Sous la lueur de la lune [PV Takakage]

 :: Monde d'Endora :: Clan de la Terre :: TERRES CULTIVEES Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 5 Oct - 19:07


Sous la lueur de la lune


La pluie tombait lentement de façon continue en cette douce soirée. La nuit venait de tomber et la température avait considérablement chuté. Ainsi, personne ne traînait dans les rues et la ville, comme la nature, étaient affreusement calmes. Personne... Ou presque. A vrai dire, en y regardant de plus près, on pouvait s'apercevoir qu'une silhouette traversait rapidement la forêt, se téléportant de temps à autre pour gagner du terrain sur ses deux poursuivants.

Pour comprendre la situation, il faut revenir quelques heures en arrière... Un groupe d'une dizaine de brigands campait paisiblement dans la grande forêt, quand un homme apparut de nulle part et les attaqua pour récupérer leur or et les biens précieux qu'ils pouvaient avoir. Le combat fut rude, mais malgré leur statut de "personnes peu fréquentables", ils n'avaient pas les capacités de leur adversaire, et ce dernier les décimait à vitesse grand V. Seulement, l'assassin commença à faiblir lorsque la douleur de sa vieille blessure se réveilla et il décida de s'enfuir après avoir récupéré ce pourquoi il était venu. Les deux survivants le prirent alors en chasse.

Et c'est ainsi que nous revenons à la situation précédente. Avaran, trempé jusqu'au os, venait d'arriver aux terres cultivées. Ses deux poursuivants devaient à présent être loin, seulement, il devait trouver un abri où se cacher au cas où ils ne baissent pas les bras. Après s'être adossé quelques minutes contre un arbre, sa main crispée au dessus de son genou droit tandis qu'il grimaçait en sentant la douleur envahir sa jambe, il reprit sa route en boitant. Il aperçut alors une grande demeure, sûrement d'une famille noble, et décida de s'y rendre. Au mieux, ils l'accueilleraient sans trop poser de questions en ayant pitié de lui - ce qui lui donnait la nausée dans le principe, mais pour l'instant il n'avait pas vraiment le choix - et au pire il n'aurait qu'à les menacer s'ils opposaient une quelconque résistance.

Le jeune homme se dirigea donc vers la porte principale, l'ouvrit discrètement et la referma après être entré, s'adossant à cette dernière en enlevant le capuchon de sa cape. Ses yeux argentés balayèrent la petite pièce dans laquelle il se trouvait et il soupira. Comme il s'y attendait, il se trouvait dans un endroit plutôt luxueux et n'aimait pas vraiment cette atmosphère. Il glissa la dague qu'il tenait à la main dans sa botte et resta immobile quelques secondes, figé par la douleur qui venait de traverser l'ensemble de sa jambe blessée. Il ferma les yeux, les sourcils légèrement froncés, respirant lentement pour essayer de se reprendre. Son corps se raidit lorsqu'il entendit des pas dans la pièce proche: il se releva en serrant les dents, et fixa la porte. Avaran avait beau ne pas supporter ça, il allait devoir se montrer aimable un minimum s'il voulait pouvoir dormir en sécurité et au chaud pour cette nuit.



Ex-Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Oct - 20:45
Un temps de chien comme on avait peu envie de voir dans les soirées froides, de l'eau à n'en plus finir de tomber. Rien de bon pour les champs dans le voisinage de la grande demeure des Date, ni même pour les jardins de la grande maison de la famille. A vrais dire, les invités de la familles allaient passer un moment dans leurs chambre et espérer que le lendemain serait plus généreux. Quand aux membres de la famille, ils allaient aussi prendre leurs patiences en mains en attendant que la pluie s'en aille et retourner tranquillement à leurs activités.

Enfin, ce n'était pas le cas de tous les Date, il y en avait bien un qui se moquait de la pluie et de la nuit. Takakage Date, l'héritier de la famille, ne faisait pas grand cas de la pluie et après tout, cela n'allait pas être quelques goutte d'eau qui allait l'arrêter dans ses entrainement. Surtout que pour une fois il pouvait s'entrainer en paix, il arrivait que certains oncles ou tantes n'aient pas avalés l'éducation qu'avait reçut le jeune homme. Résultat, il n'y avait que la nuit pour trouver la paix dans le maniement de l'épée, mais pour le coup il fallait le faire seul. Personne voudrait faire un entrainement en pleine nuit, surtout avec l'énergie du jeune Date dans les entrainements.

La nuit avait ses avantages et ses inconvenants, surtout avec tout le bouquant que le jeune homme faisait. Les autres membres de la famille allaient certainement réveiller son jeune frère, dans l'espérance que l'héritier de leur maison arrêtait le bruit du fer et des botte sous la demande du second fils du chef des Date. Pour le coup, le jeune capitaine se devait bien de stopper son entrainement et regagner ses appartements. Enfin, avec les bottes qui frappaient le sol, le bruit émis n'allait pas l'avantager également. Pour éviter de réveiller tout le monde, il fallait prendre les longs couloirs assez éloignés des chambres et menant vers l'entrée de la demeure.

En parlant de bruit, le silence semblait être dérangé par une personne vers l'entrée du grand bâtiment. Sans doute un des soldats qui surveillaient la maison, mais on ne pouvait être sur sans y avoir vérifier. Si c'était un invité qui cherchait un toit pour la nuit, ce n'était pas rare que les Date acceptait d'accueillir deux ou trois voyageurs à cause du mauvais temps, mais à cette heure aussi tardive ? Autant allez voir et cela permettrait au jeune Takakage d'engager un peu de conversation dans cette nuit froide. L'armure claquante et la courbe de son casque cognant de temps à autres les murs, le jeune homme arrivait en face d'un visiteur un peu particulier. Un gars assez jeune, mais tremper jusqu'à l'os. Le jeune Date s'approchait avec le sourire et, sans y faire très attention, sa voix résonnait dans les couloirs.

"Bienvenue dans la demeure de la maison des Date et bien ... On pourrait croire qua vous êtes tombé dans un océan. Takakage Date, pour vous servir ... On profite d'une balade nocturne ? Pas très bon pour la santé tout cela, mais si ce n'est pas le cas, à qui ais je l'honneur de faire affaire et de votre présence ?"

Il gardait le même sourire, tout en croisant ses bras et tout attentif à la réponse qu'allait donner l'invité.
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Oct - 13:59


Sous la lueur de la lune


Avaran dévisagea l'inconnu qui se tenait devant lui: il portait une armure et un casque plutôt singuliers et un cache-oeil dissimulant probablement une blessure due à un combat. Malgré cet accoutrement de guerrier, qui pouvait paraître assez étrange ainsi porté dans sa propre maison, il semblait plutôt avenant, un large sourire occupant un espace considérable sur son visage. Le ton de sa voix était lui aussi teinté de bonne humeur, et l'assassin ne décela pas une once de méfiance dans son attitude. Soit ce type était un abruti fini, soit il s'estimait assez fort pour ne pas avoir à craindre qu'un inconnu s'infiltre chez lui.

Takakage: Bienvenue dans la demeure de la maison des Date et bien ... On pourrait croire que vous êtes tombé dans un océan. Takakage Date, pour vous servir ... On profite d'une balade nocturne ? Pas très bon pour la santé tout cela, mais si ce n'est pas le cas, à qui ais je l'honneur de faire affaire et de votre présence ?

Avaran plissa légèrement les yeux: cet homme parlait fort. Beaucoup trop fort. Ses tympans s'offusquèrent de devoir supporter ça et lorsqu'il eut enfin fini son beau discours, l'hybride se détendit un peu. C'était bien la première fois que le silence lui paraissait si doux et si apaisant... Ses yeux argentés restèrent plongés dans l'unique oeil de son interlocuteur et il grinça légèrement les dents à l'idée de devoir se présenter. Un soupir discret s'échappa de sa bouche et il prit la parole.

Avaran: Garde ton humour pour toi, cette situation ne m'amuse pas vois-tu.

Sa voix, tranchante comme de l'acier, était un témoin assez explicite de son agacement. Il était gelé, trempé, et n'était pas d'humeur à supporter des railleries quelconques. Pourquoi était-il entré dans cette fichue maison?! Il jeta un bref coup d'oeil à la porte: après tout, il pouvait toujours s'en aller et trouver un abri ailleurs... mais sa jambe ne tarda pas à répondre à sa question, Avaran portant rapidement sa main sur cette dernière en serrant les dents pour contenir sa voix. Cela faisait longtemps qu'elle ne lui avait pas fait aussi mal de façon si répétée et il devait faire attention. Il fixa un instant le sol avant de lâcher:

Avaran: Je m'appelle Avaran... Quand à ce qui m'amène ici... La pluie.

En soit ce n'était pas vraiment un mensonge, disons qu'il s'agissait juste d'une version un peu résumée de la situation. Le jeune homme s'adossa contre la porte une nouvelle fois pour libérer sa jambe de son poids et ferma les yeux, en essayant de calmer sa respiration. Cette nuit allait être un enfer, il le sentait...



Ex-Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne
Revenir en haut Aller en bas
Mar 6 Oct - 21:35
"Garde ton humour pour toi, cette situation ne m'amuse pas vois-tu."

Tu parlait d'un début de conversation, pas de présentation amicale ou encore de remerciement que le jeune Date ne l'avait pas foutu directement dehors en appelant la garde de la demeure. Enfin, il n'avait pas besoin d'appeler la garde pour ce genre de boulot, vu la manière de cette jambe à tenir droite. Pas vraiment aussi sur également qu'il souhaiterait se faire jeter dehors par une pareille blessures et un temps à devenir malade. Cependant, malgré la parole de fer rouillé de l'inconnu, le jeune Takakage ne perdait pas le même sourire et se moquait bien des ordres que pouvait lui lancer cet énergumène. Bien sur, on s'invite pas tout le temps chez les Date sur un coup de tête, soit on était un artiste ou alors on avait une bonne raison pour arrêter son chemin ici.

"Je m'appelle Avaran... Quand à ce qui m'amène ici... La pluie."

Malgré la difficulté de la chose pour cet inconnu, il donna un nom et une raison, mais une raison un peu "incomplète". Ce n'était certainement pas la pluie qui aurait pu infligé une blessure quel qu'elle était. Soit il avait un truc à cacher, soit il était pas fichu de dire qu'il à terminer sa journée dans un puits à la suite d'une mauvaise tournée. En tout cas, Takakage allait avoir d'un peu plus de réponse malgré sa bonne humeur. Si ce gaillard était tombé sur Haramun, se serait depuis longtemps que les hommes d'arme de la maison des Date l'aurait envoyer cinquante kilomètre plus loin. Il fallait dire qu'Haramun ne prenait pas aussi bien les menaces que le jeune héritier des Date. Enfin, sécurité oblige, le jeune Takakage allait devoir en savoir un peu plus sur cet "invité" avant de faire quoi que ce soit et que ce dernier le voulait ou non. Reprenant le même ton, il s'avança légèrement, la main au sabre.

"Je peux comprendre cela, personne n'aurait envie d'être sous une telle flotte, mais le principal est que vous trouver un abris, non ? parce que vous n'êtes pas prêt de rentrer ... - Il se mit à faire un sourire un peu plus inquisiteur. - Vous comprendrez bien que je vais pas laisser entrer un inconnu, même blesser ... Je peux savoir ce que votre jambe souffre ? Et encore ce que vous faite à cet heure ?"

La voix paraissait tellement forte que Haramun serait surement en train de s'habiller pour aller coller une droite à son grand frère, mais tant qu'il se montrait pas, mieux se serait pour le gars en face de Takakage. Si cet invité n'allait pas coopérée, la garde aurait de quoi s'amuser avec leurs bottes et ce n'était pas dans son état ou il allait pouvoir riposter. Le jeune Date posa le dos de sa main sur son menton tout en ayant l'autre porter sur le sabre et fit affermir son sourire.

"N'ais je pas raison ? vous ne voudriez pas faire rentrer quelqu'un que vous ne connaissez pas chez vous ..."

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Oct - 9:17


Sous la lueur de la lune


Avaran avait noté la main de son hôte, posée sur son arme, et se mit rapidement sur la défensive. Ce type n'avait pas l'air agressif mais l'assassin était bien placé pour savoir qu'il ne fallait pas toujours se fier aux apparences. L'hybride le regarda donc avec un air froid, le laissant s'approcher sans bouger.

L'homme reprit la parole, vrillant de nouveau les oreilles d'Avaran qui grinça lentement des dents. Ce dont parla Takakage l'irrita en il sentit l'agacement prendre un instant le contrôle de son être. Il aurait tellement voulu le faire taire en lui sautant à la gorge histoire d'avoir la paix. Il commençait à se demander si la pluie et la nuit n'étaient pas de meilleurs compagnons que cet étrange personnage. Le jeune homme se raidit un peu et finit par rétorquer:

Avaran: Concernant ce que je fais à cette heure-ci, je n'ai pas dix ans, donc je ne respecte pas de couvre-feu. Peut-être que cette notion vous échappe vu votre rang apparent. Pour ce qui est de ma jambe, c'est une vieille blessure et... personne ne peut rien y faire.

L'assassin resserra un peu l'étreinte autour de sa jambe en serrent les dents. Il avait été tellement stupide... Son orgueil avait refusé de le laisser au repos et à cause de ça il devait maintenant souffrir régulièrement à cause de sa fichue blessure. Il reprit sur un ton un peu moins agressif.

Avaran: Par ailleurs, je suis rentré par hasard, mais je n'ai jamais demandé à ce qu'on m'héberge. Si vous voulez me foutre dehors, allez-y, je ne vous retiendrai pas.

Il n'était pas d'humeur à lutter. Si ce Takakage ne voulait pas l'héberger sans lui demander un CV complet et une lettre de justification, alors il irait voir ailleurs. Il y aurait sûrement une auberge dans les alentours qui voudrait bien de lui.



Ex-Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne
Revenir en haut Aller en bas
Sam 10 Oct - 15:13
Pas une seule once d'amicalité venait de cet inconnu, cet Avaran ne devait vraiment pas aimer le contact verbal avec les gens. Surtout qu'il semblait se foutre carrément du fait que le jeune héritier des Date pouvait le mettre dehors ou lui mettre la garde à ses fesses. De plus, ce n'était pas sur qu'il fait un plus long chemin avec cette blessure et l'hospitalité de certain. Il y avait bien les fermiers dans les environs, mais le jeune Takakage savait que les paysans ne prendraient certainement pas un inconnu dans leurs demeures.

Pour l'instant, le fait d'accueillir ce gaillard pouvait présenté un risque, mais si ce risque était bien maitriser il n'y aurait pas de soucis à ce faire. Enfin, fallait il faire cela discrètement pour que ce gars là n'ai aucun soupesons. Il faudrait surtout pas causer un problème au seins de la demeure des Dates, bien que c'était très souvent de Takakage que le calme se perdait vite dans les couloirs. D'un sourire, il reprit la parole.

"Vous n'avez, certes, pas demander un abris ... mais le fait que vous ayez eu le culot de rentrer dans cette demeure est que vous espérer en avoir un pour la nuit."

Le jeune humain gardait tout de même sa main à son épée rangée, on ne pouvait jamais être sur de ces jours à savoir qui on à affaire en face de nous. Si il voulait un abris, la, maintenant et tout de suite, il allait devoir coopéré, qu'il le veuille ou non. Bien que c'était un voyageur, on voyage rarement avec des ustensiles ou des armes pour ses voyages, on partait rarement avec sac à dos remplit de nourriture et d'or à part si vous vouliez rencontrer un ours affamer et des bandits.

"Ecouté, je peux vous faire rentrer sans problèmes, il y a des chambres pour les voyageur, mais je vais devoir vous posez certaines conditions ... Je ne peux vous laissez entrer avec des armes ou d'autres objets pouvant enlever une vie, je vais donc devoir demander si vous en avez et de me les donnez si c'est le cas ... Sinon, la porte derrière vous reste ouverte, mais je vous souhaite bonne chance ..."
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Oct - 9:13


Sous la lueur de la lune


L'hybride grinça un peu des dents: laisser ses armes? Il aurait pu refuser sachant qu'il se trouvait en lieu inconnu... mais il se contenta de soupirer et de détacher la ceinture maintenant ses dagues à sa taille. Son regard argenté se planta dans celui de son interlocuteur.

Avaran: Voilà. Par contre je veux savoir ce que vous allez en faire, je ne laisse pas mes armes à n'importe qui sans savoir où elles vont être rangées.

L'assassin le dévisagea un instant avant méfiance. Il avait pris l'habitude de reconnaître les gens malsains et dangereux, mais cet homme ne ressemblait à rien à un meurtrier. A vrai dire, si c'était le cas, Avaran serait déjà en train de l'affronter. Il était toujours surpris par la naïveté de certaines personnes et leur capacité à faire confiance à n'importe qui. Si ce Takakage avait connu son identité en détails jamais il ne l'aurait laissé mettre ne serait-ce qu'un orteil dans sa demeure... Mais heureusement pour lui, pour une fois, le jeune homme n'était pas là pour tuer qui que se soit.

Avaran: Besoin d'autre chose ou je peux vous demander où trouver une chambre libre?

Il dissimulait comme il pouvait la douleur qui lui envahissait la jambe. Il avait maintenant l'habitude d'encaisser ça en silence, serrant les dents en gardant un air froid, comme s'il ne ressentait rien. Mais dans des cas comme ça, même lui avait du mal à contenir sa douleur, et attendait avec hâte de pouvoir s'allonger dans un endroit calme et chaud.



Ex-Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Oct - 2:13
Si la sympathie n'était pas au rendez vous, au moins la coopération y était. A vrais dire, voir une coopération ne soulageait pas trop sa garde. Au contraire, maintenant il savait que cet Avaran savait se battre et vu la ceinture de dagues, ce n'était pas juste pour faire de la chasse. De plus, il tenait apparemment beaucoup à son matériel. Croyait il vraiment que le jeune noble pouvait le laisser avec ces armes en sa possession ? Enfin, si il y tenait, il l'allait le rassurer, mais non sans dire la localisation de la réserve d'armes.

"Vos armes vous seront confisquées pendant votre nuit ici, quand à ce que nous allons en faire, elles seront rangé à l'abris dans la réserve de la garde."

Une fois répondu, le jeune Takakage prenait la ceinture de dagues et gardait le même sourire. Si il avait besoin d'autre chose, bien sur que oui, on se moque pas des Date, surtout de Takakage Date. Enfin, ce voyageur n'avait pas besoin de savoir ce que prévoyait le jeune humain pour les prochaines heures. Une arrivée tardive et des lames en possession, mieux fallait avoir un œil dans les alentours de la future chambre de cet "invité". Non pas qu'il s'enfuit, si il décidait de partir, il n'aurait qua le dire à l'héritier de la maison. Cependant, si il était venu avec de mauvaise attention, mieux fallait que la garde lui tombe dessus au moindre mauvais geste.

"Si vous voulez bien me suivre, les appartements des invités se trouve à l'opposé. Nous avons juste besoin de traverser la cour."

Faisant attention à la ceinture d'arme et aux dagues qu'elle portait, le jeune Date se retourna en faisant signe au voyageur de le suivre. La pluie battait encore plus fort à l'extérieur, heureusement qu'il y avait un toit au dessus de leurs têtes. Enfin, il fallait compter une rapide marche à l'extérieur pour rejoindre un bâtiment extérieur à la construction. La cour était un grand terrain de gravier avec quelques petits parcs d'herbes et de broussaille. En ouvrant la porte, le jeune capitaine pouvait voir quelques de ses hommes en armes à l'abris, un d'eux s'avançait suite à ce que le jeune Date lui faisait signe. Il tendait au soldat la ceinture de dague et lui donnait les instructions.

"Tu sais ou ranger cela, juste ne les oublier pas, on va les ressortir demain !"

L'homme d'arme s'inclina légèrement et prit la ceinture de la main de son capitaine, puis ce dernier se retournait vers Avaran avec le sourire. Puis, il l'invitait à suivre sous la pluie vers le grand bâtiments.

"Désolé, nous allons devoir subir encore un peu les aléas de la pluie ... Si je puis me permettre, ser Avaran, vous venez de quel coin ? Si cela ne vous est pas trop indiscret bien sur !"
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Oct - 15:39


Sous la lueur de la lune


Avaran le suivit silencieusement, boitant de façon plus ou moins discrète tandis qu'ils traversaient la propriété. L'assassin mémorisait chaque porte, chaque couloir, chaque meuble... Il voulait pouvoir visualiser clairement l'endroit au cas où il aurait à s'enfuir rapidement. Ils arrivèrent près d'une cour et Takakage confia les armes d'Avaran à l'un de ses hommes que l'hybride dévisagea longuement avant de regarder avec intérêt dans quelle direction ce dernier s'éloignait.

Son hôte lui annonça alors qu'ils devaient traverser la cour. Le jeune homme leva les yeux au ciel et rabattit la capuche de sa cape avant de s'engouffrer sous la pluie à sa suite. Il marcha d'un pas rapide, grimaçant en serrant les dents sous l'effet de la douleur qui traversait sa jambe. Une fois à l'abri, il ôta sa cape détrempée et passa une main dans ses cheveux pour les remettre en place. Ses yeux argentés se posèrent ensuite sur Takakage et il prit la parole.

Avaran: Je ne viens de nulle part en particulier. Contrairement à vous, je n'ai pas les moyens de m'offrir une maison... Et puis je n'en ai pas vraiment besoin.

Avoir un repère était plus un mal qu'un bien pour quelqu'un comme lui. Si ses ennemis le trouvaient, il se ferait acculer et se retrouverait en danger. La vie de nomade lui convenait très bien et puis, s'il en avait marre il pouvait toujours trouver un endroit paisible sur les terres du clan de l'Ombre. Là-bas, on pouvait croiser un bon nombre d'assassins et d'êtres mauvais, mais ces derniers étaient assez intelligents pour ne pas s'entretuer sur leurs propres terres. Avaran s'étira avant de regarder ses vêtements avec un soupir.

Avaran: Est-ce que par le plus grand des hasards vous auriez des vêtements propres que je pourrais vous emprunter, quitte à les acheter? Je n'ai pas besoin de grand chose.

Il pouvait toujours dormir en sous-vêtements pour laisser sécher ses affaires, mais vu la température extérieure et l'humidité ambiante, c'était un coup à chopper une pneumonie.



Ex-Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Oct - 14:12
Alors cet Avaran était plus qu'un voyageur, c'était clairement un vagabond. Un genre de voyageur qui passait par ci, par là tout en essayant de trouver un endroit ou se loger pour la nuit. Cela ne suffisait néanmoins pas trop à baisser la vigilance du jeune héritier de la maison des Date, au contraire, le fait que cet inconnu était un vagabond qui plus était armée ne pouvait pas avoir confiance à cent pour cent. Le jeune humain aurait besoin d'autre information pour ce le permettre, mais pour ce gars là, ce serait très difficile d'atteindre les cent pour cents dans l'esprit du jeune Date. Un vagabond armée pouvait être doubler soit d'un voleur ou d'un assassin, en tout cas le rajout de soldat dans les alentour était bel et bien confirmer. Il ne voudrait que cet invité "surprise" lui fausse compagnie et en plus provoque un beau grabuge dans le bâtiment des invités.

Enfin, le jeune humain continuait à écouter à ce qu'avait à dire l'invité. Il énonça une demande tout à fait normal comme chaque invités. Après tout, il avait raison de demander des vêtements de rechange par ce temps froid et pluvieux. Rien de suspect de ce coter la. Cependant, le jeune Date prenait bien son temps pour ouvrir la porte du bâtiment, mais il gardait le même sourire. En ouvrant la porte, le grand bâtiment se faisait découvrir à l'invité. De long couloir, un escalier central et de nombreuses portes. Il fallait encore monter d'un étage pour atteindre la chambre de libre et le jeune homme comptait bien sur cet information pour se renseigner un peu plus. La question suivante allait être sans doute plus crucial que les autres qu'il avait poser jusqu'à la. Il avait comprit que Avanran était un vagabond et qu'il était armée, mais ce qui restait en suspend était les activités de ce gaillard.

Le jeune Date ne répondait pas immédiatement, mais il se retourna pour qu'Avaran le suive par les escaliers, en montant les marches, le jeune Takakage voyait la jeune servante des lieux et lui fit signe de monter quelque vêtements pour la chambre de libre. Puis le jeune Date repris la parole.

"Des vêtements vous seront parvenu dans un instant dans votre chambre, vous pourrez partir quand vous vous voudrez le lendemain. Cependant, pardonnez les questions, mais j'en ai besoin pour faire confiance à un étranger ... Que faite vous dans la vie, Avaran ?"
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Oct - 21:48


Sous la lueur de la lune


Le bâtiment dans lequel ils venaient d'entrer était vaste et Avaran se demanda de quoi vivait la famille de ce type étrange pour profiter d'un luxe pareil. Il frissonna et ferma les yeux un instant en essayant d'oublier le froid mordant qui saisissait doucement son corps à cause de l'humidité présente dans ses vêtements. L'assassin fut alors emmené à l'étage et il suivit son hôte docilement avant de se crisper.

TAKAKAGE: Des vêtements vous seront parvenu dans un instant dans votre chambre, vous pourrez partir quand vous vous voudrez le lendemain. Cependant, pardonnez les questions, mais j'en ai besoin pour faire confiance à un étranger ... Que faite vous dans la vie, Avaran ?

L'hybride serra un peu les dents. Il sentait le piège dans ces quelques paroles et grimaça. Il ne pouvait décemment pas dire "hum, eh bien voyez-vous je vole et je tue pour remplir mes poches" au risque de se faire attaquer par une horde de types en armure. Seulement, il devait trouver quelque chose de crédible, allant avec son allure et ce qu'il lui avait déjà dit. Le jeune homme soupira et répondit en escaladant les escaliers d'un pas hésitant:

AVARAN: A vrai dire... Je ne fais pas grand chose. Je travaille par ci par là pour gagner de quoi vivre, en faisant de petites besognes pendant quelques heures ou quelques jours.

Il s'arrêta un instant arrivé en haut de l'escalier, la montée de ce dernier ayant fortement sollicité sa jambe. Avaran s'appuya un instant sur le mur, sa main crispée sur le bas de sa cuisse, son souffle rapide trahissant sa douleur. Il prit une profonde inspiration et regarda son interlocuteur avant de reprendre la parole.

AVARAN: Au risque de paraître intrusif ou désagréable, j'aimerais bien pouvoir rapidement me poser quelque part... Mon ancienne blessure n'apprécie par trop que je l'embête trop longtemps.



Ex-Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne
Revenir en haut Aller en bas
Lun 26 Oct - 16:52
Le jeune héritier de la maison des Date écoutait la réponse que cette Avaran avait donné. Rien de bien passionnant, mais rien d'anormale à déclarer. On moins, la thèse du vagabond vivant au jour le jour était confirmé. Ce gars là ne recelait aucun danger particulier, mais on n'était jamais trop prudent en ces jours sombres ou les tensions sont de plus en plus fortes entre certaines forces. Les questions pouvaient encore continuer et prendre du temps, mais à quoi bon s'inquiété d'un voyageur gagnant sa vie par ci par là. De plus, il n'avait plus ses armes pour faire quoi que se soit et si il tenterait quelque chose, seul les dieux pourraient savoir se qu'il adviendrait de lui après c'être fait prendre par une cohorte de soldats.

Enfin, si cela se trouvait, ses intentions était sans doute bonnes, qui sait, l'habit ne fait pas le moine. Il était vrais que la pluie, de plus que la blessure à la jambe, pouvait rendre l'humeur assez maussade. Enfin, on verrait le lendemain si c'était toujours le cas, à présent, il fallait lui donner une chambre. S'arrêtant, le jeune borgne se tournait vers une porte et sortait de sa ceinture plusieurs clefs. Cherchant rapidement une clef, le jeune humain en prenait une sur le lot et ouvrait la porte rapidement avant de rentrer tout en invitant l'invité de le suivre.

Une chambre assez grande, mais peu décorer, meubler d'un lit et d'un bureau. Ce n'était pas la plus grande et la plus luxueuse, mais cela semblait totalement suffisant pour quelqu'un du rang d'Avaran. Néanmoins, la jambe de ce gaillard semblait tout de même lui faire défaut. Pour le coup, le jeune Date reprenait la parole en laissant l'inconnu visiter un peu sa chambre.

"J'espère que cela vous conviendra ... Quand à cette jambe ... Vous voulez pas que j'appel le médecin de la demeure ?"
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Nov - 22:38


Sous la lueur de la lune


Son hôte l'amena afin à sa chambre, ouvrant la porte d'une petit pièce modeste et simplement meublée. C'était plutôt rustique, mais ça irait très bien à l'hybride pour passer la nuit en sécurité et au sec. Il comptait remercier Takakage quand celui-ci reprit la parole. Avaran serra un peu plus les dents. Décidément, ce type était sacrément têtu! Il secoua vivement la tête et esquissa un semblant de sourire avant de s'engouffrer dans la chambre.

AVARAN: Non. Merci. Comme j'ai déjà dit, ça ne servirait absolument à rien. Merci pour votre aide, bonne nuit.

Il referma vivement la porte avant de poser ses mains et son front dessus, ses yeux rivés sur le sol. Son souffle rapide résonnait dans le silence pesant qui régnait dans la pièce. Avaran grimaça de douleur en empoignant vivement sa jambe avec un léger gémissement. Il boita jusqu'au lit, les dents serrées, avant de se laisser tomber sur le matelas, le souffle court. Sa vieille blessure lui avait rarement fait aussi mal et il en tremblait, recroquevillé sur lui-même, ses doigts crispés sur sa cuisse. Sa bouche entrouverte laissait entendre sa respiration rapide et sifflante, ponctuée par de léger gémissements de douleur.

La nuit allait être longue... Et il n'avait toujours pas récupéré les vêtements secs qu'on lui avait promis. Avaran rouvrit les yeux: il devait se ressaisir, s'il apparaissait comme ça sous les yeux de Takakage, il se sentirait affreusement blessé dans son orgueil. L'hybride s'assit donc - non sans quelques difficultés - sur le lit, et attendit, son regard perdu dans le vide.



Ex-Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Déc - 20:39
Et bien, quelle rapidité pour quelque politesse. Il fallait croire que le jeune borgne énervait à la longue avec tout son bavardage. Pas de sa faute, il était né ainsi et il serait très dire de pourvoir le changer de si tôt. Cependant, ce gars la etait plus que rapide que la servante de la maison nobiliaire n'avait pas eu le temps de pouvoir donner les habits à l'invité.
Alors que la dite servante avait monter les affaires demander, le jeune noble la stopait avec le sourire. Il s'empara des affaires sec et demendait à la jeune fille de retourner se coucher. Après tout, il n'y aurait pas d'autre visiteur inattendus cette nuit.

Les affaires en mains, le jeune borgne entre-ouvrait la porte tout en faisant des petit coups à la porte pour prevenir de son entrée. Avaran etait assit sur le lit, peu actif. Le jeune héritier de la maison des Date soupira légèrement avec le sourire avant de se diriger vers l'inviter et lui tendre les affaires devant son regard.

"Je sais a quel point je peux etre barbant ... Vous faut il quelque chose d'autre Avaran ?"
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Dim 13 Déc - 13:24


Sous la lueur de la lune


Avaran était assis sur le rebord du lit, les yeux fermés pour se concentrer au mieux sur sa douleur et son souffle. Cette situation était un véritable supplice et il devait garder les dents fermement serrées pour se contrôler. L'assassin sursauta en entendant toquer à la porte et il redressa vivement la tête en ouvrant les yeux. Son hôte était là, dans l'encadrement de la porte, et s'avança jusqu'à lui pour lui tendre les affaires qu'il avait en main.

L'hybride les récupéra en articulant un "merci" discret. La question qui parvint à ses oreilles le crispa un peu. Encore et toujours des questions... Tout ce dont il avait besoin c'était du calme et de la paix. Son regard argenté plongea dans celui de Takakage et il secoua la tête de droite à gauche.

AVARAN: Non... Ca va... Merci...

Il attendit que son hôte quitte la pièce pour porter de nouveau sa main à sa jambe. Avaran resta immobile quelques minutes, sa bouche légèrement entrouverte laissant entendre son souffle saccadé et emprunt d'une souffrance facilement décelable. Il grimaça et ôta son haut avec quelques difficultés pour enfiler la chemise de lin sèche. Un frisson l'agita et il serra les dents en essayant de se mettre debout. La douleur qui lui traversa la jambe faillit le faire retomber aussitôt, mais il se rattrapa sur le lit et après quelques efforts il réussit à ôter son pantalon et enfiler celui qu'on lui avait apporté. Il étendit ses affaires sur la chaise proche et se glissa sous l'épaisse couverture qui recouvrait le lit.

Avaran se roula en boule, tremblant sous l'effet du changement de température et de la douleur. Ses doigts crispés sur la couette, il gardait les yeux fermés, ses sourcils légèrement froncés, et il tentait d'oublier son état pour se reposer un peu. Sa jambe lui faisait souffrir le martyre, mais il ne pouvait rien faire à part attendre... Et espérer que la fatigue et la douleur finissent par l'assommer.



Ex-Endorien.ne
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Endorien.ne
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Monde d'Endora :: Clan de la Terre :: TERRES CULTIVEES-