux doit encore traîner..... Autour de votre manoir même si... hrm... je doute qu'il ne tente d'entrer. C'est un assassin du Clan du Feu... ou de l'Eau... Alors... Il ne va pas s'aventurer chez vous... J'espère. »

Paroles entrecoupées de grognements, parler était étrangement fatiguant et la louve se sentait terriblement faible, comme si ses jambes et ses bras étaient coupées. Plus de force pour se retenir. Ciri espérait d'ailleurs que ses propos soient vrais, que l'assassin ne tenterait pas d'entrer dans le Manoir pour en finir à tout prix avec son contrat, celui-là avait semblé particulièrement acharné.

« J'aimerais... Un lit. »

Souffla dans un murmure le loup-garou qui semblait bien moins effrayant qu'à la première rencontre, de larges cernes se présentant sous les orbes dorées de la jeune Crocs-de-Sang, orbes dénuées à présent de lueur de haine ou de rage, animées seulement d'une pointe de fatigue. Tout comme son corps courbé et non droit le signifiait, elle qui avait pour habitude de se tenir fièrement.



Big Bad Wolf.

« I smell the blood of a petty little coward, here... »
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Oct - 23:03
Toujours la même, aussi sarcastique et froide que la dernière fois. Enfin, malgré les blessures et toutes les ouvertures, elle restait la même malgré cela. Cependant, aussi fière qu'elle pouvait paraître, elle avait besoin de soin et rapidement. Apparemment elle avait fait encore des folies avec sa forme de loup-garou, mais il fallait croire que cette forme ne lui était au final peu utile face à un assassin. Un assassin, pour un loup-garou ? Normalement on faisait appel à des équipes de chasseurs, pas des assassins pour ce genre de missions de tuer un loup-garou. Néanmoins, les mots qu'asseyaient de sortir de la bouche de la jeune femme alertait la possibilité de la présence d'un assassin au alentour de la maison des Date. Un assassin qui irait jusqu'à pénétrer une maison prestigieuse et grouillante de garde ? Enfin, là n'était pas la question, un assassin n'irait certainement pas jusqu'à cette folie d'affronter une compagnie entière. Néanmoins, il fallait prendre les mesures nécessaires.

Cependant, la jeune femme aux yeux dorés semblait n'avoir plus la force de ce battre et sa mauvaise condition ne pouvait que ce détérioré si rien n'était fait. Comme il était dit, elle n'avait certainement plus la force de se battre, mais cela restait une menace potentielle, surtout qu'elle avait jurée de régler le compte du borgne en armure et de sa famille. Enfin, il faut croire que Takakage était vraiment le meilleur des idiots, il allait suivre comme il avait toujours fait pour prendre ses décisions. Sa bonté allait avoir raison de lui, mais c'était ce qui le rendait pour l'instant plus fort et combatif. Gardant le sourire, le jeune Date se disait qu'elle n'allait pas allez plus loin dans cet état et il allait devoir subir quelques grognements. Rapidement et sans attendre une nouvelle parole, le jeune borgne se déplaçait sur le coter de la jeune loup-garou et soudainement allait chercher à prendre cette démone dans les bras pour la soulever. L'ayant dans ses bras, le jeune homme reprenait la parole.

"Appelez les autres, réunion rapide des sergents dans mes appartements, toi tu vas me réveiller Haramun en précisant que j'ai besoin d'aide médicale. Je veux tous les hommes à leurs postes, allez !"

Il se retournait avec le loup-garou dans ses bras et se dirigeait en profondeur du domaine de la maison des Date. Passant quelques couloirs, le jeune borgne arrivait dans une sorte de cloitre bien entretenu, mais avec plusieurs soldats qui commençaient à rejoindre leurs postes. Le calme était détruit par cette alerte générale et bien sur le Date rejoignait le plus grand des bâtiments de la demeure ou se trouvait ses appartements. Il rentrait rapidement, montant les premiers escaliers qui lui faisait face tout en évitant les soldats qui se dépêchaient à rejoindre leurs poste. Après quelques instants de marche, une grande porte se faisait voir dans un couloir et plusieurs hommes en armes attendait le jeune héritier. Un homme ouvrait la porte pour permettre à son chef de pouvoir passer avec la blesser.

Rapidement, les appartements du jeune héritier se faisait savoir. Un grand ensemble, peu richement décoré, mais un bureau charger de papier et un grand lit confortable. Le borgne allait doucement poser le loup-garou sur son lit en faisant attention aux blessures bien nombreuses. Une fois poser, le jeune Date se retournait pour voir si son petit frère n'était pas encore arriver et c'était bien le cas. Le jeune borgne faisait signes à ses hommes de garder leurs positions et fermait les portes. Il soupirait, avec le sourire comme toujours et sa parole résonnait à nouveau tout en se rapprochant du loup-garou.

"Par tous les dieux, cette nuit risque d'être longue ... Un médecin arrive avec du matériel ... Un assassin ? J'imagine que quelqu'un vous veux du tort ... A boire ?"
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Oct - 2:13


Ciri restait silencieuse lorsqu'elle se sentit de nouveau portée. Malgré son envie de grogner à la figure du jeune homme qu'il n'avait aucunement besoin de la transporter ainsi - bien que c'était l'inverse - elle ne dit rien, les yeux plissés, scrutant simplement les alentours avec méfiance. Cependant à l'aise ainsi transportée, écoutant d'une oreille les paroles de Takakage, comprenant qu'il dirigeait visiblement pas mal de monde ici. Le loup-garou aux yeux d'or observait avec intérêt l'endroit, étrangement muette alors qu'elle était emmenée elle ne savait où. Une cage parce qu'on redoutait qu'elle ne se transforme ? Peu probable vu le caractère que semblait posséder le jeune capitaine, ce-dernier ne donnait aucunement l'impression d'avoir peur et cela apaisa un peu la louve dont les paupières s'abaissaient légèrement. Visiblement bercée par les pas de celui qui la transportait. Yeux clos, ses oreilles restaient aux aguets, captant chaque bruit, chaque parole. Bruit de porte puis, après quelques pas, elle sentit sous elle un quelque chose de confortable, assez mou. Ses mirettes dorées se rouvrirent pour découvrir sans étonnement qu'elle avait été déposé sur un lit, dans une grande pièce peu décoré, un bureau débordé de paperasse. Ciri soupira légèrement, étendant ses bras dans l'immense lit, peu habituée à autant de luxe, dormant depuis des années dans la nature, dans l'herbe, sur une branche, sur le dos de Nabym ou sur un tas de paille.

Un médecin. La louve releva légèrement sa tête en grognant, agir ainsi avait tiré sur la large plaie de son dos, lui causant une vive souffrance. Elle avait fait cela pour poser ses yeux d'or sur Takakage qui s'approchait de l'immense lit en parlant, proposant chaleureusement une boisson après avoir marmonné quelques paroles. La bête aux prunelles dorées laissa retomber sa tête sur le lit, observant tout d'abord silencieusement le plafond avant de s'exprimer.

« De l'eau, ça ira. »

Elle ne sentait réellement plus ses forces après ces heures de courses, son cœur avait réduit son allure mais, il lui semblait qu'il ne battait pas assez vite. Pas comme à l'accoutumée. Ses flancs se soulevaient moins rapidement mais sans rythme, prenant parfois plus de secondes que précédemment pour se soulever.

« Il y en avait trois, au début. Et oui... Disons que je ne suis pas très apprécié au Clan du Feu. »

Déclara simplement la louve avant que la porte ne se rouvre brusquement, manquant de la faire sursauter. Certainement le médecin vu le matériel qu'il transportait dans un sac immense. Que pouvait-il y avoir dedans ? Ciri en avait plus qu'assez de devoir toujours dépendre des médecins et guérisseurs mais, c'était bien le destin de tout être belliqueux n'ayant aucune connaissance en médecine, ou en magie. A vrai dire, la louve pouvait parfaitement soigner quelques blessures légères, nausées, empoisonnement ou paralysie à l'aide de ses connaissances en plante mais, dans cet état, jamais elle ne pourrait se soigner seule. Seulement, toute cette histoire signifiait qu'elle aurait encore une dette envers un être, remercier, encore. Malgré son caractère parfois et même souvent peu agréable, la louve avait des valeurs, surtout lorsqu'on lui sauvait la vie. Le médecin s'approcha du lit, ignorant un grognement de la jeune femme afin d'évaluer les blessures, l'air extrêmement sérieux. Il déchira les vêtements au niveau des plus larges plaies, au niveau du ventre finement musclé de la noiraude, dans son dos, à l'arrière de sa jambe gauche. L'homme semblait en priorité prêt à se consacrer aux plus grosses souffrances.

« Capitain Date, veuillez retenir cette jeune femme le temps que je cautérise ses plus grandes plaies. Tenez-là bien, ce ne sera pas sans douleur. »

Sur le dos, la louve écarquilla ses yeux lorsque l'homme commença à chauffer une pince en fer dans la cheminée où le feu brûlait. Ses pupilles se rétractèrent et un grognement sourd retentit de nouveau, faisant à cet instant penser à une bête blessée apeurée. Les traits de Ciri étaient plissés et, alors, le médecin approcha l'objet chauffé de la plaie du ventre. La louve s'agita furieusement en dépit de la douleur qui hantait son corps, grognant alors que d'un coup, son visage fut pourvu d'une gueule effilée, claquant ses mâchoires avec fureur sans pour autant tenter de mordre ni le médecin, ni Takakage. Les griffes lacérèrent les draps du jeune capitaine alors que le médecin continuait sa tache sans sourciller, visiblement confiant envers le jeune Date. La tâche se poursuivie, longue, les hurlements du loup se profilant dans la pièce, facilement audible pour les soldats des alentours qui ne devaient pas être extrêmement rassurés.

« Bien, je vais appliquer cet onguent sur les plaies superficielles et administrer un anti-poison, je crois qu'elle a été empoisonné. »

Expliquait l'homme de la situation en effectuant ses dires avec applications, habile et rapide alors que Ciri semblait s'être calmée, ayant reprit sa forme humaine, les yeux clos, quelques fines gouttelettes de transpiration luisants sur ses tempes. Les blessures les moins graves terminés, le médecin vint ensuite s'intéresser à la blessure derrière le genou de la jeune femme, une blessure datant visiblement de plus d'une semaine mais, qui semblait avoir été affecté durant la longue et harassante course. Il y appliqua un cicatrisant après avoir constaté que l’affectation n'était pas grave, faisant glisser un rouleau de bandage entre ses doigts afin d'enrouler un morceau autour du genou de la bête.

« J'ai terminé, je repasserai demain matin afin de vérifier son état. »

Au moins trois heures s'étaient déroulées, peut-être un peu plus. En tout cas, lorsque la porte claqua derrière le médecin, Ciri rouvrit ses yeux et les fit directement glisser sur Takakage, le scrutant un bref instant. Déclarant ensuite ce mot qu'elle détestait à avoir dire mais, qu'elle avait dit trop de fois à son goût depuis quelques temps. Cela lui brûla la langue mais, il le fallait bien.

« Merci et... hrm, je te trouverais d'autres draps. Aussi... j'aimerais bien avoir mon eau, maintenant... »

Souffla la louve en tirant légèrement la langue. Avec l'arrivée pressée du médecin, elle n'avait même pas eu le loisir d'encore se désaltérer tranquillement. Seulement, ce n'était pas cela qui l'inquiétait, mais la suite des événements. Quand elle serait en état de repartir, qu'elle devrait quitter cet endroit rempli d'humains.

Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Oct - 15:29
Finalement, le médecin était arrivé bien plus vite que prévu. Le jeune borgne n'avais pas eu le temps de répondre à la jeune femme qu'il avait des chats déposer son matériel. En tout cas la guérison allait être douloureuse, rien qu'en voyant les outils cela ne pouvait que prévoir de la douleur. Enfin s'il fallait passer par là, il fallait le faire pour qu'elle se remette sur pied le plus rapidement possible. Non pas que sa présence gênait, mais si effectivement un assassin rôdait dans les alentours, mieux fallait qu'elle soit prête si jamais la surveillance manquait à loupé l'assassin. Le jeune héritier de la maison des Date allait devoir aussi participer aux soins de la jeune loup-garou. Rien de bien compliqué en soit, mais il fallait faire tout de même attention à ce que cette jeune femme ne se transforme pas et devienne violente. Néanmoins, le jeune Date avait confiance au loup-garou. Apparemment son assassin voulait plus que sa mort, Cela se voyait avec toutes les blessures qui parcourait son corps et en plus du poisson. La guérison fut difficile pour la jeune femme, mais au moins elle avait tenu le coup, au contraire des draps du lit du jeune borgne. Le médecin fit comprendre que la jeune femme allait devoir rester pendant un moment dans la demeure. En soi cela ne dérangeait pas le jeune capitaine, mais ça allait certainement déranger beaucoup de monde dans cette demeure. Cependant, il n'avait pas leur mot à dire devant l'héritier de la famille.

Après cette douloureuse guérison, la loup-garou semblait être très calme. Pour une fois même, le jeune Takakage prévoir un semblant de sourire sur le visage de son ancienne agresseur. Néanmoins, comme il avait dit précédemment la nuit risquait d'être longue. Si un assassin attendais effectivement une occasion de pouvoir entrer dans le manoir, le jeune humain allait devoir redoubler de vigilance. Il faudrait être suicidaire pour rentrer dans une forteresse, mais on était pas à l'abri d'une faiblesse dans le dispositif de surveillance. Pour le jeune borgne, ce n'était pas impossible que la nuit s'envenime, mais il avait confiance et il n'avait plus qu'à veiller sur le loup-garou. Avec le sourire, le jeune humain se retournait auprès de son bureau surchargé de papiers et tentait de retrouver un verre et de l'eau qu'il y avait sous les papiers. Après avoir remplit un verre le jeune Date se retournait et trennait le chaise du bureau avec lui pour s'assoir auprès du lit. Il s'asseyait et tandait le verre à la jeune femme.

"Ne t'en fait pas pour les draps, il y en a plein d'autre dans cette demeure. Vous avez de la chance d'etre tomber sur la bonne maison ... Et que vous m'avez pas tuer... -complétait il avec un léger rire - ... Enfin vous n'avez pas a vous y faire et de la belle droite qui m'a fait tout de même décollé du sol, vous avez une sacrée poigne je vous l'accorde ... Il me semble que je ne connais pas encore votre nom ... Enfin, bien sûr si ce n'est pas trop indiscret.

Hors rp:
 
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Déc - 22:51

Emmitouflée dans les draps à moitié déchirés, la demoiselle fermait à moitié ses prunelles d'or, la mine plus ou moins détendue, les sourcils froncés. La douleur lacérait encore son corps. Elle tentait de conserver un bon rythme de respiration, rouvrant doucement ses mirettes afin de scruter le jeune humain borgne. Il était à ses côtés, assit sur une chaise, tenant un verre empli de ce liquide précieux et vital. La jeune louve extirpa lentement et méticuleusement un bras des draps et le tendit, effleurant de ses doigts longilignes le verre avant de s'en emparer. Cirilla se redressa un peu non sans esquissant des grimaces de douleur, portant ensuite le verre à ses lèvres tandis que le jeune guerrier s'exprimait. Riant et souriant toujours. Depuis qu'elle l'avait vu dans la forêt habillée de jaune et d'orange, il avait toujours conservé ce sourire. Comment pouvait-il ? Cela ne faisait que rappeler Istovar à la louve. L'Elfe Noir avait en vain tenté de lui communiquer les rires et les sourires, lui rappelant chaque jour que cela était bénéfique, cela apaisait, lui rappelant que les quêtes de vengeances étaient vaines, inutiles. Pourtant, sur ces points, le loup-garou avait complètement refusé d'écouter son mentor.

« Je suis un loup-garou. La puissance est dans ma nature, débuta simplement la demoiselle en posant le verre sur la table de chevet à ses côtés, faisant lentement glisser ses orbes d'or sur Takakage. Mon nom est Cirilla. De la famille des Crocs-de-Sang. »

Aimait-elle ou non sa famille ? Compliquée. Elle ne cessait de vouloir porter fièrement ce nom, osant le divulguer aux autres. Pourtant, à ses yeux, sa famille ne serait parfaite que lorsqu'elle la dirigerait. Elle ne laissait jamais Arim s'emparer de la place d'Alpha, diriger les Crocs-de-Sang. Famille respectée, reconnue et généralement appréciée à travers les différents Clans. Mais, il y avait toujours des exceptions, une force, une richesse, un pouvoir, cela offrait une multitude d'ennemis. Pourtant, peu osait s'attaquer seul à un Crocs-de-Sang ; les retombées étaient mortelles. Ou pire. Dans tout les cas, cette ancienne famille de Loup-Garou était connue.

« Takakage Date, c'est ça ? Je ne pensais pas m'attaquer à une famille si puissante en m'en prenant à toi. »

Poursuivit la femelle dans un sourire en coin amusé, constatant qu'en vu de l'immense demeure, les Date devaient également êtres puissants et reconnus. Peut-être avait-elle d'ailleurs déjà eu vent de ce nom de famille ? Allez savoir. Lors de ses années d'errance, Cirilla n'avait aucunement prit garde aux noms connus. Pourtant, la louve était en quelques sortes rassurées de ne pas avoir tuer Takakage, ou de ne pas être revenue dans l'ultime optique de le dévorer. En dépit de son caractère, la Traqueuse n'appréciait pas énormément l'idée d'avoir une nouvelle famille à ses trousses. Les Crocs-de-Sang étaient suffisants, le Clan du Feu également. Avec leurs richesses, ils pouvaient bien employer absolument n'importe qui afin de détruire une fois pour toute la louve. Une chance qu'elle persistait encore en Endora, saine et sauve. Échappant à chaque fois de peu à la Mort.

« Waah... Je n'en peux plus... Je vais dormir, je te fausse compagnie, Taka. »

Soupira Cirilla en baillant, fermant ses mirettes dorées, se détournant légèrement afin de se mettre sur le flanc, s'emmitouflant encore plus dans les draps en lambeaux. Ce n'était pas ce soir qu'elle serait capable de tenir une conversation potable. Prêtant encore un peu attention aux bruits ou à une éventuelle parole de l'humain borgne, la demoiselle à la crinière ébène finit par se laisser aller, perdant peu à peu le fil de la réalité, s'enfonçant dans les abysses du sommeil.

**

Quelle heure était-il ? Cirilla n'en savait strictement rien mais, selon elle, il était impensable qu'elle reste. Que se passerait-il pour elle ? La louve ne pensait pas être vraiment bien venue dans les environs, surtout qu'elle apportait avec elle des ennuis. Et qu'elle avait attenté à la vie du jeune homme. Alors à peine ses prunelles d'or s'étaient ouvertes que la jeune femme avait repoussé les draps, scrutant la pièce et soupirant doucement, personne. Une aubaine pour déguerpir en silence. Son envie de rester encore un peu était puissante, surtout qu'elle n'était pas encore remise mais... Accepteraient-ils réellement qu'elle reste ici ? Cirilla n'avait aucune envie de poser la question, d'avoir l'air dépendante alors elle descendit du lit. Ses pieds nus entrèrent en contact avec le sol et elle baissa sa tête, quelques mèches glissants sur son front tandis qu'elle refermait ses yeux. Non. Elle n'était pas en état de filer. Sa tête lui tournait déjà. Cirilla émit un léger grognement avant de se laisser délicatement tomber sur le dos, s'enfonçant un instant dans l'agréable lit, fixant le plafond.

HRP : Désolé du retard ! ><



Big Bad Wolf.

« I smell the blood of a petty little coward, here... »
Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui à 20:18
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde d'Endora :: Clan de la Terre :: TERRES CULTIVEES-